RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Brian Paulin

Scénariste
Brian Paulin

Date de sortie
2008

Genre
barbaque et tripailles

Tagline


Cast
Nette Detroy
Brian Paulin
Joe Olson


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Matt Meserve, Brian Paulin

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.6
(9 votes)
Kevin se prépare à la naissance de son premier enfant. Mais les choses tournent très mal lors de l'accouchement et Kevin se retrouve complètement seul. Il ne peut pas faire face à la perte de sa femme et de son bébé et est entraîné par un besoin incontrôlable de la ramener par tous les moyens possibles...



"Fetus" a été réalisé 4 ans après "Bone Sickness" par Brian Paulin. Son succès chez les fans de films gore indépendants se fait surtout grâce à son incroyable et hyper-malsaine « cover » ainsi que les nombreuses scènes trash qui donnent tout son intérêt au film malgré son amateurisme. Le film s'ouvre sur l''accouchement qui dérape et qui plonge le personnage principal (joué par Brian Paulin) dans la solitude. Ne supportant pas l'absence de sa femme, il décide de s'ouvrir aux rituels sataniques afin de la faire revenir. C'est alors qu'il se mettra à torturer, charcuter et tuer quelques victimes de manière atroce, à avoir des pulsions nécrophiles pour le corps de sa femme, et à se retrouver au beau milieu d'un gore-fest comme on les aime nous les fans d'éclaboussures (que le film souffre de manque de budget ou pas.)



Certainement le film gore le plus original de Brian Paulin car, ici, pas de zombies et de cannibalisme en tous genres. On a plutôt droit à de bons déversements de tripes, des apparitions de fœtus sanglantes et parfois choquantes (la femme ensanglantée dans la baignoire qui se donne des coups de couteau dans le vagin pour ressortir la tête arrachée de son bébé avant de la dévorer...). Autant dire qu'on en voit des bébés ou fœtus se faire mutiler dans les films gore au point de prendre plus cher que leur mère ("A Serbian Film", "Slow Torture Puke Chamber", "Faim de Mort 2", "Das Komabrutale Duell", "Perseveration" etc.) mais là on a le film de mutilation de fœtus idéal !

Malheureusement "Fetus" souffre d'un problème de rythme, notamment pendant la phase de deuil du personnage principal qui prépare son fameux rituel tout en pratiquant, à l'occasion, la nécrophilie sur le corps de sa bien-aimée, mais cela ne dure pas.



Une fois le rituel commencé, les têtes de fœtus tombent dans des seaux remplis de sang, nous offrant des gros plans bien gore pour le plaisir de nos yeux, mais ont, parfois, tendance à nous amuser à cause des bébés ressemblant (trop) fortement à des poupons et qui, du coup, fait perdre toute crédibilité au film... Si seulement c'était un film plus pro, "Fetus" aurait été un film extrême particulièrement intense. Mais on ne se contentera que d'un simple mais bon divertissement uniquement pour fans d'éclaboussures.

Quant aux décors, notre cher Brian Paulin prend toujours le temps de bien travailler ses pièces et ses objets pour accentuer le contenu glauque de son film et parvient, au final, à nous livrer un démon plus amusant qu'effrayant mais qui n'ose pas faire généreusement verser le sang accompagné de sa chair comme on le fait si bien chez Morbid Visions Films.



Certains trouveront, le final absurde, mais "Fetus" a les ingrédients et le charme pour satisfaire n'importe quel fan de gore indépendant. Impossible de ne pas penser aux premiers Olaf Ittenbach quand on voit un film de Brian Paulin tellement il se dévoue pour partager sa passion pour le gore qui tache sans s'imposer de limite dans la folie de ses films, sans prendre en compte le manque de budget et s'y mettant, alors, à fond pour offrir toutes les idées malsaines et morbides qui lui traversent l'esprit.

Le film peut sembler maladroit, trop amateur, parfois lent, assez foiré et confus mais entre les litres de gore déversés, le travail sur l'ambiance macabre, la bande sonore, les nombreuses images trash offertes pour, à la fois vous amuser et vous dégoûter, on peut dire que "Fetus" reste le film underground à découvrir pour tous ceux qui recherchent de la bonne barbaque tout en restant tolérants, car les autres n'y trouveront que l'ennui durant le visionnage...

Un film sombre indépendant minimaliste, ambitieux mais peut-être trop foiré à cause de l'amateurisme des acteurs et des FX, on est loin du grand divertissement qu'offre "Bone Sickness" mais on trouve tout ce qu'il faut pour se régaler tranquillement sans prise de tête avec quelques éclaboussures, quelques mutilations originales et sympathiquement violentes, quelques images malsaines, une légèrement forme expérimentale et plusieurs fœtus déchiquetés qui viendront tacher vos écran (sans parler de celui qui sortira de l'abdomen du personnage principal pendant le final !)

Malgré tout, la couleur rouge est au rendez-vous pour ceux qui aiment déguster la bonne viande fraîche. Mais on restera toujours plus attirés par "Bone Sickness".