RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.4
(5 votes)
Laura, fille du comte Karnstein, est en proie à de terribles cauchemars. Elle s’imagine être la réincarnation de son ancêtre Sheena, sorcière qui a été condamnée au bucher par les Karnstein et dont elle a maudit la descendance. Le père de Laura fait venir un expert en tableaux et en histoire pour qu’il fasse la lumière sur cette prétendue malédiction régnant sur sa famille. L’arrivée d’une jeune fille au château, Ljuba, va être un réel réconfort pour Laura. Mais les cauchemars reprennent…



Le réalisateur Camillo Mastrocinque est principalement connu pour ses comédies dont celles avec l’acteur Toto. Dans le genre qui nous intéresse, on lui doit deux excellents films, à savoir "Un ange pour Satan" en 1966 et qui met en vedette la diva Barbara Steele et "La crypte du Vampire" en 1964 qui lui, met en vedette l’acteur Christopher Lee dans un rôle positif, chose assez rare pour être soulignée. Lorsqu’on regarde ces deux films, on en vient à se dire qu’il est dommage que Mastrocinque n’ait pas tourné plus de films de ce genre car il fait preuve d’un réel talent de mise en scène et parvient à créer une ambiance qui sied parfaitement aux films d’épouvante. "La crypte du vampire" se révèle d’ailleurs être un authentique petit bijou du genre. Attention toutefois au titre français, on est plus ici dans une histoire de sorcellerie et de réincarnation que dans un film de vampire, même si la séquence d’introduction puis une autre un peu plus tard dans le long métrage pourraient nous induire en erreur, deux victimes se retrouvant effectivement avec deux petits trous au niveau de leur cou…



La base scénaristique de "La crypte du vampire" provient évidemment du livre de Sheridan LeFanu, Carmilla. Le nom des Karnstein ne peut être inconnu des amateurs du genre puisque de nombreux films l’ont mis en valeur, comme "Vampyr" en 1932, "Et mourir de plaisir" en 1960, "The Vampire Lovers" en 1970, "Twins of Evil" et "Lust for a Vampire" en 1971 ou bien encore "La mariée sanglante"en 1972 par exemple. Christopher Lee interprète un descendant des Karnstein vivant dans un immense château perdu au milieu de nulle part. Il craint pour la santé mentale de sa fille Laura et se questionne sur ces histoires à dormir debout qui entoure la sorcière Sheena. Le spectateur se pose lui aussi des questions quant à la véritable nature de son personnage : est-il vraiment inquiet pour sa fille ou bien est-ce lui qui mène des expériences occultes pour faire réincarner Sheena ? Le mystère demeurera jusqu’au final, le réalisateur s’amusant à maintes reprises, comme lors des certaines scènes avec sa domestique, à nous faire douter.



On retiendra aussi la présence de deux très jolies actrices pour interpréter Laura et Ljuba, dont le comportement et l’attirance physique ne laissent planer aucun doute quant au désir qui les anime l’une envers l’autre. Je ne sais pas si ces allusions directes ont choqué à l’époque mais Camillo Mastrocinque en joue avec habileté et cela donne au film un véritable bonus au niveau de l’ambiance érotique. Laura est donc interprétée par la brune Adriana Ambesi, beauté froide au visage particulier ; la blonde Ljuba est interprétée par la ravissante Ursula Davis qu’on retrouvera dans "Un ange pour Satan".



Comme je le disais au début de cette chronique, "La crypte du vampire" est un authentique petit bijou du film d’épouvante. Scènes de cauchemars à répétition pour une héroïne aux cris stridents et aux yeux marqués par la peur ; ambiance mystérieuse à base de légende épouvantable ; sorcellerie et rites occultes ; personnages inquiétants ; décors particulièrement bien mis en valeur et participant à faire monter l’ambiance crescendo ; crypte, squelette, morts étranges ; bref, les archétypes sont tous réunis et le film fonctionne à merveille, n’ennuyant jamais et se montrant digne d’intérêt tout au long de son avancement. C’est avec un réel plaisir qu’on suit les mésaventures de la pauvre Laura et le soin et le sérieux apportés par l’équipe technique et les acteurs hissent sans soucis "La crypte du vampire" parmi les meilleures réussites du genre pour ma part.


Disponible en Dvd chez Artus Films






Du même réalisateur :

UN ANGE POUR SATAN