RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Michael Dougherty

Scénariste
Michael Dougherty

Date de sortie
2007

Genre
Monstres

Tagline


Cast
Brian Cox
Dylan Baker
Leslie Bibb
Rochelle Aytes
Anna Paquin


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Douglas Pipes

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 5.5
(27 votes)
Halloween : nuit de l'horreur, nuit de la fête, nuit des masques, nuit des morts. C'est ainsi depuis une bonne décennie, et presque rien ne pourrait perturber cette nuit auquel on assiste. Presque... Sus aux destructeurs de lanternes, aux farceurs, aux grincheux, et à tous ceux qui osent piétiner la fête la plus macabre de l'année : voilà que les forces du mal viennent se glisser parmi les badauds déguisés, bien décidés à éliminer les intrus. Tonight's gonna be a good night...



On l'a attendu patiemment ce petit Trick 'r treat, et pas qu'un peu. Fort malheureusement pour lui, son calvaire semble loin d'être terminé...
Bien que finalisé en 2007, la première réalisation de Michael Dougherty restera presque trois ans dans les tiroirs de la Warner, voyant sa sortie annuelle (prévue durant la période adéquate bien évidemment) sans cesse repoussée jusqu'à aujourd'hui, catapulté violemment dans les bacs dvd sans passer par la case cinéma. Les petits malins fièrement attachés à leur lecteur zone 2 devront, quant à eux, attendre encore un bon moment !



La consolation dans tout ça ? Sans doute ses passages remarqués dans divers festivals de cinéma, et sa réputation du tonnerre qui n'a de cesse de grandir. Un statut maudit rééquilibré par un statut de film culte en devenir : : il faut dire que Dougherty frappe très fort, satisfaisant à la fois les attentes d'un grand public très gourmand de la formule "fun & fear", et les fans de film de genre, venu chercher à la fois une nouvelle référence à leur panthéon et un divertissement horrifique digne de ce nom.

Trick'r treat nous rappel à juste titre que les films traitant purement et simplement de la fameuse fête sont assez peu légion, le premier s'y étant attelé étant devenu une pièce inébranlable du cinéma d'horreur (je vous laisse deviner lequel). On retiendra plus tard un diablement sympathique Midnight Hour pondu pour la tv, où les forces du mal investissait déjà une ville en plein Samaint dans une ambiance décontractée et un brin pulp. A la facilité du flm pré-cité, Trick'r treat (qui était également le titre d'une bande 80's où un ado ressuscitait un hardrockeux sataniste) déborde de virtuosité, le faisant décoller de son image pré-maché de petite série b tout en se démarquant de l'atmosphère spectrale du grand classique de Carpenter, lui préférant les aspects les plus baroques de la fête.



Se refusant à adopter une structure de film à sketch habituel (où les histoires s'enchainent les unes après les autres sans broncher), Dougherty signe un rafraichissant film choral horrifique, plaçant l'action de ses histoires dans le même lieu, faisant entrecroiser ses personnages dans un délirium aussi garni qu'un sac de bonbons bien remplis.
La note sexy d'abord, c'est cette jolie vierge (Anna Paquin, grimée en petit chaperon rouge, terriblement craquante) accompagnée de ses soeurs, et bien décidée à trouver un compagnon en cette nuit festive alors qu'un vampire rôde dans les ruelles. La kid touch ensuite, avec un groupe de jeunes impudents allant rôder près d'une carrière dite hantée par des spectres de mômes retardés, puis pas mal d'immoralité avec ce personnage de proviseur se lançant dans une carrière de serial killer une fois la nuit tombée (un rôle en miroir pour Dylan Walsh, le pathétique pédophile du démentiel Happiness), et apprenant par là même les rudiments du meurtre à son fils tout aussi timbré !
Après la jeunesse insouciante, la jeunesse débauché, et la fleur pourrie de l'âge, l'on conclue sur le destin d'un Scrooge à la ramasse (méconnaissable Brian Cox), dont la haine pour Halloween va vite être corrigée fissa par une intervention...radicale !



Comme arrachée des pages de La triste fin de l'enfant huître, une figure enfantine et difforme se faufile entre les ombres agitées et les citrouilles brillantes : celle de Sam, un petit être costumé à l'apparence inoffensive mais aux intentions sanguinaires. On vous laisse la surprise de découvrir ce petit bonhomme créé pièces par pièces par Michael Dougherty, qui le faisait déjà apparaître dans son premier court d'animation*. En voilà un dont on se souviendra longtemps...
Tableau réjouissant dès lors : une maîtrise attentive du rythme, du cadre et des clichés inhérents au genre (toute l'introduction avec une Leslie Bibb ronchonne qui finira par passer un mauvais quart d'heure), un amour inconsidéré pour les créatures de la nuit (zombies, loups-garous, suceur de sang...), une imagerie léchée, une audace impayable (les enfants font partis des victimes les plus courantes du métrage), un humour noir aiguisé : de minutes en minutes, on se laisse surprendre par un horror show malin et pleins de ressources, nous ramenant à la grande époque des Spookies et autres Waxwork...en plus convaincant encore. Finalement, le voilà le "Creepshow" des années 2000 !!


* Season's greetings est le court d'animation à l'origine du long-métrage. Une petite gaterie à découvrir après ou avant la découverte de Trick'r Treat








Hyper bien...


5.04

...ce petit film à sketchs subtil produit par Bryan Singer, à part peut-être le segment avec le couple rentrant chez lui finalement sans grand intérêt.