RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.2
(5 votes)
Lors des fêtes de Noël, un mystérieux passager embarque dans un train de nuit. Après avoir absorbé plusieurs pilules et de l’alcool, l’homme décède. Le Chef de gare et deux passagers découvrent, dans les affaires du défunt, une petite boîte dans laquelle semble se cacher un bien inestimable. Ils décident alors de se débarrasser du corps et de se partager le contenu de ladite boîte qui reste inouvrable. Mais tout ne se passe pas comme prévu…



Avant toute chose, petite mise en garde concernant le visuel de la jaquette française. Vous pouvez, en effet, voir derrière les personnages principaux un homme en costume affublé d’un hachoir. Ceux qui ont vu "Midnight Meat Train", auront de suite reconnu le look du tueur du film de Ryuhei Kitamura. L’accroche publicitaire "dernier arrêt avant l’abattoir" venant achever la grosse référence au film de ce dernier. Malheureusement, ne vous attendez pas à voir ce tueur au hachoir dans le film puisqu’il n’existe pas. La jaquette est un peu mensongère donc et pourrait vous faire prendre "Night Train" pour ce qu’il n’est pas vraiment. Même si hachoir il y a. Préférez donc la jaquette US plus proche de la réalité…

Night Train est le premier long-métrage de Brian King, plus habitué à la rédaction de scénarii même s’il n’en a signé que trois depuis l’année 2000, notamment celui de "The Day the World Ended 2001", remake télévisé du classique de Roger Corman, et surtout celui du film de science-fiction "Cypher" mis en scène par Vincenzo Natali en 2002. Gros bond en avant sans rien à son actif pour le retrouver en 2009 au scénario et à la mise en scène de ce Night Train donc, qui, sous ses airs de film d’horreur s’apparente bien plus à un thriller teinté d’humour noir. La trame du film nous rappelle "Un plan Simple" ou "Petits meurtres entre amis", par exemples. Car effectivement, cette association de personnes désirant faire disparaître un cadavre et récupérer un butin va nous prouver une nouvelle fois que ce qui paraît si simple à réaliser avec des paroles s’avère bien plus complexe lorsqu’il s’agit de passer à l’action.

Brian King nous apprend d’ailleurs que ses sources d’inspiration viennent d’Alfred Hitchcock mais également du grand classique de John Huston, "Le Faucon Maltais", avec Humphrey Bogart, dont il fait une référence directe dans "Night Train puisqu’il donne le nom de deux personnages de ce chef d’œuvre du film noir à deux protagonistes importants de son propre film. On peut également penser que la mystérieuse boîte qui attire bien des convoitises fait référence au fameux objet du Faucon Maltais qui était lui aussi recherché par de nombreuses personnes prêtes à tout pour le récupérer.

Inutile de dire que ce type de film fonctionne bien si le casting est bien choisi. Ici, rien à redire à ce sujet. Brian King s’est entouré de bons acteurs et on appréciera de revoir Danny Glover dans le rôle du chef de train qui se laisse aller à son côté obscur, pour une bonne cause, certes. Les hésitations du personnage donnent au film une touche humoristique plutôt sympathique et on sourit souvent devant les facéties de Glover.

Pour l’accompagner dans ce drôle de périple, la séduisante actrice Leelee Sobieski, déjà vue dans "Une virée en enfer", "In a Dark Place" ou dans le remake de "The Wicker Man", vient elle aussi nous proposer un personnage ambigu, qu’on croirait blanc comme un agneau mais qui se révélera bien différent de ce que son apparence laissait présager. Une séquence nous renverra encore une fois au film noir évoqué plus haut et Leelee apparaîtra comme la Femme Fatale de Night Train.

Troisième larron à vouloir dissimuler le cadavre pour se partager le contenu de la boîte, Steve Zahn, vu lui aussi dans "Une Virée en Enfer" ou dans le récent "A Perfect Getaway". Notre pauvre Steve va vite se retrouver dans des situations plutôt tendues et n’aura pas le plus beau rôle dans cette histoire. D’autres personnages secondaires seront présents et viendront évidemment chambouler les plans si limpides de nos trois protagonistes. De nombreux rebondissements vous attendent et permettront au film de se laisser suivre sans ennui, vous réservant quelques petites surprises amusantes et bien trouvées.

Ne disposant pas d’un très gros budget, Brian King soigne néanmoins sa mise en scène, qui pourra apparaître comme un peu trop posée au début du film mais rassurez-vous, le rythme s’accélère assez rapidement pour devenir divertissant comme il faut. Les visions du train roulant sur sa voie sous la neige ne laissent guère de doute quant à leurs natures "synthétiques" mais ce n’est qu’un petit détail qui ne gêne pas vraiment la vision du long-métrage, qui trouve ses qualités dans les rapports entre les différents personnages. Dans ce type de films, les amitiés se créent pour disparaître aussi vite qu'elles sont apparues, la méfiance, la jalousie commencent à poindre le bout de son nez avant de se transformer en pure paranoïa, prétexte à des séquences souvent très drôles.

Les amateurs venus voir un film d’horreur et s’attendant à quelques meurtres brutaux et sanglants risquent par contre d’être déçus à ce niveau car le film reste très soft niveau violence visuelle. Même le découpage au hachoir du cadavre sera filmé en hors champ, hormis le premier coup. Le liquide rouge fera néanmoins son apparition lors de certaines séquences mais ne vous attendez pas à voir des débordements gore. Il est d’ailleurs dommage que la jaquette joue sur ce registre, cela pourrait porter préjudice au métrage qui n’est de toute façon pas un film d’horreur.

Par contre, le Fantastique sera lui, bien présent et donnera au film une petite touche "Quatrième Dimension" plutôt sympathique lors du final.

Night Train propose donc un spectacle distrayant, drôle, avec une belle galerie de personnages dont Danny Glover et Leelee Sobieski qui s’en sortent haut la main. Ce mélange de rebondissements à foison, amitié-trahison, paranoïa, huis clos et boîte mystérieuse laissent au final une bonne impression et les amateurs de ce type de films devraient facilement trouver leur bonheur. Certes, Night Train n’est pas un très grand film mais il sait se montrer divertissant et saura vous faire passer un bon moment devant votre écran.








Du même réalisateur :