RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.8
(5 votes)
Une jeune femme se réveille dans une cave après un accident de voiture. Ne sachant pas comment elle a atterri dans cet endroit, elle pense tout d'abord avoir été kidnappée. Son gardien tente de la rassurer en lui disant qu'il lui a sauvé la vie après une attaque chimique d'envergure. En l'absence de certitude, elle décide de s'échapper...



Développé en secret, "10 Cloverfield Lane" est arrivé en mars 2016 à la surprise générale. Toujours produit par J.J. Abrams, il ne constitue pas une suite à "Cloverfield", mais s'inscrit selon le producteur dans le même univers, le même ton. Un lien ténu donc, pour un film qui aurait finalement gagné à ne pas être rattaché à son aîné, mais être totalement indépendant.



Mené par un John Goodman en très grande forme, 10 CL joue sur les apparences, les fausses impressions et la paranoïa, à partir d'un postulat de base assez simple : Howard protège-t-il Michelle et Emmett d'une véritable apocalypse, ou ses intentions sont elles moins louables ? Le scénario joue avec le spectateur et nous amène à constamment changer de point de vue, au fil des révélations, des surprises et des réactions des personnages, transformant certaines séquences légères en situations particulièrement anxiogènes.



Tout ceci serait parfait s'il n'y avait pas ce final, totalement saugrenu. La tension retombe brutalement, au profit d'un délire grotesque et interminable, qui n'a pas grand chose à faire là, sinon justifier le nom du film. Dommage, car le huis clos avec le trio d'acteurs talentueux était jusque là fort réussi, notamment dans la relation entre John Goodman (The Big Lebowski, Panic sur Florida Beach) et Mary Elizabeth Winstead (Scott Pilgrim).









Du même réalisateur :