RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Genre
FPS

Systeme
Ps3

Developpeur
Guerrilla

Annee
2011

Votre note: -
Moyenne: 5
(1 vote)


Suite à la mort de leur leader Scolar Visari, les dirigeants de la planète Helghan ne s'avouent pas vaincu et préparent leur revanche. Les membres de l'ISA, dont Sev et Rico, vont à nouveau devoir affronter les troupes Helghasts et remplir de nombreuses missions pour mettre fin à la menace...



L'AVIS :

Suite au succès des deux premiers volets de ce FPS futuriste, il semblait logique qu'un troisième épisode voit le jour, surtout après le final de Killzone 2. C'est donc en 2011 que Killzone 3 débarque sur les consoles, avec toujours la même ambition : en mettre plein la vue aux joueurs !

D'un point de vue purement visuel, le pari est largement réussi puisque Killzone 3 est d'une beauté renversante, alignant des détails dans les décors qui ravissent constamment la rétine. Les graphismes sont réellement époustouflants et tirent profit de la puissance de la PS3. De plus, les décors dans lesquels se déroule l'action sont vraiment variés, ce qui fait qu'on ne s'ennuie jamais et que l'impact visuel est tout le temps renouvelé. Décor enneigé, décor verdoyant aux mille couleurs, décor apocalyptique avec habitations en ruines, décor situé à l'intérieur des bases ennemis et j'en passe, le plaisir est total. Les différentes cinématiques ne sont pas en restent. Surtout que les développeurs ont eu la bonne idée de proposer le jeu dans le format 3D pour les joueurs équipés de cette technologie et là, je peux vous dire que la magnificence de Killzone 3 est décuplée au centuple. L’impression de profondeur donne le vertige et le jeu gagne en efficacité à tous les niveaux. Seul bémol : l’action va tellement vite qu’au bout d’une heure, on pourra ressentir une gène visuelle absente de l’expérience en 2D. Mais vraiment, la 3D est un plus indéniable.



Killzone 3 nous place donc dans la peau de Sev, soldat de l'ISA, déjà présent dans Killzone 2. Il bourlingue toujours avec Rico, la grande gueule de l'équipe. Equipé d'armes futuristes et interchangeables, il faudra donc remplir de nombreuses missions tout en zigouillant du Helghast à tour de bras. Jeu de tir à la première personne, Killzone 3 verse dans l'action tonitruante et ne s'embarrasse guère de fioritures. C'est de l'adrénaline pur qui vous attend, avec des séquences ultra énergiques qui ne vous laisseront que peu de répit dans votre fauteuil. La diversité des lieux proposés fait que notre intérêt est constamment remis en cause et c’est souvent le souffle haletant qu’on termine une mission. L’immersion dans les zones de combat est plus que réussie et on « vit » vraiment l’aventure avec ses tripes, la sueur ne manquant pas de venir perler sur notre front.

Outre les phases de tirs à pied, Killzone 3 varie aussi les plaisirs en plaçant notre personnage au commande de divers véhicules, qu’ils soient terrestres ou volants, ce qui a pour effet de nous distraire encore plus et d’éviter l’ennui. Le final dans l’espace nous rappelle les grandes batailles de Star Wars par exemple. Nous aurons aussi la possibilité de piloter un robot géant façon « Pacific Rim » ou d’utiliser un « Jetpack », sorte d’exosquelette nous permettant de voler. Dans d’autres séquences, on se trouvera dans les tourelles de tirs et c’est à nous de détruire les obstacles pour permettre à notre engin de transport de se frayer un chemin semé d’embûches. Toute cette panoplie de déplacement permet de diversifier les enjeux et d’assurer grave niveau sensation et plaisir ressenti.



Ultra bourrin, ultra violent, Killzone 3 ne fait donc pas dans la dentelle et se paye même le luxe d’offrir à notre personnage la possibilité de faire un « finish move » sanglant lors d’affrontement en corps à corps. Classe ! Si le scénario reste assez sommaire, l’histoire est tout de même assez intéressante, recyclant certes des clichés déjà vus ailleurs mais bon, on n’est pas dans un « jeu bergmanien » non plus. Killzone 3 est donc un très bon FPS, bénéficiant d’une palette sonore des plus efficaces qui nous plonge pleinement au cœur de l’action. La durée de vie du mode solo est correcte et on n’hésitera pas à y rejouer dans un mode de difficulté supérieure. Evidemment, Killzone 3 propose un mode multijoueur, qui, lui, permet d’avoir une durée de vie quasi infinie. Le gameplay est très bon, la fluidité des mouvements et la précision des tirs ne se targuent quasiment d’aucun défaut. Bref, les amateurs de FPS futuriste peuvent sans sourciller se ruer sur ce titre si ce n’est pas déjà fait, la déception ne saurait être au rendez-vous…

5/6 - Stéphane Erbisti



LUMIèRE SUR