RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Thomas Salvador

Scénariste
Thomas Salvador

Date de sortie
2014

Genre
super-héros

Tagline


Cast
Thomas Salvador
Vimala Pons
Youssef Hajdi


Pays
France

Production


Musique
Thibault Deboaisne

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Vincent a un pouvoir extraordinaire : sa force et ses réflexes décuplent au contact de l’eau. Pour vivre pleinement ce don, il s’installe dans une région riche en lacs et rivières, et suffisamment isolée pour préserver sa tranquillité. Lors d’une escapade aquatique, il est surpris par Lucie dont il tombe amoureux.



Vincent n'a pas d'écailles est le premier film de super-héros à la française. Enfin, pas vraiment, mais c'est en tout cas sous cette affirmation gentiment mensongère que nous a été présenté le film de Thomas Salvador. Car Vincent n'est pas un super-héros : c'est un type ordinaire, à ceci près qu'il dispose d'un pouvoir étonnant.



On ne sait pas d'où vient ce pouvoir, ni comment Vincent l'a obtenu. D'ailleurs, on ne sait rien non plus de Vincent : le film refuse de nous tenir par la main, et choisit de nous plonger dans le quotidien d'un homme aussi réservé dans ses relations avec les autres qu'épanoui quand, seul et caché, il peut enfin jouir de ses formidables capacités.



Le pouvoir du personnage est ainsi présenté comme un secret presque honteux, que Vincent ne dévoilera qu'à une personne de confiance, et qu'il ne révélera que pour sauver un ami du danger, s'exposant soudain au regard de tous. La seconde partie du film sera ainsi consacrée à une longue fuite, offrant un peu plus d'action après une première moitié plus intimiste, plus sobre.



Vincent n'a pas d'écailles est une œuvre à part dans le paysage cinématographique. Avec son héros très humain malgré un pouvoir extraordinaire, son traitement d'une remarquable sobriété (les silences éloquents, le rythme lent) et les remarquables séquences où Vincent nous montre ses capacités, le film de Thomas Salvador est une étonnante bouffée d'air frais, surtout dans une première partie très réussie, la seconde étant un peu plus convenue.









Du même réalisateur :

VINCENT N'A PAS D'ECAILLES