RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Genre
FPS

Systeme
PS4

Developpeur
Machine Games

Annee
2014

Votre note: -
Moyenne: 4.5
(2 votes)


Le tueur de nazi Blazkowicz échoue lors d'une perilleuse mission dans laquelle il se retrouve devant son ennemi de toujours, l'ignoble Strasse, surnommé"le boucher". Blazkowicz se prend des shrapnels dans le crâne, ce qui le plonge dans un profond coma. Il se réveille en 1960 et découvre que les nazis ont gagné la guerre et ont remodelé le monde à leur image. Mais un groupe de résistants mène encore la vie dure aux armées du Reich et Blazkowicz va leur être d'une aide précieuse pour renverser l'impitoyable armée nazie...



L'AVIS :

"Wolfenstein". Un nom aussi culte que celui de "Tomb Raider", "Doom" ou "Pac-Man". Le premier volet de cette saga guerrière est sorti en 1992 chez ID Software sous le titre de "Wolfenstein 3D". Ce jeu de tir à la première personne (FPS donc) mettait déjà en vedette le soldat William “B.J.” Blazkowicz, qui devait sortir d'un château rempli à ras bord de soldats nazis agressifs. Le jeu a été notamment critiqué à l'époque par les bien-pensants car on y voyait des croix gammées partout sur les murs du château et chaque tir de balles provoquait de jolies éclaboussures de sang pixelisé. Pourtant, la morale est sauve puisque le joueur interprète un tueur de nazis. Passons sur ce détail (il a quand même fallu enlever tous les symbôles nazis de la version Super Nintendo !) et projettons-nous dix ans plus tard, en 2001, année qui a vu la sortie de "Return to Castle Wolfenstein". En 2003, c'est au tour de "Wolfenstein: Enemy Territory" et en 2009 de "Wolfenstein", qui faisait la part belle à la magie noire. A noter que vous interprétez dans tous les jeux de cette license le soldat Blazkowicz !

C'est donc une belle histoire d'amour entre le joueur et Blazkowicz qui perdure depuis quelques années déjà. En 2014, nouvelle retrouvaille avec la sortie de ce "Wolfenstein : New Order" qui ne change pas une recette gagnante. On se retrouve encore une fois dans la peau de Blazkowicz et on va encore défoncer du nazi avec une multitude d'armes diverses. Néanmoins, petite nouveauté, "Wolfenstein : New Order" est une uchronie qui nous place en 1960 (avec une introduction bien sympa en 1946), triste époque pour la race humaine puisque le Reich a gagné la guerre et a imposé sa puissance sur le monde à l'aide d'une technologie impressionnante, ayant conçu par exemple des armes lasers, des chiens robotisés mais aussi des "mechas" gigantesques ! Le brave docteur Strasse a bien des idées quand il s'agit de se livrer à ses expériences, qu'elles soient médicales ou non. Mais rassurez-vous, malgré ses quatorze années de coma, Blazkowicz a toujours la haine des nazis et entend bien agir par la violence pour libérer le monde des forces allemandes !



Amateur de FPS bourrin, entrez ici sans tarder ! "Wolfenstein : New Order" n'a pas la prétention de se montrer "intelligent" ou très tactique. Le maître-mot de l'entreprise est "action" ! Auquel on peut ajouter le terme "fun", car oui, "Wolfenstein : New Order" est un pur délire jubilatoire qui n'a pas peur d'en faire des tonnes, de jouer avec les clichés ou les situations tordues. Avec l'arsenal militaire impressionnant mis à sa disposition (couteau, grenade, fusil à pompe, mitrailleuse, lance-roquette et j'en passe...), le joueur traverse les 16 chapitres constituant l'histoire en se prenant souvent pour un des héros des films de John Woo, la possibilité d'avoir une arme dans chaque main nous donnant le sentiment d'être Chow Yun-Fat dans "A toute épreuve" ! Gachette gauche, gachette droite, nos doigts n'en finissent plus de les malmener pour venir à bout des méchants nazis et autres menaces qui parsèment les couloirs, les pièces, et les décors du jeu. Ceux qui préfèrent le côté "infiltration" ne sont pourtant pas oublié puisque le studio a pensé aussi à eux, les deux options de jeu étant possibles et s'avèrent même complémentaires dans certaines missions. Mais dans l'ensemble, ça pète dans tous les sens !

Pour corser le jeu, on se retrouve parfois dans des niveaux dans lesquels vous n'aurez plus que votre couteau pour vous en sortir ! Dur ! Dans d'autres, vu le nombre d'ennemis à abattre, vous aurez besoin de tout votre arsenal pour réussir à atteindre votre objectif ! Les gunfights sont franchement exaltants et on prend un pied d'enfer devant notre écran, rageant ou tapant du pied quand un nazi est venu vous tuer par derrière ! Les sales traîtres ! Plus on avance dans l'histoire, plus la difficulté augmente évidemment et les derniers niveaux se révèlent assez corsés, tout en sachant maintenir un intérêt constant, en déplaçant l'action sur une base lunaire par exemple ! "Iron Sky" est certainement passé par là ! Je ne vous parle pas du dernier chapitre mais il va vous falloir des nerfs d'acier pour en venir à bout, la difficulté étant ici à son niveau maximum !



Graphiquement réussi (sans être une tuerie digne des consoles next-gen mais là n'est pas le but d'un "Wolfenstein"), bénéficiant d'un scénario solide, intéressant, ainsi que de cinématiques très classes, doté d'un gameplay simple mais efficace, ce "Wolfenstein : New Order" est vraiment une bonne surprise pour qui veut s'adonner à un FPS plutôt explosif sans prise de tête et jouant la carte du divertissement pur et dur.

L'un des rares bémols que je citerais concerne les deux missions dans lesquelles vous devez juste trouver des objets au sein de la base des resistants. Alors oui, ça fait du bien de se reposer un peu et de ne pas faire chauffer le canon de nos armes mais bon, j'ai trouvé ces deux passages un peu gonflants en fait, même s'ils participent à l'histoire et aux relations entre les personnages. A noter également pour les parents deux cinématiques un peu "chaudes" entre Blazkowicz et sa petite amie, si vous voyez ce que je veux dire. Le jeu est interdit aux moins de 18 ans, rappelons-le. Ah oui, gros soucis de mixage sonore par contre, il faut mettre le son hyper fort pour entendre les dialogues et le baisser dès que l'action reprend ses droits. Rien de bien méchant mais un peu pénible tout de même.

En tout cas, vu le prix de "Wolfenstein : New Order" (20 euros sur PS3/XBOX 360 ; 25 euros sur PS4/XBOX ONE), il serait bien dommage de passer à côté de ce bon vieux FPS old-school qui vous en colle plein les mirettes et va vous donner des crampes aux doigts ! Ultra fun, ultra jouissif !




5/6 - Stéphane Erbisti



LUMIèRE SUR