RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(33 votes)
Trois amies d’enfance qui s’étaient perdues de vue vont se retrouver victimes d’un psychopathe qui semble avoir une petite rancœur envers elles…



Pour son troisième long-métrage, John Simpson se lance dans un exercice pas toujours évident, celui du film à sketches. Pas évident car il faut réussir à faire que chaque segment soit de qualité identique, ce qui arrive rarement. Mise à part le culte "Creepshow", les films à sketches, que ce soit ceux de la firme Amicus dans les années 70 ou les œuvres plus récentes telles "Creepshow 2", "Terror Tract", "Les contes de la nuit noire" ou "Tomb of Terror" par exemple, ont généralement du mal à maintenir un intérêt constant sur la longueur. Il y a toujours un épisode qui sort du lot, un qui se révèle juste moyen voire pas terrible. Il faut également trouver un fil conducteur qui tienne la route et qui permette de faire les transitions entre les différentes histoires. Est-ce que "Amusement" saura remplir ces conditions ? Est-ce que le scénariste, Jake Wade Wall, auteur de "Terreur sur la ligne 2006" et de "Hitcher 2007" aura réussi à innover et à nous proposer des histoires distrayantes, effrayantes et originales ?

Concernant l’originalité, la réponse est non. On peut même dire qu’il ne s’est pas foulé le Jake. Prenez un soupçon de "The Hitcher" et de "Une virée en enfer", une bonne poignée de "Terreur sur la ligne", un zest de "Scream", pimentez le tout avec un peu de "Saw" et vous aurez à peu de choses près les ingrédients servant de fer de lance aux différentes histoires.

Amusement suit donc le destin de Shelby, Tabitha et Lisa, trois amies d’enfance qui ne se sont pas vues depuis belle lurette. Tour à tour, elles vont être impliquées dans de curieux événements avant d’être à nouveau réunies par la force des choses. Enfin, surtout par l’envie d’un quatrième personnage qui semble avoir une vengeance à assouvir envers nos trois demoiselles.

Le premier segment, le plus court des trois, nous présente Shelby, accompagnée de son petit ami, qui rentrent chez eux après un week-end apparemment raté. Son copain, pour éviter un ralentissement, utilise le procédé de "la ventouse", suivant un poids lourd et se faisant suivre par un autre automobiliste. Lorsque les trois conducteurs s’arrêtent à une station-service pour faire connaissance, Shelby aperçoit dans le camion une jeune fille qui semble en détresse. Une fois que les trois véhicules ont reprit la route, Shelby fait part de sa découverte à son ami. La fin du trajet ne va pas être de tout repos pour nos deux amoureux…
Peu de surprise dans ce segment, si ce n’est la fin qu’on peut deviner si on est habitué à ce type de film. On ne comprend pas trop le comportement de certains personnages, comme le routier. Quelques situations semblent illogiques mais on n’a pas le temps d’y réfléchir qu’on passe déjà à l’histoire d’une seconde fille, à savoir Tabitha.

Le segment avec Tabitha est certainement le plus accompli et le plus maîtrisé. Jouant la baby-sitter pour deux enfants de sa famille, l’épisode nous rappelle bien sûr les classiques que sont "Halloween la nuit des masques" et "Terreur sur la ligne". Ici, point de téléphone, mais une chambre remplie de poupées représentant des clowns, dont un grandeur nature installé sur un rocking-chair. Le réalisateur sait mener son affaire et fait preuve d’un réel savoir-faire pour faire progresser le suspense et nous mener sur de fausses pistes. La figure du clown nous renvoie aussi à la séquence culte du "Poltergeist" de Tobe Hooper. Inquiétante, l’ambiance créée par John Simpson est vraiment très réussie et l’actrice incarnant Tabitha, Katheryn Winnick, est franchement excellente dans le registre de la fille apeurée. L’introduction de "Scream" avec Drew Barrymore n’est pas loin non plus, mais l’impression de déjà-vu ne gâche pas ce segment tant il est simple et efficace. Du bien bel ouvrage.

Troisième fille à être impliquée dans cette sombre histoire de vengeance, Lisa. Cherchant à retrouver sa meilleure amie qui n’est pas rentrée à son appartement après une soirée arrosée, Lisa se rend dans une ancienne pension où cette dernière aurait passé la nuit. La bâtisse est réellement inquiétante, lugubre, l’intérieur et son propriétaire l’étant encore plus. Parvenant à s’introduire dans la demeure en cachette, elle va découvrir un univers cauchemardesque pour un épisode qui fait très "conte de fée macabre" avec ses décors et les diverses trouvailles visuelles. Ce segment nous fait penser à "Saw" ou à "Hostel" pour son ambiance glauque et l’utilisation de pièges.

Comme vous l’avez vu, je ne vous ai pas parlé de fil conducteur entre ces séquences. Normal, il n’y en a pas. En fait, un quatrième segment vient relier les trois sketches, réunissant les trois filles et leur fameux bourreau qui a fait preuve d’imagination pour les retrouver. Ce segment final nous réserve encore une fois quelques situations biscornues (que vient faire la psychiatre ici ??) mais fait également preuve d’un certain humour noir et d’une jolie scène gore qui risque d’en surprendre plus d’un. La motivation du psychopathe envers les trois filles ne fera pas non plus dans l’originalité mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Amusement ne fait donc pas dans la nouveauté au niveau scénaristique puisqu’à moins d’être novice en la matière, le spectateur aguerri aura l’impression d’avoir déjà vu ça ailleurs. Cette petite faiblesse est néanmoins compensée par la réelle maîtrise de John Simpson qui signe un film visuellement très beau, et qui manie fort bien la caméra. Les plans sont travaillés, tout comme l’ambiance et le jeu des acteurs. On sent vraiment que le réalisateur a donné le meilleur de lui-même pour livrer un divertissement de qualité. Tous les clins d’œil qu’on a énumérés pourront en agacer certains mais ces derniers ne pourront nier la recherche esthétique du film.

Davantage réservé aux néophytes, Amusement s’avère, au final, vraiment sympa, malgré certaines zones d’ombre que je n’arrive toujours pas à expliquer, notamment sur la présence de personnages qui débarquent sans crier gare ou sur leurs agissements qui ne collent pas avec le reste. Le réalisateur a-t-il du éluder certaines scènes qui auraient permis de mieux comprendre certains points obscurs ? Mystère.

En tout cas, on mettra dans les points positifs un excellent casting féminin, une très belle photographie, un second sketch ultra efficace, un troisième bien barré et bien malsain et un final réservant quelques twists assez réussis. Un bon petit film du samedi soir et un réalisateur à suivre de près s’il se relance dans le cinéma d’horreur, en espérant qu’on lui donne des scénarios un peu plus originaux et qui se démarquent des films à succès dont la trame est connue de tous…








Du même réalisateur :