Affiche française
Baby Ruby | Baby Ruby | 2022
Affiche originale
Baby Ruby | Baby Ruby | 2022
Un film de
Scénario
Date de sortie
Pays
Genre
Couleur ?
oui
Musique de

Baby Ruby

Baby Ruby

Influenceuse ayant un certain succès sur la toile, Jo vient d’accoucher de son premier enfant. Avec son compagnon Spencer, ils accueillent la petite Ruby au sein de leur nouvelle maison.
Mais voilà, depuis son accouchement, Jo n’est pas bien. Fatiguée par le peu de sommeil que lui laisse sa fille, elle commence à être victime d’hallucinations...

Baby Ruby | Baby Ruby | 2022

L'AVIS:

"Baby Ruby" est un petit film sorti quasi inaperçu sur notre territoire en 2022. Avec en tête d’affiche la française Noémie Merlant ("Portrait de la jeune fille en feu", "Tar", "L’innocent" sans oublier le très bon "Jumbo" de Zoé Wittock) et le britannique Kit Harington (Jon Snow dans la série "Game of thrones"), le long-métrage de Bess Wohl est un film d’horreur psychologique qui traite de la dépression post partum.

Un sujet fort intéressant et qui permet de sortir des sentiers battus, de proposer un peu d’originalité bienvenue. Alors certes le film nous fait penser à un certain "Rosemary’s baby" mais rassurez-vous Bess Wohl prend bien soin d’emprunter une toute autre direction et nous dépeint ici le portrait d’une jeune femme (interprétée par une très intéressante Noémie Merlant, fort convaincante dans son rôle) en proie à des symptômes qui vont la faire sombrer dans la paranoïa et la folie. Un manque de sommeil chez notre héroïne (la petite Ruby pleure sans arrêt, nuit et jour, au grand damne de sa mère) qui vont l’affaiblir fortement, cette dernière étant alors en proie à des visions plus ou moins choquantes et à des hallucinations auditives.

Une dépression post partum qui est plutôt bien retranscrite dans "Baby Ruby" (le retour à la maison et la sensation de se retrouver seule face à son enfant, la peur de mal faire sans les aides médicales, les nuits agitées et rythmées par les pleurs sans cesse…) et qui ne va pas aller en s’arrangeant avec cet environnement des moins favorables (une belle-mère invasive, un compagnon peu dans le soutien moral, des nouvelles amies qui montrent une euphorie trop belle pour être vraie…). Et c’est l’accumulation de tous ces facteurs qui vont progressivement faire basculer la malheureuse Jo dans la folie et la paranoïa et donner cet aspect quelque peu horrifique au film.

Aucun doute là-dessus : nous sommes clairement sur de l’horreur psychologique et non graphique. D’horrifique, "Baby Ruby" n’a que cette ambiance oppressante grandissante que nous ressentirons sur la seconde partie du métrage ou encore cette atmosphère mystérieuse qui plane durant cette même moitié du film. Des doutes et des inquiétudes qui s’installent chez le spectateur qui en vient à se poser des questions sur ce qu’il voit à l’écran (est-ce la réalité ? Ou est-ce des cauchemars ou de simples visions une fois de plus qui nous sont montrés ?...). Une accélération radicale du rythme sur la dernière partie de film de Bess Wohl se ressent et une oppression bien ressentie s’en dégage mais malheureusement tout cela arrive un peu tard…

Car oui, on s’ennuie un peu par moments devant "Baby Ruby" il faut bien le reconnaître. C’est assez monotone dans la première partie et le tout manque un peu de percussion assurément, bien que la seconde moitié du film soit plus tonique. Et malgré de bonnes intentions et un casting d’honnête facture, c’est tout de même très light également sur le papier scénaristiquement parlant.

Pas mauvais mais pas inoubliable non plus, le film de Bess Wohl se laisse plutôt bien regarder même si nous aurions préféré un aspect horrifico-dramatique plus développé, des séquences plus anxiogènes.
Reste un sujet (la dépression post partum) fort intéressant et pas si représenté dans le cinéma de genre ainsi qu’un casting d’honnête qualité, mais cela ne suffit peut-être pas si le scénario lui peine un peu à proposer quelque chose de plus haletant…

Baby Ruby | Baby Ruby | 2022
Baby Ruby | Baby Ruby | 2022
Bande-annonce
Note
3
Average: 3 (1 vote)
David Maurice