RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.4
(3 votes)
Nous suivons un serial-killer et une famille qui préparent leur fête pour Noël chacun à leur manière. Que vous ayez été sage ou pas, cette année ça n'a aucun importance. Le Père Noël arrive en ville de n'importe où, et il sait où vous habitez...



On a souvent eu l'occasion de voir des films d'horreur sur le thème de Noël plus ou moins bons : "Black Christmas", "Very Bad Santa", "Saint", "Douce Nuit, sanglante Nuit", "Christmas Evil", etc. Souvent des slashers jouant sur cette période magique afin de tenter une approche différente en rajoutant une touche grotesque (notamment grâce au costume du Père Noël). "Christmas Cruelty" aka "O'Hellige Jul !" fait également partie des films volontairement comiques avec, cependant, une forte dose de brutalité supplémentaire.

L'intro qui démarre sur un home-invasion déjà terminé permet de nous montrer à l'écran en même pas 5 minutes, un viol et un meurtre de bébé à la scie circulaire... La violence de cette séquence impressionnante est tellement dure à cerner qu'on ne sait pas si on doit prendre le film au sérieux ou au second degré. Mais le générique de début vient de suite nous rassurer et adoucir les angles avec une musique Rock’n’roll. Un pur divertissement s'annonce et la suite de ce qui va suivre confirme notre doute à propos du style du film : très influencé par le style de Quentin Tarantino. Et ça marche ! L’excellent choix des musiques pour le film rend ce dernier absolument festif et lui donne un charme que peu de films brutaux ont.



Les personnages, quant à eux, deviennent de plus en plus attachants. Une bande d'amis ne cessant de s'amuser, rire, boire et se chamailler, le tout sur des bandes sonores rythmées et agréables à écouter rendant l'atmosphère vraiment joyeuse. En attendant, le tueur s'occupe de sa petite famille tranquillement et laisse le temps passer afin que l'on puisse profiter de l'amusante soirée de la bande de jeunots. La brutalité des premières minutes s’est évaporée durant les 45 minutes suivantes, ne laissant qu'apercevoir l'amusement et la bonne humeur chez nos personnages. Mais la particularité de ce slasher, c'est que la longue attente de l'arrivée des meurtres est comblée par de très bons dialogues qui attirent l'attention sans même provoquer l'ennui.
Les répliques des films indépendants horrifiques sont très souvent faiblardes et ne servent que de prétexte pour engendrer une déflagration de violence certaine, mais pas dans "Christmas Cruelty".



Par ailleurs, aucun élément n’aura une influence sur le tueur qui décidera par lui-même de venir rendre visite à la bande d'amis sans prévenir et de manière inattendue. Ni d'explication, ni de raison évidente qui justifieront ses actes horribles. Après avoir montré ce qu'était la véritable amitié, les réalisateurs norvégiens passent aux choses attendues par les adorateurs de la sauvagerie. L'apparition frappante du tueur déguisé en Père Noël est l'une des meilleures qu'on ait vue dans un slasher gore de ces dernières années. Note spéciale pour la composition musicale à la guitare de "Carol of the Bells".

Après la venue du Père Noël, nous voilà plongés dans un enchaînement de scènes incroyablement saignantes et violentes. L'ambiance festive disparaît et voici venue la fin d'une forte amitié fracassée à coups de marteau, de décapitation, de tronçonneuse, de mutilation et de viol. Toujours avec une légère dose d'humour, ce Père Noël sociopathe livre un massacre gore radical et énervé sans même donner au public la moindre information sur ses motivations, et ce n'est pas plus mal car ça pourrait éviter une forte descente de crédibilité comme on a pu voir dans l'excellent "Found".



En tout cas, voici un film divertissant du début à la fin même si certaines séquences lentes auraient pu être évitées. Mais le style « tarantinesque », le teint ne laissant échapper que la couleur jaune et rouge, l'excellent travail sur les effets gores plastiques, le réalisme des meurtres, les personnages attachants, les formidables musiques rock et la touche discrète de comédie, permettent de faire de "Christmas Cruelty" un slasher idéal pour une soirée entre amis à la période de Noël avec le sapin allumé, une bière à la main et un bon repas préparé pour accompagner le délicieux charme de ce métrage gore norvégien.
Un vrai régal au budget restreint mais vite remonté par les bonnes idées des auteurs de cette œuvre minimaliste et extrêmement attachante.

Noël n'a jamais été aussi Rock’n’roll !









Du même réalisateur :