RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
Dans la petite ville de Cutter aux Etats-Unis, John, un gangster de bas étage qui bosse pour son oncle Neil, accessoirement caïd du coin, rêve d’obtenir plus de liquidités afin qu'il puisse, accompagné de sa petite amie Rosie, sortir de l'entreprise voire de l’emprise familiale pour commencer ailleurs une nouvelle vie. Mais alors qu’il pense avoir trouvé la possibilité de s’en sortir, il commence à se rendre compte que son voisin Troy manigance des choses bizarres chez lui. Un beau jour, alors qu’il regagne ses pénates, il s’aperçoit que sa compagne a disparu. Le petit malfrat va alors se rendre chez Troy mais personne ne répond. Il pénètre donc dans la demeure de ce dernier et visite son sous-sol. A ses dépens ?



The neighbor est le nouveau film d'horreur de Marcus Dunstan, qui a également réalisé "The Collector" et sa suite "The Collection". Dunstan a aussi officié en tant que scénariste sur des métrages de la franchise "Saw", ainsi que sur celle de "Feast". Cinq ans après son précédent long-métrage, le réalisateur américain remet le couvert avec un thriller, qui, une fois n’est pas coutume, prend l’apparence d’un home invasion movie mais à l’envers. En effet, ici ce n’est pas le domicile du héros qui est envahi par une menace extérieure, mais le héros qui va directement dans la gueule du loup, c'est-à-dire dans la maison d’un voisin qui a et fait des choses peu habituelles dans sa cave. Ce qui, à peu de choses près, était déjà le cas dans "The Collection", dans lequel le personnage principal se rendait chez un ancien bourreau l’ayant séquestré afin de sauver la vie d’une jeune femme kidnappée ! Alors n’est-on pas arrivé au bout du concept du sous-genre que constitue le film d’invasion domestique !?



Ici, le protagoniste central va investir la maison voisine de ravisseurs enlevant des gens de familles fortunées moyennant des rançons conséquentes. Mais ceux-ci ont eu la mauvaise idée de s’en prendre à sa petite amie. Le problème est que ce concept, potentiellement intéressant sur le papier même si pas non plus innovant, n’est jamais réellement exploité à l’écran, la faute à une réalisation molle du genou. The neighbor met vraiment un temps fou à démarrer. Et même lorsque le héros s’infiltre enfin (environ à la moitié du film) dans la maison du voisin et découvre des victimes enfermées au sous-sol, les évènements traînent encore. Peut-être que le réalisateur a cherché à tout miser sur le climax tendu et qu’il a donc fait durer aussi longtemps que possible les préliminaires ? Quoi qu’il en soit, il laisse trop longtemps dans l’attente les spectateurs : la tension n’est pas maintenue et on commence fortement à s'ennuyer.



Il faut attendre ainsi au moins une heure avant que Dunstan ne provoque une hausse d’intérêt pour ceux ne s’étant pas encore endormis. En effet, la violence éclate enfin, et ça fait du bien, car ça a tellement tardé ! Mais bon, calmons-là nos ardeurs car c’est très mal filmé : une succession de gros plans avec caméra qui tremble, ce n’est pas non plus transcendant ! De plus, les meurtres restent très classiques et très brefs. Par ailleurs, on ne verra rien d’aussi sadique que dans les "Saw" ou encore "The Collector" alors que les gentils viennent à bout des méchants sans aucune réelle difficulté, même si Dunstan se ménage une suite éventuelle, des fois qu’il trouve des gens qui aiment son film ! Seul fait amusant mais aucunement justifié par le scénario en totale roue libre, c’est qu’à un moment donné du métrage, un personnage qui ne paie pas de mine, commence à éclater la tronche de tout le monde ! Toutefois, c’est juste fun sur le moment mais prouve bien que le script fonctionne sur du superficiel voire du déjà-vu ! Et puis c’est quoi sérieusement ces masques des tueurs en papier mâché, faits à partir d’articles de journaux !? Pas crédible pour deux centimes pour le coup ! On est alors bien loin des masques emblématiques à la Michael Myers ou Jason Voorhees. Mais en même temps, ce n’est pas comme si le film ainsi que son ce tueur allaient devenir cultes !

On sauvera peut-être certains paysages, la bande originale qui est assez réussie, ainsi que le gros travail sur l’ambiance sonore mais également une partie du casting avec de vraies « tronches » de rednecks du Mississippi rural. On retrouve tout de même Josh Stewart l’acteur fétiche de Dunstan dans le rôle principal, jouant à nouveau un criminel qui s’en sort honnêtement quant à son jeu d’acteur. Cependant, sait-il faire autre chose ? Et puis il y a Alex Essoe, la « tough girl» au joli faciès. Tout le reste de ce The Neighbor est malheureusement ridicule et ne sert qu’à cacher maladroitement l’indigence du scénario.



Ainsi, The neighbor même s'il n'est pas non plus la purge du siècle, n’est tout même pas terrible, la faute à un script des plus bâclés et à une action qui tarde à venir. Il est donc aisément oubliable. De quoi on parlait déjà ? On ne peut dès lors qu’être déçu et se demander légitimement si on pourra visionner les prochaines réalisations de Marcus Dunstan !









Du même réalisateur :

THE COLLECTION
COLLECTOR - THE
LUMIèRE SUR