RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION
JEUX (VIDEOS, DE SOCIETE...)



Réalisation
Mick Jackson

Scénariste
Barry Hines

Date de sortie
1984

Genre
post nuke

Tagline


Cast
Karen Meagher
Reece Dinsdale
David Brierly
Rita May
Nicholas Lane


Pays
Etats-Unis, Australie, Angleterre

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 5.7
(3 votes)
Threads est au film de post- apocalypse, ce que le valium est à la camomille : pas le moyen le plus guilleret d'achever une soirée. Bienvenue à Sheffield, quatrième puissance industrielle du Royaume-Uni (tout au moins lors de la réalisation du métrage). Ici la classe moyenne tente de goûter tranquillement au métro-boulot-dodo. Mais c'est sans compter sur la guerre froide et à son épée de Damoclès nucléaire. Les États-Unis montrent les dents et l'URSS ne compte pas se laisser faire. Alors que les deux superpuissances jouent à celle qui pisse le plus loin, Ruth et Jimmy découvrent qu'ils seront bientôt parents. Ils n'avaient pas prévus de le devenir aussi jeunes, mais après réflexion, ils veulent garder le mouflet. Alors ils vont commencer à organiser la rencontre entre les deux familles, annoncer le mariage, louer un appartement et y faire des travaux, etc. Alors que l'on suit Ruth et Jimmy en plein préparatifs, des ogives nucléaires sont lancées.



En 1984 la BBC lâche une véritable bombe atomique : la chaîne diffuse un drame post- apocalyptique écrit par Barry Hines, un auteur britannique de quelques romans à succès. Contrairement à la tendance outre atlantique, qui est plutôt au spectaculaire (par exemple « The Day After »), Threads joue la carte de l'intimisme. Le téléfilm anglais plonge ses racines dans la plus grande peur de l'époque : celle d'une guerre atomique. Jusqu'au-boutiste, la BBC ancre sa fiction en plein cœur de l'époque, le contexte géopolitique du film est plus qu'inspiré de ce que les bulletins d'informations de l'époque laissaient voir, la géographie est familière, et les protagonistes sont issus des classes laborieuses. Tout est là pour que la majorité des anglais s'y retrouve et s'identifie aux personnages.

A une population déjà terrifiée, suffoquée par un contexte international plus tendu qu'un string en taille XXS, la BBC explique avec moult détails comment une guerre nucléaire pourrait changer la face du monde.



Histoire de bien glacer le sang de ses téléspectateurs, le téléfilm de la BBC lorgne très largement du côté du documentaire. C'est d'ailleurs là un choix assez osé, tant la première chaîne anglaise joue sur une corde sensible. Une fiction classique aurait déjà eu un large écho du fait du sujet, mais le traiter à la façon d'un documentaire lui donne un impact véritablement décuplé.

En effet, non content d'utiliser un contexte et une situation géographique familiers au téléspectateur, Threads fait appel à une technique documentaire qui rend le film encore plus insupportable : la voix off didactique. La voix off explique les effets du choc électromagnétique, ou des retombées radioactives, d'une façon telle que l'on croit assister à la description d'évènements réels.



Histoire de ne rien épargner au spectateur, le propos du téléfilm est très détaillé. Jackson et Hines ne s'en sont pas tenus à la forme documentaire, ils y ont aussi apporté le fond ! Ils ne se limitent pas à dépeindre une explosion et la panique qui s'ensuit. Threads détaille minutieusement les évènements et leurs conséquences (d'où le titre qui se traduit par « fils », comme les fils d'une toile d'araignée, fragiles et interdépendants). Ainsi, une voix off masculine nous explique fort calmement les effets de la bombe sur le corps humain... le tout illustré en images. Efficace et peu ragoûtant, croyez-moi !

Afin d'être sûr de bien achever le spectateur, le téléfilm s'étend sur une période courant de 2 mois avant les explosions, jusqu'à 13 ans plus tard. Le panorama brossé va donc de la civilisation moderne plongée dans la guerre froide, à un retour vers l'âge sombre et carrément médiéval. Impressionnante fresque post- apocalyptique, Threads est angoissant et très sombre.



Si vous avez envie de bien vous déprimer le citron, Threads est fort recommandable. Choisissez un dimanche de plein soleil, tirez les rideaux, et enfilez- vous ce téléfilm. Le résultat est garanti : votre sang va glacer.
Ceci étant dit, ne nous voilons pas la face, d'un point de vu formel, cette production télévisuelle accuse le coup des années. Les créateurs de Threads ont un peu trop profondément ancré leur bébé dans les années 80. Si cela faisait tout l'impact du téléfilm à sa diffusion originelle, cela le dessert un peu aujourd'hui... mais qu'importe. Le propos reste percutant, et le résultat n'est pas dénué d'intérêt.









Du même réalisateur :