RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Levan Akin

Scénariste
Levan Akin

Date de sortie
2016

Genre
fantastique

Tagline


Cast
Josefin Asplund
Helena Engström
Myranda Frydman
Irma Von Platen
Ruth Vega Fernandez


Pays
Suède

Production


Musique
Benny Anderson

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Un soir de pleine lune, six lycéennes héritent de pouvoirs surnaturels et apprennent qu’elles sont les élues, les seules personnes capables de vaincre le mal qui attaque leur école et qui déciment leurs camarades. Afin de réussir dans leur mission, elles seront épaulées par une conseillère qui va les aider à développer leur pouvoir et surtout elles vont devoir s’unir malgré leurs caractères différents et leurs divergences de point de vue...



Un groupe de jeunes sorcières va au lycée dans une ville ou se situe une sorte de bouche de l’enfer d’où peuvent s’extraire des êtres malfaisants. Afin de démasquer et tuer le démon qui élimine leurs camarades de classe, elles vont devoir enquêter et surtout apprendre à maitriser leurs pouvoirs. Si cela vous rappelle un mix entre « Buffy contre les vampires », « Charmed », « Pretty Little liars », « Dangereuse Alliance » et « Harry Potter », c’est certainement normal tant « The Circle », adaptation au cinéma d’une œuvre littéraire suédoise, s’inspire clairement des créations pour adolescent(e)s de ces vingt dernières années.



La trame est donc classique et bien qu’emmenée par des actrices convaincantes et au côté « girl next door » plaisant, n’évite pas divers poncifs et surtout traine en longueur (2h20 quand même). Un rythme lent que vient sauver une mise en scène réussie et des paysages magnifiques ainsi qu’une ambiance envoutante dû aux origines du film qui nous éloigne un peu des teen movies américains tout en gardant une prestance technique digne du nouveau continent. Si la partie de découverte des pouvoirs des héroïnes est réussie, le plus gros de l’histoire, à savoir la lutte contre les forces du mal manque d’ampleur et de souffle épique. La première partie de ce combat, la traque de l’être maléfique dont l’identité est inconnue, est sous exploitée et ce qui aurait pu devenir un « whodunit » intéressant ne passionne malheureusement pas. La seconde partie, une fois le méchant identifié, est elle aussi quelque peu décevante tant il ne semble pas extrêmement menaçant et manque de charisme. Malgré ces réserves, le film se laisse suivre avec plaisir et bien que manquant de rythme et de péripéties, accroche et intrigue.



Mieux que ça, c’est là ou on ne l’attend pas que le film arrive à emballer le spectateur car bien que trop classique dans son déroulement, « The Circle » arrive toutefois à s’échapper des terrains balisés du teen movie fantastique grâce à divers éléments qui apportent une touche plus profonde au film. Commençons par les parents de nos héroïnes qui sont, par leur immaturité et leur incapacité à gérer correctement leurs relations avec leurs progénitures, en partie responsable des drames qui arrivent à leurs enfants. Des situations réalistes et dures qui rappellent, toutes proportions gardées, la façon dont Larry Clark appréhendait les relations « adultes/adolescents » dans « Ken Park ». L’autre point qui joue en faveur de « The Circle » est qu’il ose certaines séquences horrifiques bienvenues telles que des scènes oniriques emballées avec talent, un suicide introductif bien mené ou encore cette séquence ou une mère possédée devient une cuisinière compulsive jusqu’à s’en brûler les mains dans l’eau bouillante.

D’autres éléments, qui peuvent sembler anecdotiques, comme l’utilisation de la magie pour réussir à coucher ou des personnages fumeurs, permettent au film d’atteindre un niveau de maturité qui fait souvent défaut à ce genre de métrages fréquemment trop sages et rend ses personnages plus crédibles. Le tout est amené de façon subtile ce qui permet de ne pas choquer l’adolescent(e) à qui le film est principalement destiné, de maintenir une cohérence globale satisfaisante et permettra au public plus âgé d’accrocher, lui aussi, à cette histoire de sorcières.



Bien que largement perfectible, « The Circle » a donc l’avantage de proposer quelque chose d’un peu différent au milieu des « Divergente » et des « Hunger Games » qui foisonnent tout en gardant un scénario et une ligne directrice qui devraient satisfaire le public visé. Inspiré par les standards des séries et du cinéma US, le métrage arrive à sortir du lot grâce à son origine nordique qui lui donne une ambiance magique et qui lui permet d’éviter la frilosité des productions américaines.

Techniquement réussi, bien interprété et muni des qualités citées plus haut, « The Circle » mérite donc le coup d’œil et maintenant que ce volet intitulé « Les élues » a posé les bases, il ne reste plus qu’au film suivant de passer à la vitesse supérieure et d’apporter le souffle épique qui manque à cette première partie. Allez, on garde ce qui marche, on rythme un peu le tout, on ajoute un méchant qui a de la gueule et on ne sera pas loin d’atteindre un cocktail détonnant et complètement jubilatoire.


Disponible en DVD et BR chez Pathé






Du même réalisateur :