RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Kelly FitzGerald

Scénariste
Mark Leake

Date de sortie
2014

Genre
barbaque et tripailles

Tagline


Cast
Darren Bolk
Gary Brown
Mark Colegrove


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Paul Joyce

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(6 votes)
Un scientifique emmène son équipe dans les bois afin de l'aider à trouver une créature mutante appelée MUTANTIS...



Les hommages de grands classiques sont redevenus à la mode ces derniers temps. Et là, c'est la production Dire Wit Films qui nous livre son petit hommage aux anciens films de monstres nanars des années 60 - 70 ("Reptilicus", "The Creeping Terror", "Angry Red Planet" etc.).
Dans le même genre que "Isle of the Damned" et "Pleasures of the Damned", "Mutantis" se révèle plus divertissant que ces derniers.

Mêlant hommage aux anciens films de monstres, film amateur déjanté et nanar volontaire, le long-métrage de FitzGerald met en scène, lui aussi, des personnages volontairement stupides et d'une absurdité excessive avec des costumes et perruques sortis limite tout droit d'un magasin de farces et attrapes.

Le problème est que le film s'installe pendant près de 25 ou 30 minutes... Évidemment on peut, légèrement rire, des dialogues entre les personnages, de leur apparence grotesque et des matériaux en carton fournis par l'équipe de production mais les apparitions du "monstre" qu'on attend impatiemment se font rares pendant cette première demi-heure. Alors, bien entendu, ça reste fidèle à ces grand classique installant une situation catastrophique qui provoquera l'apparition d'une créature due à une erreur chez les scientifiques. Sauf qu'ici, le mutantis est présent tel un bigfoot qui rôde dans les bois depuis des années. Et notre équipe chercheuse s'aventurera dans les bois pour affronter et capturer cette immonde créature !



Immonde, ça oui ! Vu l'incroyable costume en carton (véridique) et en papier du monstre, on ne peut que s'esclaffer en le voyant. Mais c'est ce qui fait le charme du film car chez Dire Wit Films on assume totalement son absurdité, on n'hésite pas à se ridiculiser et on accentue toute ces bêtises avec des scènes trash parfois dignes d'un certain "Poultrygeist" de chez Troma sans être aussi réussi et aussi gore.

Et, donc, pour élever l'absurdité de l'ensemble, notre cher monstre en papier est un hermaphrodite ayant un vagin dans lequel peut pousser un pénis à l'occasion d'un viol d'une ou plusieurs victimes...Une créature des années 60 violeuse de scientifiques et de hippies, c'est ça qui nous manquait dans le domaine du nanar ! Et on n'hésite pas sur les gros plans peu importe la qualité du carton pour faire le vagin...

Oui, Mutantis, offre toutes sortes d'humours (dont le trash et le déjanté) et se rapproche fortement de la folie de "Bong of the Dead" ou "Bagman" avec un bonne poignée de gore aussi ratée que les costumes (n'oubliant pas les liquides pré-éjaculatoires et séminaux). Ce qui est bizarre, c'est de voir tout cet amateurisme assumé filmé avec une camera donnant une image de très bonne qualité. Au moins, ça permet de savourer cet instant de déviance folle pour les amateurs de nanars (volontaires et involontaires) car malgré quelques petites longueurs, l'installation du film et l'expédition rapide de certains meurtres, "Mutantis" est là pour vous servir de cachet d'aspirine lorsqu'un mal de tête survient un matin. Dans une forme quasi-cartoonesque, vous aurez l'impression de voir un film pour enfants de 5 ans avec une créature violeuse de hippies et de la peinture rouge vive qui servira de sang.



Et sans oublier les "transitions nichons" ! Un peu de nudité n'a jamais fait de mal à personne; car c'est, au contraire, l'excès de nudité qui agace dans un film gore.

Mais dans "Mutantis", on sait gérer des acteurs investis à 100% dans le projet, une créature incontrôlable et perverse, des hippies accros à la défonce et des effets spéciaux bas de gamme à faire sortir les yeux des orbites.

En parlant d'effet spéciaux, on a droit à une des morts de monstres les plus ridicules. Vous vous souvenez de la mort de la main possédée de "La Main Qui Tue" ?? Et bien, ici, c'est pareil, on prend un câble électrique, on se met en plein milieu du mutant et il viendra tout seul le mordre pour se désintégrer en une petite fumée vite évaporée. (Spoiler ?? Quelle importance ? Vous pensiez que vous alliez être stupéfaits par un retournement de situation dans un nanar volontaire ? Quelle naïveté !)



Pour conclure, dans l'ensemble, "Mutantis" reste un divertissement "nanardesque" ambitieux pour ce qu'il a voulu offrir aux amateurs de nanars, amusant, sympathique et original (surtout pour la créature). Malheureusement une attente d'une demi-heure quand on connaît déjà la stupidité volontaire du film, c'est particulièrement long (heureusement qu'il dure 1h10 pour nous laisser le temps idéal d'apprécier la débilité du film sans trop nous en lasser) et des scènes ridicules un peu plus prolongées n'auraient pas été de trop. En prenant exemple sur "Bagman" qui, lui, ne s'arrêtait jamais dans sa folie et ne nous lâchait pas jusqu'à la fin. Espérons, tout de même, que le prochain film de Dire Wit Films sera plus dynamique et plus énervé au niveau du rythme même si "Mutantis" fait beaucoup d'effort pour amuser la galerie et éviter l'ennui.









Du même réalisateur :