RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Madeleine emmène ses enfants dans la jungle africaine pour aller voir son mari Hank, dont elle est depuis longtemps séparée. Hank est un scientifique excentrique qui s'est toujours battu pour la défense d'espèces en danger. Il vit en pleine savane, dans une maison squatté par des centaines de fauves. Parti chercher sa famille, Hank rate le rendez-vous. Sa femme, sa fille et ses deux fils trouvent sa maison mais la cohabitation avec les fauves ne va pas se passer sans anicroches...



Surnommé "le film le plus dangereux du monde", Roar est une production assez atypique dans le paysage cinématographique. Ce "titre honorifique" intriguant est du au fait que le tournage ne fut pas de tout repos pour l'équipe technique et les acteurs. Il faut bien avouer qu'être entouré par des centaines de fauves divers et variés (lions, lionnes, tigres, guépards, panthères noires et j'en passe) doit être plus que flippant et même si les animaux étaient supposés être amicaux et apprivoisés (mais pas dressés !), il n'en reste que leur instinct de prédateur ne peut être contrôlé à la perfection et bien des incidents sont venus émaillés un tournage fleuve, qui a duré 6 ans !



Morsures, agressions, multiples blessures sont monnaie courante et même un "scalpage" pour le chef opérateur Jan de Bont (futur réalisateur de Speed 1 et 2, Twister ou Lara Croft 2), qui s'en est tout de même sorti avec plus de 120 point de sutures ! La toute jeune Mélanie Griffith a également été blessé au visage et Roar peut se vanter d'avoir plus de 70 accidents de tournage à son actif ! L'idée du film est venue à l'actrice Tippi Hedren et à son mari Noel Marshall suite à un voyage en Afrique. Elle décide alors d'acheter un ranch et le transforme en village africain. Elle fait venir plus de 150 fauves et décide de les laisser agir ou se déplacer librement, sous la supervision d'un seul dompteur. Son mari décide de réaliser le film et de jouer le personnage principal. Leurs deux fils seront de la partie, tous comme la fille de Tippi Hedren donc. Une affaire de famille donc pour un scénario qui joue avec cet aspect. Si le tournage a duré si longtemps, c'est en grande partie due aux nombreux accidents mais également à la réaction imprévisible des fauves, qu'on ne "dirige" pas comme un acteur. Le film se fait selon leurs humeurs et leurs envies, d'ou un délai qui s'est vu fortement allongé.



Si le scénario s'avère relativement simpliste, évoluant en fonction du comportement des fauves, il n'empêche que les péripéties vécues par les héros du film sont franchement impressionnantes et on saluera les acteurs devant tant de sang froid. Les attaques des fauves, et notamment des lions, font réellement froid dans le dos et on ressent dans nos chairs la force brute et la puissance dévastatrice qui émanent des coups de pattes du roi des animaux et de ses confrères. Si Roar se veut être avant tout un beau film d'aventure teinté de comédie, il ne dépareille pas dans la catégorie des films dits d'agressions animales même si l'aspect horrifique est ici totalement absent. Néanmoins, les attaques de fauves sont relativement nombreuses et les trésors d'ingéniosité déployée par la famille de Hank pour ne pas servir de dîner aux redoutables prédateurs transforment souvent ce film tout public en un "survival" haletant et assez stressant. Dans une scène, un éléphant attrape Tippi Hedren et l'envoie valser dans les airs, l'actrice se retrouvant avec une jambe cassée !



Affirmer dans un but promotionnel que le tournage de ce film a été le plus dangereux du monde n'est donc pas un mensonge ou un simple coup de bluff. On est loin des tournages contemporains dans lesquels toutes les précautions sont prises, dans lesquels les acteurs côtoient les animaux dangereux bien à l'abri d'une cage qu'on efface à l'ordinateur quand l’animal n'est pas lui-même créé en image de synthèse. Véritable hymne à la nature sauvage dans ce qu'elle a de plus beau, de plus naturel, de plus libre mais aussi de plus dangereux, voilà ce que vous propose Roar, dont la carrière cinématographique a été un échec, ce qui n'est pas mérité. On ne s'attardera donc pas devant la maigreur du scénario mais on se laissera absorber par les somptueuses images proposées. A noter que le ranch de Tippi Hedren existe toujours et que l'endroit est devenu une réserve d'animaux.

Disponible en DVD chez RIMINI EDITIONS






Du même réalisateur :