RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Sam Liu

Scénariste
Brian Azzarello

Date de sortie
2016

Genre
super-heros

Tagline


Cast
/


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Kristopher Carter, Michael McCuistion, Lolita Ritmanis

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 5
(1 vote)
Batman et Bat Girl doivent arrêter le neveu d'un parrain de la mafia qui en pince pour cette dernière et se montre prêt à tout pour attirer l'attention de la belle justicière masquée. Peu de temps après la fin de cette affaire, Batman découvre que le Joker s'est échappé de l'asile d'Arkham. Le clown au sourire terrifiant veut prouver qu'une simple mauvaise journée peut rendre quelqu'un complètement fou. Il se remémore sa triste vie et le jour où tout a basculé pour lui...



Batman The Killing Joke est considéré, à juste titre, comme étant l'un des meilleurs comics au monde sur le Chevalier Noir, que l'on doit au duo Alan Moore et Brian Bolland. Cette adaptation au format animé d'une durée de 73 minutes sera l'occasion de se replonger avec délice dans le sombre passé du Joker et de pouvoir admirer toute la folie du personnage, ainsi que la noirceur de Batman. Le scénariste Brian Azzarello a eu la bonne idée d'inclure au récit original une introduction d'environ 25 minutes se focalisant sur la relation de Batman et de Bat Girl et ce, afin de nous faire prendre en empathie cette dernière avant qu'elle ne subisse la folie du Joker. Sur une histoire assez classique dans laquelle le neveu d'un mafieux tente de se faire sa place dans le grand banditisme, le scénariste appuie sur l'amour non déclaré que Batman porte à Bat Girl et vice-versa.



En effet, le malfrat en pince pour Bat Girl, ce qui rend jaloux Batman qui va tout faire pour écarter sa justicière de collègue de l'affaire. Mais têtue comme une femme, celle-ci ne se laissera pas dicter sa loi par son mentor et prendra quelques risques mal calculées qui mettront les nerfs du Chevalier Noir à rude épreuve. Courageux, le scénariste et le réalisateur Sam Liu laisseront les sentiments des deux héros masqués prendre le dessus lors d'une scène qui ne jouera pas cette fois sur la suggestion. Le spectateur est donc en parfaite connaissance de cause en ce qui concerne la relation des deux protagonistes principaux et l'histoire peut donc bifurquer sur la pièce majeure de ce dessin-animé, à savoir la reproduction en image et avec une fidélité à toute épreuve du monument que représente The Killing Joke. Ou comment une mauvaise journée peut vous rendre fou pour toute votre vie.



La jeunesse du Joker est représenté en noir et blanc quand l'histoire actuelle est en couleur, comme dans le comic culte. Le dessin et l'animation sont corrects, sans être géniaux. En version originale, les voix sont excellentes : Mark Hamill est le Joker, Kevin Conroy est Batman, Tara Strong est Bat Girl et Ray Wise (Twin Peaks) est le commissaire Gordon. Ce dernier va vivre un véritable cauchemar, une journée en Enfer. Kidnappé par le Joker après que celui-ci est tiré à bout portant sur sa fille Barbara (alias Bat Girl), Gordon va est mis à nu, au propre comme au figuré, et entraîné dans une vieille fête foraine, devenu le repaire du Joker, plus cinglé que jamais. Très noir, très sombre, très cruel, le récit ne s'adresse pas vraiment au jeune public fan du Chevalier Noir. Le côté psychotique de Batman est également bien présent et l'intrigue est très intéressante. La fidélité par rapport au comic est total, on a même l'excellente blague final qui fait hurler deux rires les deux ennemis pour la vie.



Tragique, sadique, d'une noirceur totale, The Killing Joke est un récit adulte, mature, doté d'une vraie tension dramatique et psychologique et sa version animé ne décevra pas les fans du récit d'Alan Moore. Bien sûr, l'effet de surprise ne joue pas si vous connaissez le comic sur le bout des doigts. Pour les néophytes, c'est une adaptation hautement recommandée, qui vous fera très certainement courir acheter le comic pour l'avoir dans votre collection. On rêve toujours d'une version "live" de ce roman graphique saisissant et qui, plus qu'une histoire de Batman, est véritablement un récit centré sur le Joker.








Du même réalisateur :

LUMIèRE SUR