RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Alfonso Cuarón

Scénariste
Alfonso Cuarón, Jonás Cuarón, Rodrigo García

Date de sortie
2013

Genre
science-fiction

Tagline


Cast
George Clooney
Sandra Bullock


Pays
Etats-Unis, Royaume-Uni

Production


Musique
Steven Price

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.7
(10 votes)
Pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l'astronaute chevronné Matt Kowalsky. Mais alors qu'il s'agit apparemment d'une banale sortie dans l'espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l'univers.



On n'entend parler que de lui depuis plusieurs semaines : Gravity a donc débarqué sur nos écrans de cinéma, précédé d'une réputation formidable en faisant l'un des meilleurs films de l'année, voire même la meilleure oeuvre de science-fiction depuis des années. Mieux encore, c'est aux références ultimes que certains articles nous renvoient, allant jusqu'à citer "2001, l'odyssée de l'espace" ou le "Solaris" de Tarkovsky ! Evidemment, face à des qualificatifs aussi dithyrambiques, le risque d'ête déçu est démultiplié. Alors, Gravity est-il la bombe annoncée ? Ou un énième pétard mouillé ?



De mon point de vue, la réponse est claire : Gravity est une extraordinaire réussite, le genre de film qu'on ne voit que trop rarement sur un écran de cinéma, une explosion visuelle et sonore, nous plongeant totalement dans ce lieu inhospitalier pour l'homme qu'est l'espace. Une immensité déserte, sans oxygène, sans pesanteur, où le son ne se propage pas, et où travaillent donc les personnages interprétés par George Clooney et Sandra Bullock. Le temps d'une introduction prenant la forme d'un ébouriffant plan-séquence, Alfonso Cuarón (qui nous avait déjà livré d'exceptionnels passages utilisant cette technique dans "Les Fils de l'homme") nous présente ses deux héros, mais aussi son décor si particulier, aussi beau que dangereux, jusqu'à l'accident qui fera basculer Gravity dans le film catastrophe.



On se retrouve dès lors dans un véritable grand huit, multipliant les menaces et les comptes à rebours (le manque de pression, le manque d'oxygène) entre deux séquences de destruction à couper le souffle. Très spectaculaire, Gravity nous en met plein les yeux, réussissant l'improbable pari de mêler le grand spectacle à une volonté de réalisme constant : les déplacements dans le vide, l'absence de pesanteur, et même ce silence parfois assourdissant, tant d'éléments parfaitement retranscrits si l'on en croit les déclarations de spécialistes de l'espace. Et pour ne rien gâcher, le réalisateur de "Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban" parvient à développer assez ses personnages pour que l'on s'y attache.



On se sent ainsi vraiment concernés par le destin des deux personnages, notamment quand ils semblent perdus, livrés à eux-mêmes, seuls dans l'immensité vide de l'espace. Une impression renforcée par la réalisation d'Alfonso Cuarón, qui multiplie les points de vue, utilisant par exemple le point de vue subjectif pour nous mettre dans la peau d'un astronaute propulsé en vrille par un choc, filmant en gros plan les visages de ses acteurs, amplifiant les bruits de respiration et les battements de coeur, ou insistant sur la difficulté à distinguer certains éléments dans l'ombre de la Terre. Tous ces éléments renforcent la sensation d'immersion, également favorisée par une utilisation pertinente de la 3D, sans doute la meilleure avec "Avatar" et "L'Odyssée de Pi".

Gravity remplit donc toutes ses promesses et s'impose donc comme une des oeuvres majeures de 2013. Entre film catastrophe et science-fiction, le film nous entraîne dans l'espace comme jamais on ne l'avait été au cinéma : spectaculaire tout en restant intelligent, réaliste et même par moments poétiques, le nouveau film d'Alfonso Cuarón est tout simplement un grand film, dont on ressort bouche bée.








Magnifiique et vide de sens

Portrait de Lionel Jacquet

3

Donc voilà le plus grand film de la décennie. Si le cinéma doit à l'avenir ressembler à une attraction de cité de l'Espace, alors oui c'est un grand film.Un pur film de virtuosité technologique ( impressionant, parfois même époustouflant ), sauf que le jour où la technique sera obsolète (ce qui arrivera forcément ) il n'en restera qu'un immense vide scénaristique, croisant, pompant sans vergogne d'autres œuvres passées. What else ? Un film totalement dans l'esprit du temps, tout dans l'esbroufe, rien dans la cafetière. Ah ! et le premier ou la première qui ose comparer Gravity à 2001 l'odyssée de l'espace ou à Solaris mérite de souffrir dans l'enfer éternel.

LUMIèRE SUR