RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(2 votes)
Un nouveau parc d'attraction se prépare à ouvrir ses portes à Tokyo. Un parc dont le thème principal est Godzilla et les autres monstres. Mais il ne s'agit que d'une couverture, camouflant un projet bien plus sombre : des extraterrestres y planifient une nouvelle fois une tentative d'invasion de la Terre. Pour cela, ils font appel à Gigan, un monstre cyborg créé pour détruire Godzilla, et au dragon King Ghidorah. Pour combattre cette menace, Godzilla devra une nouvelle fois s'allier avec un de ses anciens ennemis, pendant que des humains tentent de détruire les envahisseurs.



Décidément, notre belle planète bleue est l'objet de nombreuses convoitises ! Après "Invasion Planète X" et "Destroy All Monsters", nous voila de nouveau attaqués par un peuple extraterrestre. Peuple qui représente le sommet de l'évolution : des cafards géants. Ce qui semble peser directement sur leurs capacités intellectuelles (encore que selon un des personnages du film : ils sont tellement intelligents qu'ils pensent avoir tout prévu et ne peuvent donc pas contrer l'inattendu...), leur plan étant d'une imagination un peu trop débordante. Le but est simple : envahir la Terre. Guère original donc. Mais les cafards géants sont adeptes de fantaisie, et malgré leur technologie que l'on devine avancée, ils vont nous offrir bien plus que ce plan si banal. Déguisés en promoteurs immobiliers (entendez "vêtus de costumes oranges"), ils dirigeront les opérations d'une tour à l'effigie de Godzilla. Afin de faire passer la pilule auprès des autorités, ils la présentent comme l'attraction d'un nouveau parc à thème.



En réalité, le bâtiment cache une arme surpuissante, et permet de communiquer dans l'espace. Car la partie suivante du travail consiste à lancer un message dans l'espace pour attirer Gigan, le nouveau venu, et le célèbre King Ghidorah, décidément toujours dans le coin quand il s'agit de nous envahir. Malheureusement, les envahisseurs ont pour cela besoin de bandes ultra sophistiquées, dont l'une a été dérobée par une enquiquineuse anti capitaliste (enfin, j'imagine). Comble de la malchance, les méchants ont en plus été contraints d'enfermer un humain dans leurs locaux ! Bref, leur plan est menacé par tout un groupe de jeune japonais, tous plus niais et incompétents les uns que les autres, parmi lesquels un dessinateur qui s'imagine que le "monstre des devoirs" sera le nouveau héros de manga à la mode, et une adepte d'art martial. Néanmoins, les aliens parviendront à lancer leur message, et Gigan accompagné de King Ghidorah atterriront bientôt sur Terre, bien décidés à détruire Tokyo (oui, encore...) et à foutre une raclée à Godzilla (oui, encore...).



Mais Godzilla a senti le danger. Et il se rend vite compte qu'il aura besoin d'un allié dans ce qui s'annonce être un combat dantesque (enfin, il paraît qu'ils sont attirés par les signaux de la tour). Ce compagnon d'arme, ce sera donc son ancien ennemi, puis allié, l'ankylosaure géant Anguirus, déjà apparu dans "Le Retour de Godzilla 1955" et "Destroy All Monsters". Le chemin vers Tokyo étant plutôt long, nos deux créatures tueront le temps à pousser leur cri et à discuter en langage monstre. Mais à ce moment là du film, nous ne sommes plus vraiment surpris, on a compris depuis longtemps que l'ambition était une nouvelle fois de plaire aux enfants, notamment grâce à des personnages loufoques et des situations cocasses. Godzilla et Anguirus vont donc affronter le monstre malfaisant King Ghidorah, pour sa 4ème apparition dans la série, et donc un nouveau: Gigan (prononcez Gaillegane). Si jusqu'ici, la plupart des monstres avaient un semblant de crédibilité et de sérieux (ne parlons pas de Minilla et Gabara de "Godzilla's Revenge"), Gigan est particulièrement symptomatique du "too much" ambiant, et arbore le look le plus spectaculaire de toute la série : bec d'oiseau entouré de deux crochets, le crâne surmonté d'une corne, une diode rouge faisant office de son unique œil, des serres au bout des bras et des jambes, des ailes ridiculeusement petites et une scie circulaire verticale au milieu de l'abdomen. Un monstre qui restera néanmoins comme l'un des favoris des fans (et j'avoue que j'adore son côté décalé), et qui réapparaîtra dans "Godzilla vs Megalon" et la série "Zone Fighter" dès l'année suivante, avant de subir un lifting impressionnant pour "Godzilla Final Wars" dans lequel il aura un rôle vedette.



Un adversaire qui va s'avérer très dangereux pour Godzilla et Anguirus, son corps entier pouvant servir d'arme. Il mettra ainsi bien mal en point notre lézard atomique préféré, qui pour la première fois perdra du sang, pendant que King Ghidorah donnera du fil à retordre à Anguirus. Un affrontement qui se déroulera finalement comme un véritable combat de catch (oui, le sport-spectacle, qui est particulièrement apprécié chez les japonais) : les deux gentils ("face") sont mis à mal par les deux méchants ("heel") pendant une bonne partie du combat, ces derniers n'hésitant pas à utiliser des techniques peu fairplay pour arriver à leurs fins. Heureusement, Godzilla aura un second souffle et renverra ses ennemis à leurs chères études. Pendant ce temps-là, les humains niais s'introduisent dans la Tour Godzilla pour contrecarrer les plans des vicieux extraterrestres.
Douzième film de la série, "Godzilla vs Gigan" est une nouvelle fois un film destiné au jeune public et tourné avec un budget faible, ce qui est visible au niveau des décors, des costumes et des divers effets spéciaux, ainsi qu'une nouvelle fois des nombreux stock footages et de la reprise des musiques d'anciens films. Il n'en reste pas moins agréable à suivre, notamment grâce à un combat final à 4 monstres, ce qui permet pas mal de possibilités, et est simplement l'un des meilleurs, sinon le meilleur, parmi les épisodes réalisés par Jun Fukuda.