RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Dan Curtis

Scénariste
Richard Matheson

Date de sortie
1973

Genre
vampires

Tagline


Cast
Jack Palance
Simon Ward
Nigel Davenport
Fiona Lewis
Penelope Horner
Murray Brown


Pays
Angleterre

Production


Musique
Robert Cobert

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Jonathan Harker se rend en Hongrie afin de rencontrer le comte Dracula qui désire acquérir une demeure en Angleterre. Rapidement, Jonathan découvre quel monstre se cache derrière l’apparence raffinée du comte. Ce dernier tombe sous le charme de Lucy, une jeune femme qui lui rappelle son amour passé. Retenant Jonathan prisonnier dans son château, le comte se rend dans sa nouvelle demeure et vampirise la pauvre Lucy. Inquiet pour la santé de la jeune femme, son fiancé Arthur demande l’avis du docteur Van Helsing, qui ne tarde pas à comprendre qu’elle est la victime d’un vampire…



Dan Curtis est célèbre pour avoir créé la série Dark Shadows en 1966, dont Tim Burton a fait un remake en 2012 mais pas seulement. On doit en effet à Dan Curtis, en tant que réalisateur, de nombreuses œuvres en rapport avec le genre qui nous intéresse, comme par exemple les deux films issus de sa série, "House of the Dark Shadows" et "Night of Dark Shadows", mais aussi les téléfilms "The Night Strangler" en 71, "Scream of the Wolf" et "Le tour d’écrou" en 1974, le tétanisant "Trauma (1976)" ou le non moins effrayant "La malediction de la veuve noire" en 77. Dan Curtis est également un scénariste réputé et un producteur avisé. Il produit d’ailleurs en 1968 un téléfilm basé sur la nouvelle « l’étrange cas du docteur Jekyll et Hyde », et met Jack Palance en vedette. La rencontre se passe plutôt bien entre les deux hommes et Dan Curtis propose au célèbre acteur de jouer le rôle du comte Dracula dans une adaptation du roman de Bram Stoker qu’il doit réaliser, s’étant offert les talents de Richard Matheson pour l’écriture du scénario. Un téléfilm réalisé en 1974 donc et qui s’offrira le luxe de sortir dans de nombreuses salles de cinéma, et notamment en France sous le titre plus explicite et plus vendeur de "Dracula et ses femmes vampires".



Si le film nous rappelle par certaines scènes le chef-d’œuvre de