RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Christopher B. Landon

Scénariste
Christopher B. Landon

Date de sortie
2014

Genre
found footage

Tagline


Cast
Andrew Jacobs
Richard Cabral
Carlos Pratts
Gabrielle Walsh


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
-

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(7 votes)
Après avoir été "marqué", Jesse est poursuivi par des forces mystérieuses tandis que sa famille et ses amis tentent de le sauver.



On s'était presque inquiété quand, en octobre 2013, nous n'avions pas eu droit à notre "Paranormal activity" traditionnel. Une anomalie pour la saga qui est rapidement devenue le symbole de ce qui ne va pas dans le cinéma d'épouvante actuel, entre manque total d'ambition et d'imagination, opportunisme omniprésent, et succès auprès d'un public avide de sensations faciles et factices, ces fameux "djeun's" souvent montrés du doigt par certains vieux fans d'horreur pour qui tout était mieux avant, même quand c'était mauvais. En attendant l'inévitable "Paranormal activity 5", la saga donne ici dans un second spin-off : après un épisode japonais ("Paranormal activity : Tokyo night"), voici donc un épisode destiné à la communauté hispanique, chez qui la saga cartonne. Préparez vos moustaches, sortez les sombreros et finissez vos tequilas : voici Paranormal activity : the marked ones !



Réalisé par Christopher Landon, qui avait déjà participé aux scénarios des trois premiers volets, "P.A.T.M.O." nous sort donc du cadre habituel de la saga pour nous emmener dans un univers plus communautaire et plus superstitieux. Cela va avoir une conséquence directe sur le scénario, puisque les personnages ne seront que très rarement livrés à eux-mêmes, et pourront donc essayer de lutter contre la malédiction. Une malédiction qui prend donc ici un visage enfin différent : à la place de l'éternelle entité menaçante qui joue avec les portes et chatouille les pieds, on se retrouve ici devant une menace venant de l'intérieur puisque Jesse est possédé.

En fait, à l'exception d'un ou deux passages, le début du film est marqué par une certaine bonne humeur. Jesse et Hector sont deux adolescents typiques, passant leurs journées à s'amuser et se mêlant parfois de ce qui ne les regarde pas. Le film est marqué par une bonne dose d'humour, ce qui désamorcera parfois quelques séquences plus angoissantes en fin de film, mais colle assez au duo, crédible à défaut d'être attachant. Même lorsque Jesse découvrira qu'il a changé, cela passera d'abord par une certaine euphorie avec la découverte de capacités hors du commun, à l'image de "Chronicle". Surpuissant, immunisé contre les blessures, le jeune homme s'amuse avant d'être rattrapé par les effets négatifs de son état.



L'absence d'entité menaçante permet donc de varier les effets, mais surtout d'abandonner ceux qui agaçaient déjà lors du premier volet de la saga : plus d'indications horaires, plus d'images accélérées, presque plus de fond sonore additionnel pour plonger le spectateur dans une tension inconsciente artificielle : ce Paranormal Activity ne nous prend en fait plus pour des imbéciles, et s'il n'évite pas certains effets faciles, il se distingue par quelques séquences efficaces, comme ces visites de la cave. Bref, ce sixième volet est tout simplement moins irritant que ses aînés, ce qui donne presque envie de l'aimer malgré ses défauts.

Contrairement au spin-off japonais, ce volet parallèle va même s'intégrer parfaitement à l'univers de la saga, en reprenant de nombreux éléments des films précédents, en faisant réapparaître certains personnages, certains objets bien connus de ceux qui ont vu tous les films précédents, ce qui donnera même lieu à un final extrêmement troublant.



Bref, je fais de ce "Paranormal Activity : the Marked Ones" mon épisode favori de la saga, avec le 3. Il partage avec cet épisode une volonté certaine de proposer quelques nouveaux éléments, et même cette fois un scénario un peu plus travaillé et varié que l'éternel huis-clos dans une maison hantée par un mauvais esprit. Et si le film n'est évidemment pas vide de défauts, restant dans la moyenne des films de possession et tombant parfois dans la facilité ou l'involontairement drôle, on appréciera de ne pas être, cette fois, devant un "Paranormal Activity" ne faisant que reprendre les mêmes ingrédients que ses aînés. Espérons que la saga continue dans cette voie...