RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(10 votes)
Tony Stark, l’industriel flamboyant qui est aussi Iron Man, est confronté cette fois à un ennemi qui va attaquer sur tous les fronts. Lorsque son univers personnel est détruit, Stark se lance dans une quête acharnée pour retrouver les coupables. Plus que jamais, son courage va être mis à l’épreuve, à chaque instant. Dos au mur, il ne peut plus compter que sur ses inventions, son ingéniosité, et son instinct pour protéger ses proches. Alors qu’il se jette dans la bataille, Stark va enfin découvrir la réponse à la question qui le hante secrètement depuis si longtemps : est-ce l’homme qui fait le costume ou bien le costume qui fait l’homme ?



Après un premier volet très réussi, puis une suite très décevante, Iron Man avait collaboré avec "Hulk", Captain America et Thor au sein des "Avengers" pour un film où Robert Downey Jr. volait la vedette à ses camarades de jeu, au point de nous croire, régulièrement, devant un Iron Man 3 non officiel. Mais le troisième volet des aventures de Tony Stark arrive finalement quelques mois plus tard, Jon Favreau, réalisateur des deux premiers chapitres, étant pour l'occasion remplacé par Shane Black (Kiss kiss bang bang).



Depuis les événements survenus dans Avengers, Tony Stark n'est plus le même, faisant régulièrement des cauchemars et des crises d'angoisse, et s'acharnant à construire des armures Iron Man au cours de ses nombreuses insomnies. L'arrivée du Mandarin, un terroriste insaisissable multipliant les attentats, va en plus le priver de sa demeure et le séparer de Pepper Potts, sa petite amie. Stark est dos au mur, affaibli et seul, apparemment impuissant face à la menace que constituent le Mandarin et Extremis, un programme dont le but est de guérir les personnes souffrant d'une mutilation et qui crée des super-soldats.

Iron Man 3 nous sert donc le scénario classique du héros déchu, livré à lui-même, mais qui va trouver des ressources insoupçonnées pour vaincre les méchants, sauver le monde, emballer la fille et sortir encore plus fort qu'avant de ces épreuves. Ne cherchez pas de surprise : le film de Shane Black en est totalement dépourvu et se contente de suivre un train-train d'une exemplaire banalité. Au rayon des festivités, Tony Stark sera ainsi aidé par un gamin, parviendra à surmonter ses crises d'angoisse et sauvera des dizaines d'innocents.



Pas la peine non plus de chercher du côté des grands méchants de l'épisode pour remonter le niveau : le Mandarin, l'un des pires ennemis d'Iron Man dans les comics, devient ici un vulgaire leurre rappelant plus Ben Laden que l'ennemi aux traits asiatiques créé par Stan Lee et Don Heck, dont les fans ne manqueront pas de crier au scandale. Le groupe de terroristes bénéficiant d'Extremis n'est pas beaucoup plus réussi, leurs pouvoirs devenant par moments grotesques ("ah, vous crachez le feu ?") et leurs objectifs demeurant flous, voire inexistants, jusqu'au bout du film.

Dès lors, il ne reste que deux éléments en faveur du film. Tout d'abord, les scènes d'action, formidables, qui nous en mettent plein les yeux. Ensuite, et surtout, Robert Downey Jr., qui éclipse totalement les autres personnages (de toute façon peu développés), livrant une nouvelle prestation réjouissante, ajoutant à l'arrogance et au cynisme du personnage une touche de vulnérabilité qui fait mouche. On regrettera que les autres personnages n'aient pas bénéficié d'un traitement plus juste, limités dans le meilleur des cas à une affligeante caricature.



Spectaculaire mais prévisible, parfois réjouissant mais souvent bancal, Iron Man 3 se cache derrière Robert Downey Jr. et des scènes d'action très réussies pour détourner l'attention d'un scénario très pauvre, dont le principal enjeu reste la gestion des crises d'angoisse de Tony Stark. Le premier film de cette seconde vague de films consacrés aux Avengers est donc une semi-déception, meilleur que Iron Man 2 mais très loin de ce qu'on pouvait attendre de la rencontre entre cet univers et celui de Shane Black...








Du même réalisateur :