RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Josh Trank

Scénariste
Max Landis, Josh Trank

Date de sortie
2012

Genre
super-héros

Tagline


Cast
Dane DeHaan
Alex Russell
Michael B. Jordan
Michael Kelly
Ashley Hinshaw


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.6
(18 votes)
Jeune lycéen méprisé de tous, Andrew s'engage à filmer sa vie de tous les jours depuis l'acquisition d'une caméra. Un soir, son cousin Matt et Steve, la célébrité du lycée, lui demandent de filmer une escapade dans une grotte. Au contact d'un mystérieux minéral, les trois garçons se voient alors dotés de pouvoirs extraordinaires...



Difficile de ne pas reconnaître que Chronicle est un objet de son époque aussi efficace que malin : faisant culminer la tendance du film de super-héros et du found footage, le tout à la sauce teen-movie, le tout pour séduire un très large public. L'un comme dans l'autre, il souligne non seulement le fait qu'une nouvelle génération de super-héros prend le pas, à savoir ceux dénués de super-pouvoirs (ou ceux qui viennent à peine d'en prendre conscience), et de found footage ne visant plus le cinéma d'horreur, mais quelque chose d'à plus grand échelle, "Cloverfield" en étant le chef de tête.



A cela, on ajoute une promo jouant à la fois sur la carte du spectaculaire et du mystère, et ça y est, le tour est joué ! Reste à savoir si le résultat lui, va tenir toutes ses fabuleuses promesses...

Génération YouTube oblige, le jeune Andrew se lance dans un journal intime filmique assez prétexte pour y glisser l'utilisation de la caméra : à cela, on ajoute l'utilisation de quelques autres appareils, comme celui d'une bloggeuse maniaque. Et ça tombe bien, puisqu'une découverte effarante va doter le jeune garçon et deux de ses camarades de pouvoirs télékinésiques qui vont aller grandissant. L'occasion pour l'objectif de capturer des moments insensés "plus vrais que nature", tels que les premiers envols des jeunes garçons ou un boxon organisé dans un supermarché.



C'est d'ailleurs en adoptant un prisme commun, que Chronicle séduit autant : la découverte des pouvoirs passent par des essais à la fois catastrophiques et drolatiques...comme chacun l'aurait fait sans aucun doute ! Pourtant, jamais les protagonistes n'iront se servir de leur pouvoirs pour devenir des justiciers, au risque de se griller du regard des autres : sauf qu'entre le beau gosse et le garçon le plus influent du lycée, il aura fallu que le troisième quidam soit un freaks rejeté par tous...

Entre gravité (la condition d'Andrew) et légèreté, Chronicle voit très vite des nuages noirs planer au dessus de sa tête de teen-movie insolent : la quête vengeresse (et justifiée) d'Andrew donne un virage aussi violent que radical à l'entreprise. Ne lésinant jamais sur des scènes aussi spectaculaires que possible, Chronicle souffre pourtant de Fx qui ont visiblement eu un peu de peine à être finalisés. On peut cependant suspecter que le budget visait surtout les scènes maousses, avec une dernière partie bien plus convaincante où Seattle se retrouve littéralement retournée de part en part.



Dans ses aspects les plus noirs, Chronicle semble plus familier d'"Akira" que de "X-Men", éliminant au maximum toute références faciles à l'univers comics (chose très étonnante !). Le personnage d'Andrew est un dérivé à peine voilé de Tetsuo, dont la rage supra-naturelle donnait lieu à des vagues de chaos indéfinissables.
La caméra prétexte connaît également quelques avancées non négligeables, comme l'usage de la télékinésie donnant lieu à des plans aériens tarabiscotés, et une multiplicité de points de vues bien vue dans une séquence finale ahurissante. Contrat rempli de bout en bout : Chronicle est un vrai plaisir.








Du même réalisateur :

4 FANTASTIQUES (2015) - LES