RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Gil Kenan

Scénariste
David Lindsay-Abaire

Date de sortie
2015

Genre
spectres

Tagline


Cast
Sam Rockwell
Rosemarie DeWitt
Jared Harris


Pays
Etats-Unis, Canada

Production


Musique
Marc Streitenfeld

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2
(5 votes)
Lorsque les Bowen emménagent dans leur nouvelle maison, ils sont rapidement confrontés à des phénomènes étranges. Une présence hante les lieux. Une nuit, leur plus jeune fille, Maddie, disparaît. Pour avoir une chance de la revoir, tous vont devoir mener un combat acharné contre un terrifiant poltergeist…



C'était sans doute inévitable, mais on pourra quand même, à nouveau, s'interroger sur la pertinence d'un remake du "Poltergeist" de Tobe Hooper et Steven Spielberg, classique du film d'épouvante et d'horreur des années 80, très ancré dans son époque mais qui n'a pas beaucoup vieilli. Cela n'empêchera pas Gil Kenan (Monster House) d'en tirer une relecture à la mode 2010 : jumps-scares à toutes les sauces, caractérisation des personnages inexistante et absence totale de progression scénaristique.



On ne sait d'ailleurs pas trop si c'est une volonté de respecter l'original ou par simple paresse, mais cette nouvelle version de Poltergeist va se contenter d'en reprendre les grandes lignes et les passages phares de son modèle, mais en prenant bien soin de les édulcorer au maximum (l'arrachage de visage, le clown, l'arbre, tout y passe) et d'en livrer une version abâtardie par des années de cinéma d'épouvante au rabais. Paranormal activity et compagnie sont passés par là, et ça se voit : plus aucun effort n'est fait pour créer une ambiance, à aucun moment le film ne cherche à installer un mystère, et il n'y a plus aucune montée en puissance des manifestations paranormales.



Apparemment conscients de leur incapacité à agencer correctement leurs passages chocs, les responsables du film ont trouvé une parade : ils nous proposent en fait une comédie. Les scènes volontairement drôles s'enchaînent en effet de façon plus naturelle que les scènes d'épouvante, et on sourit bien plus qu'on ne frissonne. Oh, bien entendu, on rira aussi aux dépens du film, notamment devant l'interprétation complètement à l'ouest de Sam Rockwell ou pendant toute la dernière partie repompant sans vergogne Insidious (qui lui-même s'inspirait de Poltergeist, dans une espèce de mouvement perpétuel de fainéantise créative).



Poltergeist version 2015 vient donc s'inscrire dans la longue liste des remakes inutiles et bien en-dessous de leur modèle. Avec l'unique volonté de livrer une version réchauffée des passages les plus remarquables de l'original en l'assaisonnant avec les ingrédients qui font tout l'ennui du genre ces dernières années, le film de Gil Kenan ne parvient même pas à être désagréable : il n'est que quelconque, et on l'oubliera bien assez tôt.









Du même réalisateur :

MONSTER HOUSE