RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.9
(20 votes)
Loki accède au cube cosmique et se prépare à envahir la Terre. Pour affronter cette menace, Nick Fury décide de former une équipe de choc afin de sauver l'Humanité. Pour ce faire, les Avengers vont devoir apprendre à travailler en commun...



Prévu de longue date, et faisant suite à la mise en place de succès publics («Iron Man», «Thor», «Captain America»), la réunion de plusieurs héros de la Marvel n'était pas une chose si aisée à conclure. Mais une fois le succès commercial des films cités acquis, le projet Avengers peut être mis en chantier. Il suffit pour cela d'arriver à réunir les acteurs ayant participé aux succès des différentes franchises. On retrouve ainsi Robert Downey Jr («Iron Man 1 & 2», «Sherlock Holmes 1 & 2») dans la peau du milliardaire playboy, Chris Hemsworth («Thor», «La cabane dans les bois») qui nous revient d'Asgard ou encore Chris Evans («Sunshine», «Push», «Captain America») qui arrive à réendosser la panoplie du plus patriotique des super-héros sans paraître ridicule. Pour les entourer, on retrouve des personnages secondaires : la délicieuse Scarlett Johansson («Lost in translation», «The Island», «Le prestige») – l'espionne Natasha Romanoff/ Black Widow; Jeremy Renner (à la mode en ce moment: Cf. «Mission Impossible: Protocole fantôme»)- Barton/Œil-de-faucon: Samuel L. Jackson («Pulp fiction», «Peur bleue», la nouvelle trilogie Star Wars)- Nick Fury le directeur du S.H.I.E.L.D.
Plus délicat fût le choix du nouveau Hulk, après les performances guère satisfaisantes d'Eric Bana et d’Edward Norton. C'est à Mark Ruffalo («Shutter Island») que l'on imaginait mal dans ce type de blockbusters qu'échoit ce challenge, largement réussi haut la main.




Malgré un script unidimensionnel, Avengers happe le spectateur dans ses mâchoires du divertissement immédiatement. Débarrassé du processus de présentation de ses personnages, le film file à toute allure et ne connaît (pratiquement) pas de pause jusque dans une dernière partie où lors du combat contre Loki et ses alliés, tous les héros se retrouvent sur un même pied d'égalité. C'est la grande qualité du long-métrage, qui pouvait inquiéter avant mais finalement le quasi débutant en matière de films de cinéma («Serenity» qui manquait quand même de souffle) Joss Whedon réussit un véritable tour de force. Entre sa réalisation aérienne, ses plans iconiques et un humour bon enfant, qu'apporte notamment Tony Stark qui fait le show verbal à lui tout seul, il serait vraiment difficile de bouder son plaisir.



Dépassant le simple film de super-héros, il atteint un haut niveau dans l'épique rarement atteint par les adaptations Marvel précédentes. Résolument moderne, la réalisation reste lisible nous faisant sourire de ce spectacle, le sourire aux lèvres. Comme quoi les choses les plus simples peuvent aussi se révéler les plus efficaces. Inutile de préciser que ça renvoie dans les cordes la triste saga de Michael Bay, «Transformers». En plus du titanesque combat final, le film comporte de nombreux autres passages de bravoure. Que ce soit les méthodes d'interrogatoire de la veuve noire, l'attaque de l'héliporteur, le combat entre Thor et Iron Man. Presque tous les acteurs sont bien servis et confèrent à leurs interprètes un regain de charisme parfois surprenant.

Si Robert Downey Jr se révèle toujours aussi incisif et sarcastique, on ne peut s'empêcher d'être passionné par les tourments qui les occupent quasiment tous. Certains devant affronter les démons sombres de leur passé, comme Natasha Romanoff, qui a bien du sang sur les mains, ou encore Bruce Banner dont son Autrepartie l'inquiète. D'ailleurs, leurs faiblesses seront utilisées par Loki qui tel un joueur, sait qu'il doit diviser pour mieux l'emporter. Bien que moins sombre que le Batman de Christopher Nolan, le film de Joss Whedon arrive à compenser en en faisant un film d'action non stop, porté essentiellement sur le côté fun de l'aventure.



L'aspect choral du film et le fait que tous les interprètes apportent une crédibilité assez insoupçonnée à leurs personnages en costumes constitue une véritable surprise pour un film attendu mais dont on osait espérer un tel résultat. Certes ici et là quelques défauts voient le jour (un Loki un peu faiblard) et les geeks ne manqueront pas de pointer de leur doigt vengeur ce qui ne leur convient pas, mais il serait bête de passer à côté de ces Vengeurs qui ouvrent le bal … en beauté....des Blockbusters estivaux.








Du même réalisateur :

SERENITY
AVENGERS : L'ERE D'ULTRON
LUMIèRE SUR