RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Eric Red

Scénariste
Norman Snider, Eric Red

Date de sortie
1991

Genre
savants fous

Tagline


Cast
Jeff Fahey
Lindsay Duncan
Kim Delaney
Brad Dourif


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Loek Dikker

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Bill Chrushank est un psychologue spécialisé en criminologie. Lors d'un terrible accident de voiture, son bras droit est sévèrement endommagé. Le chirurgien Agatha Webb n'a d'autre solution que de pratiquer une amputation. Heureusement, elle est experte dans la greffe des membres et parvient à greffer un nouveau bras à Bill. La vie reprend son cours normal pour Bill. Certaines nuits, il est assailli par des visions violentes. Parfois, il a l'impression de ne pas pouvoir contrôler son nouveau bras. En faisant quelques recherches, il découvre que ce nouveau bras provient d'un criminel notoire qui a été exécuté. L'angoisse ressenti par Bill s'amplifie encore quand il découvre que le docteur Webb a effectué d'autres greffes à l'aide des membres du même criminel...



Adaptation du roman "Et mon tout est un homme" du duo Boileau et Narcejac, Body Parts est une honnête série B se révélant même assez classieuse dans sa mise en scène et possédant un casting attractif et bien en place, à l'image de Jeff Fahey ou Brad Dourif. Sur le thème usité du membre greffé qui possède une autonomie propre (on pense bien sûr au roman de Maurice Renard "Les mains d'Orlac" et ses diverses adaptations cinématographiques, dont la plus célèbre reste le "Mad Love" avec Peter Lorre), le réalisateur Eric Red livre aux spectateurs un film hybride, multi-genre, qui peut dérouter par son traitement et influences diverses mais n'en reste pas inintéressant pour autant.



Body Parts joue en effet sur différents tableaux : drame, policier, fantastique, horreur se mêlent et s'entrecroisent et si le cocktail peut surprendre, avouons qu'il fonctionne assez bien dans son ensemble. La première partie du film est assez posée : le héros apprend à vivre avec sa greffe de bras, reprend goût à la vie avec sa femme et ses deux enfants, se montre reconnaissant envers son chirurgien. Puis, comme dans un roman de Stephen King, un petit grain de sable vient s'immiscer dans ce cadre idyllique. Bill commence à avoir des visions violentes. Alors qu'il se chamaille gentiment avec son fils, il lui assène une claque assez brutale sans réellement le vouloir. La tension monte d'un cran et Bill comprend qu'il se passe quelque chose d'étrange avec son nouveau bras.



En découvrant que ce dernier a appartenu à un dangereux tueur en série, il repense à son travail de psychologue spécialisé sur la question du Bien et du Mal. Le "Mal" peut-il être contenu dans des cellules humaines ? Se peut-il qu'une partie de l'âme du tueur soit encore "active" dans son bras ? Ce dernier peut-il agir contre sa volonté ? Autant de question auquel Bill va s'efforcer de répondre. Le suspense est relativement bien amené et les rencontres que va faire Bill avec d'autres greffés, dont Brad Dourif en artiste-peintre, vont permettent de faire progresser l'histoire et apporter au héros des éléments de réponse, réponse que nous, spectateurs, avons déjà, parce que les films d'horreur, ça nous connaît ! Là où le film surprend, c'est dans sa seconde partie, dans laquelle on se dit que la raison du réalisateur est partie en sucette !



En effet, le film bifurque d'un coup dans l'action, l'horreur mais aussi dans le délire le plus total ! Un vrai pétage de plomb, avec poursuite en voiture, créature de Frankenstein qui veut retrouver tous ses membres et va les prélever lui-même aux greffés (!!), savant fou aux projets diaboliques et petites scènes gores qui viennent égayer ce Body Parts un brin trop classique dans sa première partie. Au final, on a un film un peu déséquilibré, bancal mais attachant, surprenant parfois et qui n'hésites pas à s'aventurer dans le domaine de l'expérimentation médicale avec brio.









Du même réalisateur :