RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Bill Condon

Scénariste
Melissa Rosenberg

Date de sortie
2012

Genre
vampires

Tagline


Cast
Robert Pattinson
Kristen Stewart
Dakota Fanning
Ashley Greene
Taylor Lautner


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Carter Burwell

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2.6
(14 votes)
Après la naissance de sa fille Renésmée, Bella s’adapte peu à peu à sa nouvelle vie de vampire avec le soutien d’Edward. Se sentant menacés par cette naissance d’un nouveau genre, les Volturi déclarent la guerre à la famille Cullen. Pour préparer leur défense, les Cullen vont parcourir le monde pour rassembler les familles de vampires alliées et tenter de repousser les Volturi lors d’un ultime affrontement...



Voici donc le chapitre final de cette belle et grande saga de cinéma fantastico-romantique, débuté moyennement par un premier épisode assez faiblard mais pourtant d’une fidélité totale par rapport au roman (qui est plus fascinant que son adaptation malgré des enjeux scénaristiques assez faibles) et poursuivi par trois épisodes qui réussissaient à chaque fois à être supérieurs au précédent. Le cliffhanger de l’épisode 4, qui voyait Bella se réveiller avec des yeux rouge vif, symbole de son nouvel état de vampire est la première image du chapitre 5, qui est donc sa suite directe. Normal me direz-vous puisque l’imposant dernier roman de Stephenie Meyer, « Révélations », a été adapté en deux parties. Le réalisateur Bill Condon rempile pour cette ultime aventure d’Edward et Bella et c’est la première fois que deux films de la saga ont le même réalisateur. Ce qui est très bien puisqu’on assiste à une belle continuité au niveau imagerie et mise en scène.



Contrairement au chapitre 4, qui faisait un peu trainer en longueur le mariage des deux amoureux au début, ce cinquième volet ne bénéficie d’aucun temps mort et c’est sur un rythme alerte et dynamique qu’on va vivre la conclusion tant attendue. Bill Condon nous propose quelques fulgurances visuelles, peaufine ses images et certaines séquences sont d’une beauté plastique impeccable. Changement notable par contre pour Kristen Stewart. La Bella fade et renfermée a fait place à une jeune fille souriante, pleine de vie et l’actrice, que je trouvais quelconque, n’a jamais été aussi bien mise en valeur. Les scènes où elle découvre ses pouvoirs de vampire sont dotées d’un humour certes facile mais qui fait mouche et qui nous fait s’amuser avec les personnages. Les effets spéciaux restent de bonne facture et sont beaucoup mieux intégrés aux images réelles que précédemment, même si certains CGI restent largement perfectibles.



Le gros point fort de cet épisode est évidemment son aspect lyrique et émotionnel, absolument pas guimauve comme les « mâles aigris » aiment tant à le prétendre pour discréditer la saga, et les séquences riches en sensation sont légion. Le morceau de choix étant la bataille entre les Volturi et la famille Cullen, aidée par d’autres clans de vampires, on peut dire qu’à ce niveau, Bill Condon ne nous a pas volés. Epique, virtuose, se déroulant dans un superbe paysage enneigé, on en prend plein les yeux et on ne compte plus les têtes arrachés et les morts de chaque côté. Bien malin celui qui trouvera également le twist scénaristique qu’on nous a concocté. Un twist des plus ingénieux, qui vient modifier le contenu du roman lui-même certes, mais qui est des plus efficaces. Je ne l’ai pas du tout vu venir celui-là et la surprise n’en est que plus grande.



Si on aurait aimé que la relation entre Jacob et Renesmee soit plus développée, force est de reconnaître que c’est le seul point faible du film. L’ensemble est maîtrisé de bout en bout, et ce chapitre final vient clore de la plus belle des manières une saga riche, captivante, qui a su se bonifier chapitre après chapitre pour constituer une pentalogie harmonieuse, de haute qualité cinématographique, qui a su par ses qualités rassembler hommes, femmes, adolescents et enfants dans les salles de cinéma. Et ça, c’est pas donné à n’importe quel film fantastique…