RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(3 votes)
Le professeur Wayne Gretzky est un vampire… impuissant. Il n’a pas été capable de montrer les crocs depuis qu’il a tué l’amour de sa vie trois cent ans plus tôt. Avec l’aide de son collègue, le docteur Levine, et une jeune étudiante de première année, Chris, sosie de son amour perdu, sa vraie nature de vampire ressurgit. Malheureusement, cette ressemblance n’est pas une coïncidence et les choses vont sérieusement se compliquer quand Chris se transforme en vampire assoiffé de sang...



Et une comédie fantastique à base de vampires de plus, une ! Depuis "Le bal des vampires" et "Vampire, vous avez dit vampire ?", le mythe du vampire a souvent était dévié de sa constitution première pour aboutir à des comédies le mettant en scène. On pense également au film "Le Vampire de ces dames" ou "Dracula, mort et heureux de l'être" entre autre exemple. Avec "Vampire University", les deux réalisateurs, étant également scénaristes, ont l'idée de faire de leur vampire un professeur d'université qui a un sérieux problème : ses crocs ne veulent plus sortir depuis qu'il a tué sa dulcinée par erreur.



Une idée originale et rigolote, du moins sur le papier. Car il faut bien avouer que la vision de "Vampire University" n'est pas aussi drôle que prévue, la faute à des gags plutôt balourds, du comique de situation qui ne fonctionne pas toujours, des effets largement téléphonés et attendus (Chris est évidemment le sosie de la dulcinée du vampire) et à un jeu d'acteurs plutôt mitigé, voire passable la plupart du temps. Bref, pas de quoi se relever la nuit ou se planter un pieu dans le coeur. Mais malgré ses nombreux défauts, "Vampire University" possède quelques qualités, comme certains gags qui parviennent à faire mouche ou répliques marrantes. Le film bénéficie surtout de la présence lumineuse de Julie Gonzalo, actrice que j'ai découverte dans la version 2010's de la série Dallas. Julie irradie chaque scène dans laquelle elle apparaît et elle s'amuse comme une petite folle une fois que son ténébreux professeur, ayant perdu son self-control dans ses bras (et on le comprend !), l'a transformé en créature de la nuit.



Mais là où le prof-vampire se la joue super cool, notre nouvelle vampirette ne fait pas dans la dentelle : 29 victimes pour sa première nuit en tant que vampire, un joli score ! A partir du moment où notre héroïne devient une suceuse de sang, le film gagne en rythme, se pare d'atouts sexy non négligeable, joue avec les clichés du look gothique (Chris et ses copines vampires sont toutes fringuées en noir et cuir, miam miam !) et les efforts déployés par les deux héros masculins, aidé par le prof vampire, pour se débarrasser de cette horde de midinettes aux crocs acérées fonctionnent plutôt bien. La dernière demi-heure est vraiment sympa pour qui n'en attend pas trop. Bref, "Vampire University" ne restera pas dans les annales des meilleures comédies fantastiques mais la dernière partie associée au charme de Julie Gonzalo lui permet de s'en tirer mieux que ce que le début laissait envisager...


Disponible en DVD et BR chez Factoris Films






Du même réalisateur :