RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(2 votes)
En ce moment je remarque une chose : les jeunes réalisateurs ont de plus en plus de mal à digérer leurs influences. Un problème de constipation cinématographique peut-être… Une bande d’amis (deux frères et deux de leurs potes) se font jeter d’une boîte en pleine nuit. Dommage pour Mike (Kip Pardue vu dans pas mal de films dont "Les Lois de l’attraction" ou "Wizard of gore") qui fête ce soir son enterrement de vie de garçon. Les 4 garçons dans le vent ne se laissent pas abattre et prennent le métro direction "une meilleure boîte". Dans le wagon, ils y trouveront deux donzelles. Le truc c’est que l’une d’elle ne supporte pas les avances d’un des mecs et l’asperge de lacrymo. Profitant d’un arrêt momentané du métro, ils en profitent pour sortir s’aérer les yeux. Mais voilà, le chauffeur aveugle ne s’inquiète pas que les portes soient ouvertes et reprend sa route. Nos 6 jeunes se retrouvent pris au piège dans les souterrains New Yorkais. Sauf que tout n’est pas calme sous terre et un groupe de SDF rastas survitaminés on décidé de foutre la merde !



Le jeune réalisateur Peter A. Dowling signe ici, son premier film. Il commence sa carrière dans l’animation et finira par devenir coscénariste du film "Flightplan" avec Jodie Foster. Alors coup de maître ? Eh bien non… loin de là. Outre un scénario des plus banals et des personnages franchement fadasses, le réalisateur ne s’affranchit jamais de sa mise en scène, cédant aux effets à la mode et en nous ressassant tout un tas de films sans réellement de talent. On pourra noter des influences un peu trop prononcées disséminées un peu partout dans le film. Dont deux majeures : John Carpenter pour ses SDF un peu fous ("Prince des ténèbres") en passant par la musique du film largement inspirée des œuvres de Big John. Et Danny Boyle pour sa caméra survitaminée à la "28 jours plus tard". Mais voila… Peter A. Dowling n’est pas Danny Boyle et encore moins John Carpenter. Comme je le disais au début, le réalisateur a tendance à reprendre des éléments classes sans les digérer… Ca fait donc de la merde ? Oui et non…



Il faut revenir au but premier du film : c’est un slasher, le genre parfait du film bête et méchant. Le film tient donc toutes ses promesses, les amateurs de gore et autres saletés y trouveront surement leur compte avec quelques têtes coupées du plus bel effet et de jolies coupures à l’ancienne là ou maintenant la tendance est aux giclettes numérique. Mais mis à part ce point, on tombe bien bas ! La moitié des acteurs est à l’ouest (dommage que les meilleurs acteurs partent en premier), les ennemis ne sont pas classes pour un sou et manquent cruellement de gueule (surtout que le discours du film est quand même un peu douteux). Pour ce qui est des décors, c’est très monotone et on est loin de la perfection sous-terraine que pouvait être "Mimic".



Mais la chose la plus agaçante dans tout ça, c’est cette fâcheuse tendance à secouer la caméra pour nous faire croire à une quelconque once de tension dans l’action alors qu’il ne se passe pas grand-chose ! Du coup la majeure partie des passages un peu "tendus" est à la limite du lisible et on n’a pas le temps d’apprécier quoi que ce soit. Les boogeymen sont tout le temps filmés de la même manière, ils courent à contre-jour dans un tunnel. C’est beau une fois mais au bout de la quinzième fois c’est lourd.



On se retrouve donc devant un slasher pas inspiré, pas vraiment beau, pas intéressant mais sympathique dans quelques passages tendus du slip (le "passage des toilettes" en haut du podium à une marche…). Remattez-vous plutôt "Mimic" si vous avez envie de voir du métro ou "Halloween" de John Carpenter pour du bon slasher des familles !



2/6 - Anonymous





Du même réalisateur :