RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(3 votes)
Désigné pour devenir le chevalier Kirin, le jeune Tadashi va devoir aller chercher une épée magique afin de sauver le monde du terrible Kato, être démoniaque qui a créé une armée de monstres dans le but d’exterminer les humains. Tadashi sera aidé dans sa quête par des Yokaï, créatures fantastiques aux formes diverses…



Les Yokaï sont les créatures imaginaires des légendes japonaises, à l’image de nos elfes, gnomes, trolls et autres fées de nos contes pour enfants. Dans les années 50, le dessinateur Shigeru Mizuki remet au goût du jour les Yokaï dans le manga Ge Ge Ge No Kitaro qui connaîtra un énorme succès populaire au point de devenir une série télévisée puis une trilogie au cinéma. C’est en 1968 que sort sur les écrans "La malédiction des Yokaï" réalisé par Kimiyoshi Yasuda, à qui l’ont doit également « Majin ». Succès colossal, le film engendra deux suites : "La guerre des Yokaï" et "La légende des Yokaï". Des films où les monstres de toutes sortes sont les vedettes, pour le plus grand plaisir des enfants mais aussi des adultes, heureux de retrouver les créatures merveilleuses qui ont bercé leur enfance. En 2005, le réalisateur fou Takashi Miike décide de faire revivre les Yokaï et réalise "The Great Yokaï War", dans lequel il va se servir de la technologie moderne en matière d’effets spéciaux pour montrer la plus grosse brochette de monstres jamais vue sur un écran !



Principalement connu pour être le réalisateur de tous les excès, avec des films de fou furieux comme "Ichi the Killer", "Visitor Q", "Audition" ou la série des "Dead or Alive" par exemple, Takashi Miike s’est également illustré dans le film plus familial, à l’image de l’excellent "Yatterman" ou encore "Zebraman". Habitué à tourner 3 ou 4 films par an, il se consacre principalement en 2005 au remake de "La guerre des Yokaï", second volet d’une saga légendaire au Japon qui a été réalisé en 1968. Dans cette nouvelle version, le réalisateur nous propose une sorte de conte de fée moderne, dans lequel un jeune garçon timide, complexé et peu téméraire, va devenir le sauveur de l’humanité et apprendre les notions de courage et d’honneur. A l’instar du jeune Bastien dans « L’histoire sans fin », Tadashi va être amené à vivre des aventures extraordinaires mais aussi dangereuses, devant lutter contre Kato, un démon très puissant qui veut se venger des humains en créant une armée de monstres tous plus originaux les uns que les autres. Comme dans « Godzilla », qui nous mettait en garde contre le nucléaire, « La guerre des Yokaï 2005 » place en filigrane un discours sur la pollution et le gâchis. En effet, c’est la rancœur de tous les objets jetés à la poubelle par les humains qui permet à Kato d’avoir de la matière première pour transformer de simples Yokaï en monstres assoiffés de vengeance. Un discours intéressant, qui nous fait réfléchir sur nos actes de tous les jours et sur notre manière de consommer. Le thème de l’enfance et du passage vers l’âge adulte est aussi évoqué, car seuls les enfants peuvent voir les Yokaï. Rassurez-vous, ces thématiques ne sont pas rébarbatives et ne vous prendront pas la tête, car le film est avant tout un gigantesque défouloir survitaminé, qui permet à Takashi Miike d’aller toujours plus loin dans la démesure.



Amis du grand spectacle, oui, ce film est fait pour toi. Pour tes enfants aussi, mais pas trop jeunes quand même, certaines séquences pourraient les impressionner. En tous cas, on a ici un bestiaire proprement hallucinant de monstres bizarroïdes, allant du très beau au plus grotesque, interprétés par des acteurs maquillés ou créés en CGI. On doit bien en dénombrer plus d’une centaine je pense, impossible de les compter tous tellement il y en a. Si on en reconnaît certains (la dame des neiges, le Tengu, le Kappa entre autres), la plupart nous sont totalement inconnus et il faut avouer que le film, principalement destiné au public japonais, pourra parfois laisser sur le coté de la route le spectateur européen, un peu perdu dans cet univers original mais qui lui est peu familier. En tout cas, impossible de ne pas écarquiller les yeux devant l’inventivité du film, son rythme dynamique, son imagination débridée. Mêlant comédie, fantastique, Héroïc Fantasy, conte pour enfant, Takashi Miike prouve qu’il est un réalisateur hors norme et qu’il est capable de transcender des sujets divers et variés et qu’il est aussi à l’aise dans le film ultra-violent que dans le divertissement familial façon blockbuster.



Au final, "La guerre des Yokaï 2005" est un pur divertissement, souvent jubilatoire, proposant un univers invraisemblable, coloré, détonnant. Le rythme du film pourra même apparaître usant car il y a réellement peu de temps morts. Le jeune acteur interprétant Tadashi se révèle étonnant, crédible. La scène où il découvre que sous l’apparence d’un méchant monstre qu’il vient de tuer se cachait la petite créature Yokaï qui était devenue son ami, est assez touchante et nous ferait presque verser une larme. Le reste du casting est à l’avenant et si certaines images en CGI sont un peu trop visibles, contrastant fortement avec le reste, le film est dans l’ensemble un vrai régal pour les yeux. Et comme déjà dit, les amateurs de monstres divers seront aux anges devant l’incroyable palette proposée ici. Bref, laissez-vous tenter par un spectacle « autre », différent, dépaysant et plutôt jouissif !


Disponible en DVD et Coffret collector chez Metropolitan






Du même réalisateur :