RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.4
(3 votes)
Lors d'une intervention périlleuse, l'agent Nick Walker de la police de Boston est abattu. Il se retrouve alors dans l'au-delà et est engagé par la RIPD (un jeu de mots entre Rest In Peace et Police Department), une brigade de police spéciale composée de morts qui exécutent leurs missions (attribuées par leur supérieure Proctor) sous une apparence physique différente et donc une autre identité. Afin de chasser les mauvais esprits (« les crevures ») du monde des vivants, Nick va devoir faire équipe avec le vétéran Roycephus Pulcipher, un vieil acariâtre à la gâchette facile issu de l’époque de Buffalo Bill. Toutefois, notre jeune agent dernièrement assassiné est avant tout déterminé à se venger de l'homme responsable de sa mort…



R.I.P.D. Brigade Fantôme est l'adaptation du comic book éponyme créé par Peter M. Lenkov (également coscénariste et coproducteur du film) et Lucas Marangon, paru chez Dark Horse. La bande dessinée nous plonge dans un univers inédit où une brigade spéciale de policiers décédés est chargée de faire monter au ciel les morts récalcitrants voulant rester sur Terre. Nick Walker, jeune recrue de la Brigade Fantôme doit non seulement accepter son sort de nouveau mort mais aussi empêcher les trépassés de reconstituer l'artefact qui leur permettrait de faire descendre sur Terre toutes les âmes de l'au-delà, le tout avec un partenaire pour le moins hostile et aux méthodes plus que musclées ! Si ça ce n’est pas un pitch de fou ma bonne dame ! D’autant qu’aux commandes on a Robert Schwentke, un réalisateur ayant fait ses preuves avec "Flight plan" et "Red" et qu’on a le droit à un casting a priori alléchant sur le papier avec : Jeff Bridges ("Tron", "Starman", "Iron man"), Ryan Reynolds ("Buried", "X-men origins : Wolverine", "Green lantern") et Kevin Bacon ("Hollow man : l’homme sans ombre", "Hypnose", "X-men : le commencement") dans les rôles-titres. Bref, que du bon en perspective avec en prime un budget de 130 millions non négligeable ! Pourtant, des les premières minutes, on a fortement l'impression de visionner un remake de "Men In Black". Le film suit en effet le même schéma narratif : un jeune flic ou agent arrive au sein d'une « cellule » secrète inconnue du grand public, reçoit les quelques informations que la supérieure veut bien lui donner, puis se retrouve projeté dans un monde peuplé de monstres (ici des morts) avec des armes futuristes, un vieil agent expérimenté pour coéquipier face auquel bien évidemment la nouvelle recrue devra faire ses preuves. Passé ce moment de « déjà-vu » assez bien géré à l’écran mais sans plus, on attend patiemment de voir ce qui va arriver ensuite.



Eh bien ce qui va arriver ensuite ne va pas casser des briques, loin de là. Non content de plagier la trilogie des hommes en noir, R.I.P.D. Brigade Fantôme va emprunter également à "SOS fantômes" avec de vilains monstres à capturer, mais aussi à "Constantine" avec ses morts insoumis à ramener au bercail, et surtout, et ça c’est bien plus grave, à "Ghost" avec le héros Nick désirant, malgré son état de mort sous une autre apparence physique, communiquer avec sa femme Julia, c’est d’un gnangnan et d’un inutile…enfin bref, passons. Côté scénario, une fois les quarante-cinq premières minutes d’introduction passées, le long-métrage nous confronte encore une fois à un script dont les ficelles ont déjà été vues et rabâchées un nombre de fois incalculable : les méchants veulent (une fois de plus) s'emparer de la Terre et les gentils doivent (encore une fois) les en empêcher. On commence à en avoir assez de ces portails venant du ciel pour envahir notre chère planète bleue, et bien plus particulièrement les Etats-Unis, centre du monde (ou de la connerie, c’est selon). Le scénario frise donc l’indigence, les enjeux s’essoufflent au fur et à mesure que le métrage avance, tout comme l’intérêt qu’on porte devant ce film dont la fin est connue à l’avance tellement c’est prévisible. Va-t-on alors se rattraper avec le casting ?

Non plus ! On attend normalement d’un buddy movie classique, avec un jeune bleu face à un vieux bougon expérimenté aimant faire cavalier seul, un minimum de complicité entre les deux flics. Malheureusement l’alchimie entre les acteurs n’est pas au rendez-vous et certains personnages manquent cruellement de charisme. Ryan Reynolds est quasi inexistant, trop fade, se retrouvant coincé avec un jeu d’acteur plus que plat (faut vraiment arrêter les comics, mec !) ; alors que Kevin Bacon interprétant Bobby Hayes, le flic corrompu, n'a jamais vraiment le temps de paraître dangereux, tant il est sous-exploité. Seul Jeff Bridges et dans une moindre mesure Mary-Louise Parker avec ses deux, trois répliques bien senties, surnagent et donnent au film son tonus. Mais l’abattage du père Jeff est tel qu'il éclipse littéralement le reste du casting. Toutefois, le piège de ce type de performance est le cabotinage excessif. A force de surjouer beaucoup trop, Jeff Bridges (remplaçant au pied levé Zach Galifianakis, un premier temps pressenti mais indisponible) transforme sa prestation en caricature, son personnage paraît alors rapidement lourd et quasiment toutes ses blagues tombent à plat. Dommage, il jouait pourtant bien le cow-boy dans « True Grit » des frères Coen, mais là il en fait trop et l’on comprend mieux qu’il ait renié le film ! Notons tout de même l’apparition sympathique de Robert Knepper (le méchant dans la série « Prison Break ») en crevure retorse, mais ça ne sauvera pas le reste. Étant donné qu’on ne s’attache pas aux personnages, difficile de s’intéresser alors à leur motivations et à ce qui va leur arriver. Va-t-on avoir tout de même des motifs de satisfaction provenant de ce long-métrage ?



Toujours pas. Pour un budget aussi conséquent, les effets spéciaux ne sont pas particulièrement impressionnants (cf. l'explosion du début avec ses images arrêtées et la caméra qui tourne autour des personnages où l’on se rend compte qu’il s’agit d’un collage de différentes images si l’on est un fin observateur !). Et puis les morts qui se glissent parmi les vivants offrent un design qui ne les rend absolument pas terrifiants mais ridicules en raison de leur physique beaucoup trop difforme et cocasse. Dommage ! Schwenkte, malgré des moyens plus que décents, nous pond ainsi un film aux CGI finalement très cheap, rappelant ceux des films fantastiques que l’on faisait il y a deux décennies. Et je ne vous parle même pas du final grotesque et foutraque, avec ses destructions, ses courses-poursuites et ses combats en veux-tu, en voilà. Un beau bazar qui part dans tous les sens ! R.I.P.D. Brigade Fantôme manque également d’une musique entraînante, à l’instar de celles de "SOS fantômes" ou de "Men In Black", reconnaissables dès les premières notes. Les blagues sont assez foireuses la plupart du temps malgré toute la bonne volonté de Jeff Bridges et de Mary-Louise Parker. Reste, pour ma part, une idée pas trop mal comme la perception de nos deux héros par les vivants qui amène quelques bonnes situations. Mais bon grosse déception tout de même et échec commercial cuisant pour les producteurs !



Vous l’aurez compris, énorme désillusion en ce qui concerne ce R.I.P.D. Brigade Fantôme, un mélange maladroit entre "SOS fantômes" et "Men In Black" complètement raté, manquant cruellement d’humour et d’émotion. On n’est jamais vraiment étonné ou surpris. On regarde le film, c'est tout. Même si -il faut au moins lui reconnaître cette qualité- ça passe relativement vite et que pour le coup, le rythme est assez bien géré. Et on ne s’esclaffe pas plus que ça devant le jeu outré de Jeff Bridges face à un Ryan Reynolds n’y croyant pas une seconde. L'histoire est, quant à elle, originale sans l'être puisqu’elle traite une énième fois de l'enjeu mondial de l'invasion de la Terre, ici par des morts ayant revêtu forme humaine. Tout cela n'a pas été assez travaillé, on le sent bien et on se demande sérieusement ce qui a poussé Robert Schwentke et les acteurs à s’embarquer dans cette galère sans charisme dans son ensemble ! Alors comment noter ce film ? Bon navet des familles ou pur délire jubilatoire ? A vous de juger. Pour ma part, vous avez déjà deviné.









Du même réalisateur :

R.I.P.D. BRIGADE FANTOME