RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Ryan Gosling

Scénariste
Ryan Gosling

Date de sortie
2014

Genre
thriller

Tagline


Cast
Christina Hendricks
Iain De Caestecker
Matt Smith
Iain De Caestecker


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Johnny Jewel

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(2 votes)
Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte...



Pour son premier film en tant que réalisateur, on peut dire que Ryan Gosling (Drive, Only God forgives...) n'a pas choisi la facilité : refusant de se contenter d'une oeuvre commerciale, il s'attache au contraire à nous livrer un film destabilisant, aussi travaillé et exigeant que puissant. Une oeuvre qui ne plaira assurément pas à tout le monde, et dans laquelle l'acteur-réalisateur va nous entraîner dans un monde aux frontières du fantastique, avec ses légendes et ses monstres.



Il utilise à merveille un décor exceptionnel (un village englouti et les habitations délabrées qui l'entourent) pour évoquer les destins croisés de deux personnages peu à peu happés par la violence et contraints de repousser leurs limites : la violence, réelle ou simulée, côtoie la poésie dans un film clairement marqué par l'aura de Refn, de Noé, de Jodorowsky, voire même de Carpenter ou Argento... et surtout de David Lynch. Cela donne quelques plans magnifiques, même si l'aspect ultra-référentiel pourra certainement en agacer certains, donnant par moment un côté un peu poseur et prétentieux au film.



Pourtant, on sort de cette oeuvre particulière étrangement fascinés, envoûtés par la puissance indéniables des images et par un casting incroyablement juste (même si l'on sent que Gosling se met lui-même en scène dans le personnage interprété par De Caestecker, éternel t-shirt blanc et attitude boudeuse inclus). Cela permet de pardonner quelques maladresses typiques d'une première réalisation, notamment dans un récit manquant parfois de consistance et de rythme au profit d'une abstraction et d'un symbolisme parfois irritants.



S'il comporte certains défauts, Lost River reste une oeuvre étonnamment couillue, étonnamment forte, visuellement parfaite. Une première oeuvre très prometteuse pour un acteur que l'on attendait pas forcément là, même si ses derniers films avaient laissé entrevoir cette facette torturée, loin du sex symbol sans intérêt des débuts. Un OVNI qui nous laisse un peu groggy, et surtout impatient de voir le jeune réalisateur confirmer !









Du même réalisateur :