Affiche française
ABIGAIL | ABIGAIL | 2024
Affiche originale
ABIGAIL | ABIGAIL | 2024
Date de sortie
Pays
Genre
Couleur ?
oui
Musique de

ABIGAIL

ABIGAIL

Suite à l’enlèvement de la fille d'un homme très fortuné, un groupe formé de criminels composites engagés par l’étrange Lambert, pense simplement devoir séquestrer et surveiller une jeune ballerine de douze ans afin de pouvoir réclamer une rançon de 50 millions de dollars à son paternel. Seulement voilà, confinés dans un manoir isolé, les ravisseurs commencent mystérieusement à disparaître les uns après les autres, au fil de la nuit. C'est alors qu'ils découvrent avec stupeur que la fillette avec qui ils sont enfermés est la progéniture d’un caïd de la pègre dont la simple évocation du nom suffit à terroriser quiconque ! Mais est-ce bien là leur principal problème ?

ABIGAIL | ABIGAIL | 2024

Au départ, on ne s’attend pas à grand-chose devant ce métrage car on pense avoir vu l’essentiel dans la bande-annonce semblant dévoiler pas mal de trucs tout de même, pourtant on passe un bon moment devant ce mélange entre "Vampire vous avez dit vampire ?" (pour l’ambiance drôle et effrayante à la fois) et "Une nuit en enfer" (pour le gros retournement de situation inimaginable dans un film de gangsters…), avec une petite pincée de Don’t breathe – La maison des ténèbres (pour le côté « home invasion movie à l’envers »). L’ensemble est agrémenté d’une demeure excellemment bien choisie car recelant de coins insoupçonnables, tout en étant accompagné par des effets spéciaux très réussis et même des scènes bien gore pour les amoureux de tripailles éparpillées, ainsi qu’une galerie de personnages hétéroclites au possible, dont certains sont tout de même bien tordus, mais surtout campés par des acteurs qui semblent y prendre beaucoup de plaisir !

A ce titre, on retiendra surtout les compositions de : Dan Stevens (tellement plus crédible que dans "Godzilla x Kong : Le Nouvel Empire" !), génial en ordure totale, la petite Alisha Weir dans le rôle d’une ballerine retorse et Kathryn Newton, décidément cantonnée au cinéma fantastique depuis "Freaky'", mais surtout très à l’aise dans le genre ! Notons également la présence au casting de Giancarlo Esposito (le génial Gustavo Fring de la série Breaking Bad et de Matthew Goode ("Stoker", "Watchmen") qui ont l’air de bien s’éclater ici à jouer les méchants !

Néanmoins, quand on apprit que le duo formé par Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett était aux commandes de cette entreprise, on pouvait légitimement avoir des doutes. En effet, les lascars sont responsables, entre autres de "Scream 5", "Scream 6" et de Wedding Nightmare, soit des films vraiment pas terribles !

Même si l'histoire paraît classique, elle se révèle plutôt bonne et efficace dans son exécution. En effet, le métrage s’apparentera à un huit clos teinté de survival dans lequel des criminels amateurs ont été engagés pour kidnapper la fille d'un puissant magnat de la pègre, et qui vont…mal finir ! Le scénario est donc assez simpliste on en conviendra, mais l'évolution de son récit est bien sympa et les effets spéciaux hyper bien faits, ainsi que les séquences d'actions tellement délirantes parfois, qu’on se dira, au final, que Abigail constitue une petite pépite du cinéma d'horreur ressuscitant l'atmosphère brute des années 1990/2000. A ce titre, on pensera surtout au "Vampires" de John Carpenter, une sacrée référence en la matière, loin s’en faut !

La réalisation de Bettinelli-Olpin et Gillett est donc à saluer car ils réussissent à maintenir un rythme effréné du début à la fin, nous tenant en haleine sans jamais avoir recours aux techniques de suspense coutumières. La force de leur long-métrage réside avant tout dans cette maîtrise de l'atmosphère, ainsi que dans la construction méthodique de la tension avec quelques points d’humour bien trouvées et bien placées !

Film de gangsters très sympa qui verse assez rapidement dans le fantastique, Abigail joue avec pas mal de codes de longs-métrages de genre pour nous offrir un spectacle bien divertissant. Même si certaines ficelles scénaristiques auront déjà été vues ou seront prévisibles, on passe quand même un sacré bon moment devant cette œuvre hybride, dont le principal intérêt est : des protagonistes vraiment bien construits et interprétés par des acteurs confirmés. Notons également que le gore et la violence sont au rendez-vous et que les 1h50 passent comme une lettre à la poste. Toutes ces qualités réunies feront finalement de ce métrage une bien bonne surprise pour ma part !

ABIGAIL | ABIGAIL | 2024
ABIGAIL | ABIGAIL | 2024
Bande-annonce
Note
4
Average: 4 (1 vote)
Vincent Duménil