RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Danny Pang & Oxide Pang

Scénariste
Mark Wheaton

Date de sortie
2007

Genre
Spectres

Tagline


Cast
Kristen Stewart
Dylan Mc Dermott
Penelope Ann Miller
John Corbett…


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Joseph Loduca

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2.4
(6 votes)
Les époux Solomon et leurs deux enfants ont quitté Chicago pour vivre à la campagne. Dès leur arrivée dans l’ancienne ferme qu’ils ont achetée en vue de cultiver les tournesols, Jess ressent comme une présence et commence à percevoir des ombres dans la maison, des choses étranges que seul son petit frère Ben, âgé de trois ans, semble voir lui aussi. Lorsque ces apparitions s’amplifient, Jess tente de prévenir ses parents, en vain. Il semble pourtant évident que cette vieille bâtisse perdue au beau milieu des champs renferme un terrible secret. Mais parviendra-t-elle, seule, à résoudre cette énigme tout en évitant qu’il arrive malheur à sa petite famille?



Les frères Pang avaient su nous surprendre dès leurs premiers films, "Bangkok dangerous" et "the eye". Après avoir rapidement connu le succès, nos deux hongkongais décidèrent de se lancer dans la réalisation américaine avec « les messagers ». Epaulés par un grand habitué du cinéma fantastique, Sam Raimi (les trilogies des "evil dead" et des "Spiderman", "darkman", "jusqu’en enfer", "mort sur le grill", "le monde fantastique d’oz"…), qui sera également producteur de ce long-métrage (notre homme n’en est d’ailleurs pas à sa première production, loin de là : "30 jours de nuit", "the grudge", "boogeyman", "possédée"…), les frères Pang espèrent conquérir un public plus étendu. Pari gagné?

"Les messagers" est un film de fantômes et de maison hantée comme on en voit fleurir un peu partout, depuis plusieurs décennies déjà. Difficile donc pour certains réalisateurs de sortir des sentiers battus à présent et de proposer au public quelque chose d’original. Beaucoup sont d’ailleurs malheureusement tombés dans ce piège du déjà-vu, d’où un certain attrait pour ce film "les messagers" dont on attend beaucoup de Danny et Oxide Pang, d’autant plus que ces derniers signent là leur première incursion dans le paysage cinématographique américain.



Et "les messagers" s’avère au final un film… plutôt sympathique. Oui, rien de plus malheureusement. Le long-métrage des frères Pang n’est certes pas ennuyeux et ne présente pas spécialement de grands temps morts, mais il manque clairement d’originalité. Encore une fois, nous avons droit ici à une « banale » histoire de fantômes où les codes du genre sont certes bien présents mais où le manque de singularité se fait cruellement ressentir. On aura en effet droit aux grands clichés typiques, propres à cette catégorie du cinéma de genre, que sont par exemple les planchers qui craquent, les portes qui s’ouvrent, les déambulations dans les longs couloirs sombres… Les clins d’œil semblent également nombreux (on pense à "shining" mais également à toute une pléiade de films de fantômes), ce qui n’est pas pourtant déplaisant, mais rien de transcendant donc dans cette nouvelle ghost story.

Par ailleurs, bien que "les messagers" bénéficie toutefois de quelques séquences chocs bien réussies, ces dernières sont cependant séparées par des passages plus blablateux parfois sans grand intérêt (les apparitions d’un banquier ou encore les scènes se déroulant dans la ville d’à côté) qui apportent au film un rythme parfois plus mou. Le résultat n’en demeure pas ennuyeux pour autant (on en apprend toujours un peu plus sur la vie de famille des Solomon) mais on constate une perte de tension indéniable à certains moments (des changements d’ambiance radicaux, les séquences d’angoisse étant parfois coupées net pour laisser place à des scènes plus familiales en plein soleil).



De petits défauts scénaristiques et un manque d’originalité dans la réalisation qui ne gâchent cependant pas l’ensemble de l’œuvre qui nous est proposée ici. En effet, certaines scènes sont fort réussies (notamment l’introduction, brusque et quelque peu flippante, mais également certaines apparitions de fantômes parfois inquiétantes) et le secret de cette vieille ferme est plutôt bien gardé jusque dans ce final étrangement en demi-teinte (on est surpris et pourtant on ne peut s’empêcher de se dire que finalement c’est assez banal dans le fond : un sentiment quelque peu mitigé pour ma part au sujet de ce dernier chapitre).

Le casting est également d’assez bonne facture, même s’il est indéniable que c’est notre duo de jeunes acteurs qui tient le film sur ses épaules (on notera d’ailleurs une bonne interprétation de ce petit bonhomme jouant le rôle de Ben, ce petit diablotin paraissant tantôt innocent tantôt farceur est très convaincant).

En ce qui concerne les effets spéciaux, là non plus on ne reprochera pas grand-chose à l’équipe des frères Pang ayant œuvré sur "les messagers". Sans pour autant être exceptionnels, ces derniers mettent en image des spectres réussis, de couleur froide (bleu, gris) convaincants pour la plupart (tout particulièrement ce fantôme sortant du mur de la chambre ou ce spectre à demi-perçu dans la pénombre du couloir qui se trouve juste derrière notre malheureuse Jess).
Quelques effet visuels hors fantômes sont également de la partie comme cette très bonne séquence où la maison semble prendre vie (l’escalier casse, le mobilier bouge, les objets sont propulsés aux quatre coins de la pièce…), à la manière récemment de ce fameux "dark touch" (en bien moins intense chez les frères Pang cependant).

Enfin, on appréciera également le cadre champêtre où se déroule notre histoire. Les champs de tournesol à perte de vue, les corbeaux présents en nombre, l’absence de maisons avoisinantes… Tout ceci marque un certain isolement et un sentiment d’insécurité pour la famille Solomon et rappellent notamment un certain "children of the corn" ("les enfants du maïs").



Au final, "les messagers" est un film de fantôme assez classique, peu original dans son approche (les clichés sont tous bien là, à l’exception peut-être d’une musique adéquate…), mais présentant toutefois un certain attrait (de jeunes acteurs convaincants, des spectres plutôt réussis, un cadre champêtre bienvenu, quelques séquences à la tension quelque peu palpable). Un film qui devrait satisfaire principalement les novices en la matière mais dans lequel certains passionnés comme votre rédacteur pourront cependant y trouver quelques bonnes petites choses.








Du même réalisateur :