RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Devin McGinn

Scénariste
Adam Ohler

Date de sortie
2013

Genre
found footage

Tagline


Cast
Bateman
Steve Berg
Michael Black
Erin Cahill
Carol Call
Kyle Davis


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.1
(10 votes)
D’étranges phénomènes se sont déroulés autour du Skinwalker Ranch mais l’un des faits les plus marquants, c’est l’incroyable disparition du petit Cody, huit ans qui s’est évanoui dans l’air après l’intervention d’un fulgurant rayon de lumière aveuglant. Une équipe d’experts décide de revenir sur ces lieux pour relancer l’enquête qui près d’un an après, n’a rien donné. Dès leur arrivée, des évènements terribles vont à nouveau s’abattre et faire éclater des tensions dans le groupe qui va nous plonger dans un cauchemar sans fin...



Attention cette chronique tient à ne pas vous tromper sur la marchandise.
Ce film est fantastico-horrifique certes, mais il est surtout vendu comme un énième found footage « inspire by true events (d’après des faits réels !!). Le souci c’est qu’un tsunami de films retrouvés de ce même type a lassé beaucoup d’entre nous car les pellicules susmentionnées étaient plutôt assez mauvaises dans l’ensemble.



De ce fait, il y deux façons d’aborder "Skinwalker ranch". Soit, on se trouve dans la catégorie des personnes lassées de l’ineptie totale de certains films classés found footage (fatigués par les décadrages hystériques, le hors champ facile et systématique, le montage épileptique ainsi que l’interprétation au rabais ...) et on sait d’avance que ce film va nous gonfler, soit, on se dit que l’on va voir un film sur une entité extraterrestre façon X-Files et on y va candide, naïf, sans trop d’exigence et on se laisse porter.

Moi j’avoue que j’ai pris ce film de la deuxième façon et le petit voyage offert par "Skinwalker ranch" fût, à ma grande surprise, assez agréable.

Les premières minutes d’ailleurs ne trompent pas non plus, ce film est un pur found footage, il est présenté comme ça. À ce stade, la seule question qui nous vient à l’esprit : ouais super mais peu surprenant, qu’a t-il de plus à m’offrir ? A priori dans les trente premières minutes, rien de spécial surtout que le déroulement est assez prévisible et l’interprétation non homogène ne laisse augurer rien de bon, mais la suite va nous entraîner dans un sérieux regain d’intérêt.



À cela deux raisons fondamentales : l’inattendu et la générosité.
L’inattendu, ici, n’est évidemment pas à prendre au sens du déroulement du film qui lui est linéaire mais plutôt aux façons diverses qu’ont les entités extra-terrestres d’interagir avec les protagonistes de l’histoire. Le film choisit de râtisser large et de faire cohabiter plusieurs créatures de l’imagerie fantastique au sein de son scénario. Et cela nous conduit à scruter chaque apparition. Prenant à la fois des allures spectrales jusqu’à parfois se muter en créature bestiale (sorte d’hybride entre un coyote et loup-garou ou encore l’effrayante créature extraterrestre)le film surprend de nombreuses fois et offre un rythme dans sa deuxième et troisième parties assez soutenu.

La générosité, ici, appuie et renforce la première raison. En effet, les apparitions sont surprenantes et nombreuses. L’action se débride, le rythme s’emballe et toujours dans le respect du spectateur. Un effort de cadrage est fait (attention le coup des tremblements de terreur du cadreur est toujours là).



Le film n’est toutefois pas exempt de défauts, il y a de la redondance parfois, cela générant à mi-parcours une légère baisse de rythme et certains acteurs feraient mieux de reprendre des cours du soir pour parfaire leur jeu, mais l’ensemble reste honnête et assez efficace pour que l’on passe un moment agréable. Il se déguste comme une série B efficace au rythme soutenu, surprenante, riche en action, et toujours assumée comme telle.
Beaucoup plus digeste que beaucoup d’autres dans le même délire et plus sincère et honnête vis-à-vis du spectateur "Skinwalker ranch" mérite qu’on s’y arrête.









Du même réalisateur :