RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.4
(3 votes)
Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences… Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à une touche de sorcellerie, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route ?



Plus de 70 ans après "Le Magicien d'Oz" de Victor Fleming, Sam Raimi nous propose de replonger dans le pays d'Oz afin de découvrir les origines de son Magicien, mais aussi de sa méchante sorcière de l'ouest. C'est également l'occasion de retrouver la ville d'émeraude, Glinda la gentille sorcière du sud, les Munchkins et la célèbre route de brique jaune. Sam Raimi glissera aussi quelques clins d'oeil aux personnages du film de 1939, avec ce que l'on devinera être le Lion et le créateur de l'Homme de fer-blanc.



Autre hommage appuyé au film de Victor Fleming : Sam Raimi débute son film en noir et blanc, la couleur n'apparaissant, comme pour l'oeuvre originale, que lorsque nous arrivons au pays d'Oz. Il va également reprendre le système de doubles, les acolytes du magicien au Kansas ayant leur équivalent dans le monde féerique. Le réalisateur reproduit donc fidèlement le célèbre univers afin de retracer le parcours du Magicien et des sorcières, tout en restant dans le divertissement familial.



Dans un univers très coloré et délicieusement kitsch, nous découvrirons ainsi pourquoi la Méchante sorcière de l'ouest est si méchante, à travers une ambiance et une histoire très "disneyienne". Les nouveaux compagnons d'Oz, moins attachants que l'Epouvantail, l'Homme de fer-blanc et le Lion, restent ainsi très enfantins, et seul le personnage de Theodora est véritablement intéressant. La progression est également très linéaire, le groupe se contentant finalement d'aller et venir sur la route de brique jaune, et l'évolution du Magicien restant très prévisible.



On a ainsi un peu de mal à véritablement se passionner pour le film, jusqu'au formidable final opérant la jonction entre le film et son modèle, à grands renforts d'effets spéciaux et d'explosions multicolores. Un passage très réussi où le réalisateur des "Evil Dead" et des "Spiderman" glisse quelques images assez effrayantes, mais rappelle aussi par moments les duels de "Harry Potter et la Coupe de feu" ou de "Star Wars épisode II : l'attaque des clones".

Sam Raimi signe ainsi un film familial agréable bien que trop convenu, la naïveté inhérente à l'univers d'Oz fonctionnant beaucoup moins 70 ans plus tard. Retrouvant pour l'occasion James Franco ("Spiderman", "La planète des singes : les origines), par ailleurs très bien entouré de Mila Kunis ("Black Swan"), Rachel Weisz ("La Momie", "The Fountain") et Michelle Williams ("Shutter Island"), et glissant l'habituel caméo de Bruce Campbell, le réalisateur risque d'agacer encore ses fans de la première heure, outrés de voir un ancien réalisateur de films d'horreur vendre son âme et réaliser des films tout public. Personnellement, je préfère largement voir ce Monde fantastique d'Oz plutôt que le paresseux "Jusqu'en Enfer", par ailleurs bien moins effrayant.








LUMIèRE SUR