RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.3
(4 votes)
Devant régler une affaire de succession, le clerc de notaire Albert Kovac se rend dans un petit village d’Europe de l’Est. Sur place, il apprend que son client, Jeronimus Hauff, est décédé depuis un an. Sa veuve, Cléo Hauff, accompagnée de sa belle-fille Corinne, lui propose l’hospitalité. Albert va découvrir que Jeronimus était un savant passionné par les sciences occultes et par la grande épidémie de Peste Noire. Peu de temps après, Albert apprend que trois témoins sur cinq du décès de Jeronimus ont trouvé la mort. Lorsque le quatrième témoin décède également, Albert décide de mener l’enquête…



Massimo Pupillo était un passionné de documentaires et n’a jamais vraiment été attiré par le cinéma, qui n’était pour lui qu’un moyen de gagner sa vie et non une passion. On lui doit pourtant deux très bons films dans le genre qui nous intéresse, "La vengeance de Lady Morgan" et le délirant "Vierges pour le bourreau". La même année, il réalise aussi "Cimetière pour morts vivants" avec la belle Barbara Steele. N’étant pas vraiment convaincu par son film, Massimo Pupillo proposera même au producteur américain Ralph Zucker de s’attribuer la paternité du film, ce qui a longtemps provoqué moult discussions passionnées auprès des fans de cinéma gothique italien. On notera également qu’à des fins purement mercantiles, le film se voit affublé d’un « inspiré d’Edgar Allan Poe » et voit surtout son titre original 5 tombe per un medium remanié chez nous en un "Cimetière pour morts vivants" racoleur et peu respectueux du contenu.



Si le principal attrait de ce film reste évidemment la présence de la diva Barbara Steele, on ne peut pas dire que "Cimetière pour morts vivants" lui offre son meilleur rôle. Il faut dire que Barbara était de plus en plus horripilée par le cinéma fantastique et son statut de star de l’épouvante et qu’elle ne fera aucun effort durant les quatre premiers jours de tournage. Il faudra une petite mise au point de Massimo Pupillo pour faire entendre raison à l’actrice ; néanmoins, il n’est pas difficile de constater qu’elle ne s’implique que très peu dans son personnage, qui est, de plus, assez souvent absent de l’écran. Heureusement, la scène du bain et la scène d’amour viendront compenser pour l’amateur le peu d’enthousiasme de Barbara et donnera au film une petite touche sensuelle et érotique bienvenue, même si tout cela reste fort prude. Mais en 1965, il en était autrement…



Reste que "Cimetière pour morts vivants" se montre bien filmé, possède une histoire assez classique mais efficace et se révèle divertissant. Jouant avec tous les codes du cinéma gothique (musique lugubre, bruits étranges, passage secret, morts suspectes, possibilité de présence d’un spectre vengeur, trahison et décors d’époque…), il parvient petit à petit à en imposer, trouvant son apogée lors d’un final très réussi que n’aurait pas renié Jacques Tourneur, les éléments d’épouvante étant tous suggérés, le réalisateur misant sur le jeu des acteurs et les jeux d’ombres pour donner l’impression qu’une menace est présente. La vision plus graphique de personnages frappés par la peste noire, avec boutons purulents, se montrera tout aussi intéressante. Si le film ne réserve pas de grande surprise, le scénario parvient tout de même à attiser notre curiosité et nous laisse sur une bonne impression finale.



Sans jamais atteindre le niveau d’excellence de films comme "Le masque du démon", "La vierge de Nuremberg", "Un ange pour Satan", "L’effroyable secret du professeur Hichcock" ou bien encore "Danse macabre" par exemple, "Cimetière pour morts vivants" plaira avant tout aux amateurs de cinéma d’épouvante en noir et blanc, qui sait jouer avec les ambiances pour créer l’angoisse et la peur. Bien que plaisant, le film nous laisse avec une légère déception au fond des yeux, la férocité du titre français n’étant pas étrangère à ce ressenti.


Disponible en dvd chez Artus Films






Du même réalisateur :

VIERGES POUR LE BOURREAU
LUMIèRE SUR