RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Peter Berg

Scénariste
Jon Hoeber, Erich Hoeber

Date de sortie
2012

Genre
science-fiction

Tagline


Cast
Taylor Kitsch
Alexander Skarsgard
Rihanna
Brooklyn Decker
Liam Neeson


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Steve Jablonsky

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 1.9
(7 votes)
Au large d’Hawaï, l’US Navy déploie toute sa puissance. Mais bientôt, une forme étrange et menaçante émerge à la surface des eaux, suivie par des dizaines d’autres dotées d’une puissance de destruction inimaginable. Qui sont-ils ? Que faisaient-ils, cachés depuis si longtemps au fond de l’océan ? A bord de l’USS John Paul Jones, le jeune officier Hopper, l’Amiral Shane, le sous-officier Raikes vont découvrir que l’océan n’est pas toujours aussi pacifique qu’il y paraît. La bataille pour sauver notre planète débute en mer.



Je ne sais pas si les plus jeunes le savent, mais avant la généralisation presque totale des consoles de jeux, avant de lire régulièrement des histoires de jeunes abrutis passant par la case hôpital après un marathon sur Call of Duty, il existait des jeux de société. Certes, il manquait sans doute le doux son des insultes échangées par micro interposé et des remarques tendant à donner à nos mères une vie sexuelle débridée, mais nombre d’entre nous avons passé des heures autour du Monopoly ou du Trivial Poursuit. Si j’évoque ce glorieux passé, c’est parce qu’après les figurines GI Joe et «Transformers», c’est aujourd’hui la célèbre bataille navale qui est aujourd’hui adaptée à l’écran avec ce «Battleship».



L’histoire est simplissime : des extraterrestres attaquent la Terre, et le tout se joue autour d’une longue bataille navale. Aussi le film s’applique-t-il à évacuer pendant sa première demi-heure toutes les questions liées à la personnalité des protagonistes, et n’y reviendra plus ensuite. Sans surprise, on retrouve donc le militaire un peu rebelle (Taylor «John Carter» Kitsch), menacé de renvoi et amoureux de la fille de son amiral (Liam Neeson, «Excalibur», «Batman Begins» ou le récent «Le Territoire des loups»), la militaire cool et courageuse (Rihanna, aussi bonne actrice que chanteuse...), le rival japonais qui deviendra un allié et un ami (Tadanobu Asano, déjà vu dans «Ichi the killer» ou «Jellyfish») et le vétéran de guerre amputé des deux jambes qui cherche un sens à sa vie (interprété par un véritable vétéran de guerre). Bref, on s’aperçoit bien vite que ce Battleship ne cherche pas à révolutionner le cinéma au niveau de son scénario. En revanche, c’est du côté des scènes d’action qu’il va tenter de marquer les esprits.



On devine ainsi rapidement qu’une grande partie du budget dépassant les 200 millions de dollars a été réservée aux effets spéciaux, par ailleurs particulièrement réussis. On regrettera néanmoins une trop grande impression de déjà vu, le film citant des oeuvres aussi variées que «Independence Day», «A la poursuite d’Octobre rouge», «Pirates des Caraïbes» ou «Pearl Harbor». On notera également que les combinaisons des envahisseurs ressemblent beaucoup à celles du jeu vidéo «Dead Space». Les scènes d’action sont par ailleurs régulièrement ponctuées d’effets visuels discutables, les éternels ralentis étant parfois accompagnés de retours en arrières, comme si un imbécile s’amusait avec les touches retour rapide et avance rapide de son lecteur...Le pire, c’est que malgré tous les moyens à disposition, les scènes d’action sont rarement réussies, et même la présence de hard-rock lors de certains passages ne suffit pas à injecter de l’énergie au film.



«Battleship», c’est donc une immense impression de déjà-vu, et pas seulement parce que c’est tiré d’un jeu de société. Le film est d’ailleurs principalement à voir pour une réplique surexcitée devant un écran indiquant les positions supposées des embarcations ennemis : «Touché ! Touché-coulé !!!». Pour le reste, vous pouvez vous contenter des films cités plus haut, même de «Pearl Harbor», pas forcément plus fins mais tellement plus intenses...








Du même réalisateur :