RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(2 votes)
Quatre jeunes adultes engagent un guide afin de faire de l’exploration urbaine dans les dessous de la ville de Berlin. Malheureusement, les choses ne se passeront pas aussi bien que prévues et un drôle de personnage leur proposera de aider… Ils découvriront que cet homme est encore plus cinglé que ce qu’il n’avait laissé paraitre...



Andy Fetscher est très impliqué dans "Urban Explorer", il le réalise, s’occupe du montage et en est directeur photo. Il en est à sa troisième réalisation ( un court et un film pour la télé), mais malgré son peu d’expérience, il nous a livré un film de qualité, le monsieur est définitivement à surveiller, car il sait y faire. D’ailleurs, petite anecdote de tournage, puisque Fetscher n’est pas très studio, il a tourné dans plusieurs lieux inusités, ou même interdits. Ce qui lui a valu une nuit en prison ! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour l’art ! Et avouons que c’est tant mieux pour nous, que cela lui a permis de nous offrir des décors bien lugubres.



"Urban Explorer" se met en place tranquillement lorsque le groupe visite les souterrains de la ville et y découvre un brin d’histoire, et il est difficile de nier que celle de l’Allemagne recèle son lot d’horreur, ce qui en fait un excellent point de départ. Mais l’expédition s’arrête brusquement lorsqu’un membre de l’équipe se blesse et qu’Armin entre en scène. C’est à ce moment que s’installe la folie. Graduellement, celui qui se présentait comme leur sauveur montre sa vraie nature, soit, un sadique pur et dur. Ils auront à l’affronter ou le subir. Malgré la brutalité de cet ignoble personnage, le film ne regorge pas de scènes gores du début à la fin, mais celles qu’on nous offre sont vraiment efficaces. Ce cher Armin est cruel, très cruel. Et nos pauvres explorateurs le découvriront.
La force du métrage est sans conteste le jeu de Klaus Stiglmeier qui interprète Armin, notre méchant. Un des vilains qui m’a le plus marqué dans les films d’horreur de ces dernières années. Il est parfait, carrément terrifiant tant il semble détraqué. Un type comme on ne voudrait jamais en rencontré. Le rôle semble être fait sur mesure pour cet illustre inconnu. Soit il est un grand acteur, soit il est fou. Mais c’est mission accomplie, car il est très angoissant. Pour le reste du casting, mentionnons qu’il est international ( même une québécoise, Catherine De Léan), et que les acteurs jouent correctement. Pas de rôle d’une vie, mais les performances sont tout à fait convenables.



Bien évidemment "Urban Explorer" recèle quelques lacunes. L’exploration urbaine n’est pas un sujet sur-utilisé dans le genre, mais on est face à un groupe qui a envie de vivre des sensations fortes, de vivre l’inconnu, donc, ça, oui, on connait, le fond scénaristique n’est pas des plus original. De plus, l’entrée en matière aurait pu être un peu moins longue et le film n’en aurait pas souffert. On prend un bon 50 minutes avant d’enfin nous plonger dans l’horreur. Mais la réalisation sans tache de Fletscher et le jeu de Stiglmeir nous font presque oublier ces petites faiblesses.



Au final, "Urban explorer" est un très bon divertissement. Oscillant entre le slasher et le survival, il nous offre une bonne dose de violence. Ses quelques défauts n’entachent pas la qualité totale du film, on ne s’y ennuie pas du tout. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est la performance de Klaus Stiglmeier, il est tout simplement brillant, et rien que pour lui, Urban Explorer doit être vu. Je dois d’ailleurs lui accorder une mention spéciale: nos comparses découvrent un ancien bunker nazis… Mais, il n’y cache pas de zombies !!!! Là, on est surpris ! Dommage que nous ne puissions mettre de demi points, car je lui aurais mis 4.5.









Du même réalisateur :