RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Claude Mulot

Scénariste
Claude Mulot

Date de sortie
1986

Genre
Giallo

Tagline


Cast
Florence Guérin
Alexandre Sterling
Brigitte Lahaie
Natasha Delange
Pierre Londiche


Pays
France

Production


Musique
Alain Guélis

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
Catherine Legrand est modèle érotique pour une agence dirigée par Valérie Landis. Avec son amie Florence, elle pose dans des tenues sexy sous l'objectif d'un photographe boiteux et alcoolique. Catherine souffre de mythomanie et déclare à maintes reprises qu'elle vient de se faire violer. La police, comme ses collègues, ne la croient plus et la laisse à ses délires. Quand elle est harcelée au téléphone par un maniaque, elle ne trouve personne pour la soutenir. Jusqu'à ce que des meurtres soient commis dans son entourage...



L'AVIS :

Le réalisateur français Claude Mulot est principalement connu pour ses films pornographiques qu'il a réalisé dans les années 70 / 80 sous le pseudonyme de Frederic Lansac, tels Le Sexe qui Parle 1 & 2, Shocking !, Les Petites Écolières ou le culte La Femme Objet avec Marilyn Jess par exemple. On lui doit également des films classiques, comme "La Rose Écorchée" (variation intéressante des Yeux sans Visage de Franju), Profession: Aventuriers, La Saignée, C'est jeune et ça sait tout ou La Vénus Noire. En 1986, il décide de rivaliser avec Dario Argento (!) et de s'approprier le genre du giallo, ces thrillers italiens ultra codifiés à la violence et à l'esthétisme recherchés.



"Le Couteau sous la Gorge" a donc l'ambition d'être un giallo à la française, rien que ça ! Une démarche osée mais après tout, pourquoi pas ? Malheureusement, Claude Mulot n'est pas Dario Argento et malgré ses efforts, "Le Couteau sous la Gorge" est loin d'arrivée à la cheville de "L'Oiseau au Plumage de Cristal", "Le Chat à Neuf Queues", "Les Frissons de l'Angoisse" ou "Ténèbres". La faute à une intrigue qui n'est pas assez travaillée, qui met du temps à s'installer, à des meurtres assez peu violents et à un cruel manque de rythme. Pourtant, Claude Mulot joue avec les codes du giallo du mieux qu'il peut : son meurtrier est vêtu de noir, porte des gants, joue de l'arme blanche quand il n'étrangle pas ses victimes. La musique qui accompagne ses frasques meurtrières est réalisée au synthétiseur (comment pourrait-il en être autrement dans un giallo ?) et se révèle assez réussie, même si ce n'est pas du niveau des Goblin hein !



Quelques petites effusions de sang viennent rougir la pellicule, plusieurs personnages semblent tout indiqués pour être le coupable : serait-ce la concierge au visage marquée ? Le photographe alcoolo et violent ? Le voisin trop sympa pour être honnête ? La directrice de l'agence ? La copine de Catherine, modèle érotique elle aussi ? Catherine elle-même ? Ou son ex-petit ami qui vient de retrouver sa trace ? Bref, on n'a que l'embarras du choix et toutes ses personnes ont un potentiel pour être le meurtrier, ayant tous un comportement inquiétant. Bien sûr, au fur et à mesure des meurtres, notre choix se resserre et notre propre enquête piétine, à l'image de celle menée par l'inspecteur de police, totalement incompétent évidemment. Lors des scènes de meurtres, Mulot essaye de recréer une esthétique giallesque, avec des jeux de lumières et des éclairages teintés. On sent bien que le budget du film ne suit pas pour laisser libre cours à plus de possibilités mais on apprécie la tentative de vouloir rivaliser avec les Italiens. Qui dit giallo dit également érotisme et de ce côté là, Mulot nous a bien servi. Le casting féminin est à la hauteur puisqu'on retrouve l'adorable Florence Guérin (vue dans Le Déclic, Les Prédateurs de la Nuit ou Attraction Fatale entre autres), la célèbre Brigitte Lahaie et la jolie blondinette Natasha Delange. Peu farouche devant la caméra de Claude Mulot, les trois stars féminines du Couteau sous la Gorge ne perdront pas une minute pour se montrer dans des tenues affriolantes, voire même sans tenues du tout ! Florence Guérin est clairement celle qui sort du lot, se retrouvant être la principale cible du manique au gant noir. Le belle est victime de visions oniriques érotiques (un code du giallo, pas obligatoire mais présent dans pas mal de films de ce genre) dans lesquelles elle se fait violer par trois loubards, ce qui, au final, n'aura aucune incidence sur le film lui-même.



C'est d'ailleurs un peu le problème du Couteau sous la Gorge, certaines idées du scénario n'amenant rien de concret au niveau de la trame principale elle-même. Assez peu rythmé, le film de Claude Mulot ne brille donc que par le physique séduisant de Florence Guérin et certaines séquences bien mise en scène. Cette tentative de giallo à la française s'avère être un semi-échec mais l'effort reste louable. On est plus proche d'un banal film policier que d'un vrai thriller machiavélique au final, même si je n'avais pas vu venir le pot-aux-roses ou du moins, le pourquoi des agissements du meurtrier. Le Couteau sous la Gorge mérite tout de même votre attention, ne serait-ce que pour voir un giallo à la française justement ! Cette tentative ne fut pas poursuivie par Claude Mulot qui décéda par noyade le 13 octobre 1986, soit quatre mois environ après la sortie du Couteau sous la Gorge en salles.


Ne pas confondre ce film avec celui de 1955, réalisé par Jacques Séverac






Du même réalisateur :

ROSE ECORCHEE - LA