RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.8
(4 votes)
1874. Lazaro Valdemar s'installe avec sa femme et son majordome dans une vaste demeure victorienne pour y fonder un orphelinat. Passionné par les nouvelles techniques, en particulier la photographie, ainsi que par l'ésotérisme, il met au point d'habiles subterfuges pour rendre crédibles de fausses séances de spiritisme et sa notoriété ne cesse d'augmenter, tout comme ses gains. Lorsqu'un journaliste fouineur découvre la supercherie, Valdemar est envoyé en prison. Un homme, Aleister Crowley, va alors tenter de lui venir en aide, en ayant une idée bien précise de ce qu'il lui demandera en contrepartie... De nos jours, Lluisa Llorente, experte en biens immobiliers, doit évaluer les richesses de la demeure abandonnée des Valdemar. Sans nouvelle d'elle, le directeur de l'agence engage Nicolas Tramel, un détective privé, pour la retrouver. Dans le même temps, ses collègues de travail, Eduardo et Ana, décident également de se rendre sur les lieux...



Grosse production espagnole datant de 2010, "Le territoire des ombres" ressemble à un luxueux téléfilm en deux parties, une fresque à la fois contemporaine et victorienne, qui puise son inspiration dans l'univers du célèbre écrivain H.P. Lovecraft. On ne compte plus les adaptations de ses écrits, que ce soit au cinéma, dans le domaine du jeu vidéo ou même en bandes dessinées. L’auteur a inspiré des écrivains comme Stephen King, Graham Masterton ou Clive Barker. Son univers, si particulier, a notamment été transcendé dans le film "L’antre de la folie" de John Carpenter ; Stuart Gordon a souvent réalisé des films s’inspirant de Lovecraft, comme "Ré-animator", "From Beyond" ou encore "Dagon" entre autres. La liste serait trop longue pour être énumérée ici mais il est clair que l’héritage laissé par Lovecraft dans le domaine du fantastique est considérable. En tant que fan de l’écrivain, le réalisateur espagnol José Luis Alemán a décidé de lui rendre hommage en mettant en scène "Le territoire des ombres". Il a filmé les deux films à la suite, procédé qui n’avait jamais été testé en Espagne.



Ambitieux, "Le territoire des ombres" l’est. Le film a bénéficié d'un budget conséquent et confortable, ce qui se traduit clairement à l'écran. En effet, ce long métrage possède un raffinement certain, une élégance formelle, que ce soit dans ses décors, superbement reconstitués ; dans ses costumes d'époque, tous parfaits ; dans sa photographie ; dans son ambiance. Un vrai travail a été fait au niveau des accessoires et de la direction artistique pour nous plonger véritablement en 1874. Cette première partie pose les bases du scénario et nous présente d'abord les protagonistes de l'époque contemporaine, à savoir Lluisa Llorente, ses deux collègues, le directeur de l'agence (qui tient une canne dont le pommeau représente Chtulhu) ainsi que le détective Nicolas Tramel. La découverte de la demeure des Valdemar par Lluisa donne l’occasion au réalisateur de jouer avec son décor, avec l’architecture de la somptueuse résidence. Bien malin, il place un élément de terreur dans cette partie contemporaine, ce qui a pour effet de nous intriguer et de nous donner envie d’en savoir plus sur ce qui s’est passé ici. La suite répondra à nos interrogations.



Car la grande majorité du récit de cette première partie se déroule à l'époque victorienne et on nous présente l'histoire des Valdemar. Une véritable fresque historique se déroule sous nos yeux, plutôt bien mise en scène et bénéficiant d'acteurs convaincants. Certaines idées nous font sourire, dans le bon sens du terme, comme la rencontre de Valdemar avec Aleister Crowley (célèbre occultiste britannique) et même Bram Stoker (auteur du roman Dracula bien sûr), des personnages ayant réellement existé et qui deviennent ici protagonistes de l’histoire, réunis pour une séance de spiritisme qui se terminera dans une ambiance apocalyptique, le résultat n'étant pas celui escompté. Autre point positif, le majordome des Valdemar est interprété par Paul Naschy, pour ce qui sera l'un de ses derniers rôles.



Bien qu'intéressante, cette première partie souffre quand même de nombreuses longueurs qui ralentissent le rythme et n'aident pas à maintenir notre intérêt éveillé. L'amateur de fantastique devra attendre plus d'une heure avant de voir son domaine de prédilection faire son apparition à l'écran. Une attente qui sera de plus assez frustrante puisque seule une goule nous sera présentée. Elle bénéficie néanmoins de bon effet spéciaux. Notre soif de voir les créatures imaginées par Lovecraft, notamment les Grands Anciens, ne sera donc pas étanchée et il faudra certainement attendre la seconde partie, intitulée "Le territoires des ombres partie 2 - Le monde interdit" pour être rassasié. Surtout que lors du générique, quelques images de ce second chapitre nous sont dévoilées et il y a un Chtulhu de toute beauté dedans. Cette deuxième partie semble également faire la part belle à l’action. La sortie DVD n'étant pas prévue avant septembre 2013, on a le temps de voir venir et il est dommage de ne pas avoir les deux parties disponibles en même temps parce que j’aurai bien enchaîné la suite...









Du même réalisateur :