RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.7
(7 votes)
Un emploi, une maison, un petit ami… Brandi, une jeune aide-soignante, a tout pour être heureuse dans la vie. Mais un soir en sortant de boîte, une inattention au volant va tout chambouler. Alors qu’elle traversait les longs boulevards, la jeune femme va en effet percuter violemment un homme de plein fouet. Un choc si violent que la malheureuse victime va traverser le pare-brise et rester bloqué, en sang, dans ce dernier. Prise de panique, Brandi se dépêche de rentrer chez elle, la victime encore sur la voiture, une moitié du corps sur le capot et l’autre dans l’habitacle. Apeurée à l’idée d’aller en prison, ou au mieux de perdre son emploi et de mettre un terme par la même occasion à cette promotion qui lui pend au nez actuellement, Brandi prend la décision de ne rien révéler et de laisser le corps de la victime agoniser dans son garage…



"Re-Animator", "dolls", "king of the ants", "castle freak", "Fortress", sans oublier ses collaborations aux séries Masters of horror et Fear Itself, Stuart Gordon ne fait plus partie de ceux que l’on présente sur horreur.com. Le grand ami de Brian Yuzna nous revient en 2007 avec un thriller intitulé "stuck", petit film qui fut présenté d’ailleurs en sélection officielle au festival de Fantastic’Arts en 2008.

A l’image du "red eye" de Wes Craven, "stuck" fait partie de ces petits thrillers qui tiennent bien la route et qui, sans briller de mille feux pour autant (la narration demeure très simple et manque quelque peu de rebondissements), nous font passer un agréable moment.

Tiré de faits réels (ce qui n’a rien d’étonnant ici, le scénario n’ayant rien d’incroyable en soi et paraît si crédible), le film de Stuart Gordon nous plonge dans la descente aux Enfers d’une jeune femme pour qui la vie va complètement basculer à la suite d’un accident de la route. Prises de décision hâtives et peu réfléchies, grossières erreurs, manque de discrétion… La jeune Brandi, apeurée et sous le choc, va rapidement sombrer dans cette situation difficile qu’elle ne contrôle plus. Un stress et une déperdition plutôt bien transcrite ici, d’autant plus que d’autres facteurs (le poids de la hiérarchie, l’infidélité de son petit ami…) vont accentuer cette situation des plus déstabilisantes pour la jeune femme.

Un film qui nous plonge donc dans un rythme effréné où chaque minute compte depuis que la victime a été rapatriée dans le garage de Brandi. Le temps est en effet compté pour chacun des deux personnages : Brandi d’un côté qui espère voir la personne accidenté succomber au plus vite de peur que ce dernier ne se libère du pare-brise qui le maintient prisonnier et ne prévienne la Police ; et Tom, la victime, qui doit se dégager au plus vite de la voiture et de ce garage s’il ne veut pas se vider entièrement de son sang.



On appréciera également dans ce petit thriller de Stuart Gordon la mise en scène et la façon dont sont plantés le décor et les personnages dès le début du film. Deux mondes différents nous sont ainsi dépeints : d’une part le monde de Brandi où tout semble lui sourire (une situation, une maison, un petit ami, des amies, des sorties en boîte, une potentielle promotion au sein de l’hôpital où elle travaille…) et d’autre part le monde de Tom, un homme sans le sou qui vit un véritable cauchemar à l’inverse de Brandi (expulsé de l’hôtel où il avait une chambre faute d’argent et pris pour un imbécile dans l’agence pour l’emploi où il avait rendez-vous, ce dernier se retrouve à arpenter les rues à pieds, à dormir sur un banc du parc municipal et même à recevoir des conseils d’un SDF pour commencer cette nouvelle vie).

Stuart Gordon nous livre par la même occasion une critique plutôt réaliste (et moche) de la société américaine et notamment des écarts de vie sociale au sein même d’une population pourtant élevée avec cette image d’« american dream », d’Eldorado américain. De manière moins loufoque bien-sûr que dans un "street trash" mais tout aussi réaliste que dans "une époque formidable", on nous plonge dans la vie des sans-abris et dans leurs habitudes de vie de part cette rencontre entre Tom et un sympathique SDF.
On en viendrait presque à regretter que le film ne fasse pas plus longtemps durer cette première partie tellement la descente aux Enfers de notre malheureux Tom est terrifiante.
Et là où le scénario, bien que simple, s’avère très habile, c’est dans cette seconde partie du film où, suite à cet accident, les rôles semblent en quelque sorte s’inverser. Tom qui n’était rien aux yeux de la société et paraissait invisible aux yeux de tous, devient la quasi raison de vivre de Brandi et est au cœur de ses préoccupations. Quant à la jeune femme, cette dernière sombre littéralement dans la peur et l’angoisse : tout semble s’écrouler autour d’elle… On peut bien-entendu y voir là également de manière plus explicite une bien belle punition pour Brandi qui espérait pouvoir cacher facilement cet accident.



Concernant le casting du film, il faut bien reconnaître que ce dernier est d’assez bonne facture. On reprochera toutefois un travail peut-être pas assez poussé et fouillé sur le personnage de Brandi, interprété par la belle Mena Suvari ("american pie", "american beauty", "Sonny", "domino"…) : personnage à la personnalité pas assez travaillée (on aimerait la voir dans un état de stress intense, de pleurs…) et quelque peu effacé au profit d’un suspens qu’il faut davantage mettre en avant dans le film.

Les effets spéciaux sont quant à eux corrects et offriront aux amateurs de sensations fortes quelques passages bien saignants (œil crevé, passage d’un corps à travers un pare-brise, plaies réalistes…).



Au final, "stuck" est un sympathique petit thriller fort bien mené par un Stuart Gordon en grande forme. Réaliste, bien rythmé et assez prenant, voici un petit film qui vous fera passer un agréable moment pour celles et ceux désireux(ses) de le (re)voir!