RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.7
(3 votes)
Après un terrible cyclone, un œuf gigantesque est découvert dans la baie de Yokohama. Immédiatement, l’œuf mystérieux est racheté par un homme d’affaires, afin d’en faire une attraction, malgré les réticences du professeur Miura. Les Shobijins apparaissent alors pour demander à récupérer l’œuf et le rendre à son propriétaire, la déesse Mothra. Dans le même temps, Godzilla réapparaît et traverse le Japon, se dirigeant vers l’œuf. L’affrontement entre les deux créatures devient dès lors inévitable.



10 ans après sa naissance, Godzilla affronte, pour son 4ème film, son 3ème adversaire. Après Anguirus dans "Le Retour de Godzilla (1955)", King Kong dans "King Kong contre Godzilla", c'est au tour de la mite géante Mothra de venir défier le roi des monstres. Celle-ci est apparue quelques années plus tôt dans "Mothra", film dans lequel la dimension écologique était très présente, et qui ébauchait les caractéristiques des futurs films mettant en vedette la divinité. L'insecte géant va surtout être le premier monstre dans la saga - premier d'une longue série - à être clairement un bienfaiteur, protecteur de la Terre et, par extension, de ses habitants. Une variante donc, là où les trois premiers épisodes " Godzilliens " ne présentaient que des monstres destructeurs.



Le personnage de Mothra va avoir pour conséquence d'apporter énormément de poésie dans le film, ce qui était un peu moins le cas dans "Mothra". En effet, l'insecte va revêtir un rôle digne d'une œuvre tragique. Les différentes transformations de l'insecte contribuent à cet aspect, lui permettant d'évoluer devant nos yeux face aux difficultés qu'elle rencontre. La chanson des Shobijins pour appeler la mite renforce également l'aspect tragique du monstre, rappelant parfois certaines comédies musicales du cinéma, chorégraphies, gestuelles et effets clips à la clé. Mais surtout, Mothra est, et sera toujours dans les films la mettant en scène, un monstre martyr. Si cet aspect était moins présent dans son film précédent, son premier affrontement avec Godzilla va jouer cette carte à fond. En effet, le papillon est relativement désavantagé niveau "armes" par rapport à Godzilla, et ses griffes, son souffle et sa taille auxquels elle ne peut opposer que ses facultés de voler, de provoquer des tempêtes avec ses ailes et de recouvrir son adversaire de pollen.



Le contrecoup de cette grande présence poétique est une relative baisse de rythme en dehors des scènes de combat. Le scénario est en effet classique, dénonçant la soif de profit de l’Homme contre le respect de la nature. On n’échappera donc pas aux personnages stéréotypés de l’homme d’affaire véreux, opposé au scientifique. Dès lors, l’intérêt va évidemment se retrouver dans les scènes de combat et de destruction. A ce titre, Mothra contre Godzilla va contenir l’un des meilleurs combats de l’ère Showa (la première série de films Godzilla), sinon le meilleur. L’affrontement va prendre, comme dit précédemment, une tournure véritablement dramatique, résultat renforcé par la qualité des effets spéciaux pour l’époque. En effet, si leur look peut aujourd’hui prêter à sourire (notamment celui de l’insecte géant) et que l’idée même de cet affrontement reptile géant/mite géante peut sembler peu sérieuse, la réussite des effets spéciaux permet de donner un ton vraiment réfléchi à ces scènes, d’autant que Ishirô Honda maîtrise parfaitement sa caméra, mettant parfaitement en valeur les moments forts, et renforçant l’émotion qui s’en dégage. Il est enfin à noter, concernant ces combats, que l’on voit peu de destructions de villes dans cet épisode, la plupart des affrontements se déroulant dans des endroits déserts. Ce qui permet également d’utiliser pleinement les capacités de Mothra et de sa larve.



Mothra contre Godzilla peut donc se voir comme une véritable fable, un hymne en faveur de la nature. La sagesse et la poésie tranchent radicalement avec le côté violent (pour la dernière fois de l’ère Showa) de Godzilla et la folie des hommes, faisant de la phalène géante une véritable icône, qui sera dès lors élevée au rang de star parmi les fans, et sera même l’adversaire le plus connu du monstre atomique en dehors du cercle fermé des amateurs de kaiju eiga.