RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Genre
survival horror

Systeme
XBOX

Developpeur
Computer ArtWorks

Annee
2002

Votre note: -
Moyenne: 5.4
(3 votes)


Dans les terres hostiles de l’Antarctique, une mystérieuse forme de vie polymorphe a exterminé un avant-poste de scientifiques américains. Vous êtes le Capitaine Blake, chef de l’équipe de sauvetage envoyé là-bas pour enquêter sur le carnage. Piégé par la tempête et menacé par un ennemi implacable, vous devez garder vos coéquipiers en vie. Gérez leur peur, gagnez leur confiance et vous pourrez peut-être survivre…

On le sait : les adaptations en jeux vidéo d’œuvres cinématographiques donnent des résultats…assez aléatoires. Cela est surtout vrai pour les adaptations récentes, souvent bâclées afin de pouvoir bénéficier d’une sortie parallèle à celle de l’exploitation du film au cinéma, profitant ainsi d’une publicité facile et pouvant attirer le consommateur naïf désireux de découvrir ou de poursuivre l’aventure filmique chez lui. L’arrivée du jeu vidéo The Thing sur consoles et PC, 20 ans après le film de John Carpenter, apporte néanmoins la preuve qu’avec quelques bonnes idées et un respect pour l’œuvre d’origine, on peut parvenir à un très bon jeu.



The Thing est donc un survival-horror prenant place après les événements du film. Nous incarnons Blake, un militaire assez classique qui a pour objectif d’enquêter sur le destin de l’avant-poste américaine. Ainsi, lors de la première mission en forme de didacticiel, nous parcourrons les ruines de la base, et pourrons même y lire quelques notes laissées par Blair, y entendre le message enregistré par MacReady sur un magnétophone et même y trouver le cadavre congelé de Childs. Une entrée en matière très prenante pour les fans du film donc, qui va également nous permettre de prendre en main un gameplay assez particulier.

En effet, si The Thing se présente comme un jeu de tir à la troisième personne, il va avoir l’excellente idée de reprendre à son compte la paranoïa omniprésente dans le film. Dans les faits, nous ne saurons jamais qui est contaminé, et nos équipiers pourront également se méfier de nous. A nous donc de gagner leur confiance, en leur fournissant des armes et des munitions, en les protégeant lors des combats, en les soignant ou en effectuant un test sanguin pour leur prouver que vous êtes bien humain…En revanche, attention aux balles perdues, au fait de leur reprendre une arme ou au fait de les forcer à effectuer une action en les menaçant de votre fusil : ils auront vite fait de douter de vous, de penser que vous être la Chose…et donc d’essayer de vous éliminer !



Il faudra donc constamment gérer la confiance du groupe, mais aussi sa peur : certains personnages que vous rencontrez dans l’aventure (et l’Antarctique est étonnamment peuplée) sont assez impressionnables, et il faudra éviter de les emmener dans une salle remplie de cadavres sous peine de les voir paniquer et péter les plombs ! Cette gestion des équipiers est l’un des points forts de The Thing, et si cet aspect perd un peu de son intérêt quand on en connaît toutes les ficelles, il permet de démarquer le jeu de bon nombre de ses concurrents. Notez enfin que les personnages qui vous accompagneront pendant l’aventure seront divisés en trois classes : le médecin, capable de vous soigner, le précieux technicien qui pourra vous ouvrir des portes autrement bloquées, et le soldat.

Cette adaptation reste néanmoins un jeu principalement porté vers l’action. Si l’ambiance est par moments très réussie, notamment au début du jeu, on se retrouve finalement assez vite à dégommer de la créature monstrueuse consistant à des mutations de la chose. On avance, on massacre et on brûle le tout (le lance-flamme est nécessaire pour se débarrasser définitivement de la Chose), puis on recommence indéfiniment.



Le scénario nous permettra certes de nous confronter à des ennemis humains en fin d’aventures (sans trop en dévoiler, on sent l’influence d’Alien dans l’histoire), mais s’avère finalement assez répétitif et bourrin, d’autant qu’on aura l’impression que les missions sont assez indépendantes les unes des autres : les équipiers ne font que rarement des vieux os, et les objectifs ne nous semblent pas toujours très évident pour la progression de l’histoire.

Cette suite en jeu-vidéo du chef d’œuvre de John Carpenter est donc une des meilleures adaptations d’un film sur console et PC. Reprenant l’ambiance du film grâce à un gameplay intelligent (notons également que, le jeu se déroulant en Antarctique, on pourra mourir de froid si l’on reste trop longtemps à l’extérieur), il permet de vivre une expérience particulière et fidèle à l’œuvre d’origine. Dommage cependant que le tout finisse par être un peu répétitif, ce qui n’empêchera pas de se replonger avec plaisir dans l’horreur inspirée de Carpenter.

5/6 - Steeve Raoult