RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.7
(6 votes)
Johnny et sa sœur Barbara se rendent à l’enterrement de leur tante. Sur place, ils se font agresser par des individus aux comportements étranges, qui n’hésitent pas à mordre Johnny. Barbara parvient à s’enfuir et tente de trouver de l’aide…



1968. "La nuit des Morts Vivants" de George Romero marque d’une pierre blanche le cinéma fantastique et le fait entrer dans une nouvelle ère, où le réalisme des situations et une violence beaucoup plus crue vont donner des films comme "Les Frissons de l’Angoisse" ou "Massacre à la Tronçonneuse" par exemple. Encore aujourd’hui, le film reste un sommet incontournable du genre et nombreux sont ceux qui s’en inspirent. En 1990, Tom Savini en réalise un remake plutôt réussi et surtout officiel. Parce que malheureusement pour George Romero, et pour le film lui-même, une erreur administrative va faire que La nuit des Morts Vivants sera considérée comme étant libre de droits. C’est alors la porte ouverte à tous les excès et on ne compte plus les sorties VHS ou DVD du film par moult éditeurs, ou bien encore les versions remontées, remaniées, colorisées et j’en passe, parfois orchestrées par le propre co-scénariste du film original, John A. Russo lui-même ! Un comble !

2006. Jeff Broardstreet nous livre "La Nuit des Morts Vivants 3D". Une nouvelle hérésie ? Une simple application du procédé de la 3D au film original ? Pas du tout ! On peut même dire que c’est une assez bonne surprise qui nous attend ! Comme quoi, faut pas toujours être négatif quand on touche à des icônes cinématographiques.



Il faut dire que Jeff Broardstreet est quand même plus réglo que certains autres profiteurs. En effet, son film, tout en s’inspirant des grandes lignes du chef-d’œuvre de Romero, s’aventure sur des sentiers originaux et nous présente des situations nouvelles. Bref, ce n’est pas un pompage, ni un remake au sens propre du terme, ni une suite mais un film qui existe par lui-même, comportant bien sûr des scènes hommages au film original et de nombreux clins d’œil mais aussi des idées qui lui sont propres et qui aboutissent au final à faire de cette version 2006 un film fort sympathique et bien fun !

Ne vous attendez pas en effet à un film d’épouvante fait pour vous flanquer la pétoche. Le film de Jeff Broardstreet surfe régulièrement vers la comédie et on sourit plus souvent qu’on ne frissonne, comme c’était le cas avec "Le Retour des Morts Vivants" par exemple. Idem au niveau des séquences gores, le film est fort soft dans le domaine de l’horreur visuelle et le sang ne gicle pas beaucoup. Les maquillages de zombies sont par contre assez réussis et devraient satisfaire les amateurs.
Le ton résolument humoristique du film provient bien souvent des situations présentées et des personnages eux-mêmes. La maison isolée dans laquelle va trouver refuge Barbara est par exemple habitée par une famille accro aux joints et le personnage de Cooper, le père de famille, est fort éloigné de celui présent dans la version Romero, c’est le moins que l’on puisse dire, puisque c’est lui qui achète et procure de l’herbe aux membres de sa famille, cachant son "précieux butin" dans un petit coffre-fort. On appréciera aussi le fait de voir une actrice plutôt jolie et bien pourvue par la nature se balader entièrement nue durant le film, même lorsqu’elle est assaillie par une horde de zombies, qui ont sûrement eux aussi envie de se rincer l’œil. D’autres situations prêtent souvent à sourire et on s’amuse bien lors de la vision du film, sorte de train-fantôme cinématographique qui ne se prend pas la tête mais qui sous son apparente décontraction reste respectueux du genre et procure du plaisir aux spectateurs.



Parmi les nouveaux personnages, on citera bien sûr celui interprété par Sid Haig, célèbre pour avoir incarné le Captain Spaulding dans "La Maison des 1000 Morts" et "The Devils Rejects" de Rob Zombie. La présence et la prestance de l’acteur apporte beaucoup au film et renforce par la même occasion son coefficient de sympathie. Le personnage campé par Sid Haig sera également à l’origine de séquences totalement inédites et pas dénuées d’intérêt en plus, qui apportent des idées neuves au film de Romero et prouvent que Jeff Broardstreet ne s’est pas contenté de simplement refaire le film de 68 mais a travaillé dessus pour y injecter de la nouveauté. Cela pourra peut-être faire hurler les puristes mais personnellement, je préfère cette approche qui encore une fois reste respectueuse vis-à-vis de l’œuvre originale mais sait s’en écarter quand il le faut, et de manière intelligente en plus.

On s’amusera également de voir que le classique de 1968 est "réellement" présent dans cette version 2006 puisque la famille le regarde à la télévision ! Un clin d’œil bien appuyé mais efficace, tout comme la scène d’introduction d’ailleurs, où l’on se dit que l’éditeur du DVD s’est planté de version et nous a balancé le film de 68 justement. Ingénieux et bien trouvé !

Bref, sans atteindre bien sûr le niveau d’efficacité du film de George Romero, la nuit des morts vivants 3d est largement plus agréable à regarder que le triste "Le Retour des Morts Vivants 2" par exemple.



Maintenant, la question que tout le monde se pose, c’est "oui mais bon, si la version 2D est cool, c’est comment en 3D ???" Car effectivement, le film est proposé soit en version plate, soit en trois dimensions. Le procédé utilisé ici reste la 3D classique, c’est-à -dire le procédé anaglyphe, avec les lunettes possédant d’un côté un filtre bleu et de l’autre un filtre rouge. De nombreux films ont utilisé ce système, comme "L’Etrange créature du Lac Noir", "Le météore de la Nuit", "L’Homme au masque de Cire", "Le Fantôme de la rue Morgue", "Chair pour Frankenstein", "Amityville 3", "Les Dents de la Mer 3", "La Fin de Freddy" ou "Vendredi 13 chapitre 3 : meurtres en 3d" par exemple. Depuis, de nouveaux procédés ont fait leur apparition. Concernant "la nuit des morts vivants 3d, on peut dire que l’effet marche plutôt bien. On a une réelle sensation de profondeur et certaines séquences sont vraiment frappantes, comme lorsque les acteurs tendent leurs bras vers l’écran par exemple ou que l’un d’eux forme un rond avec de la fumée de cigarette. On pourrait presque l’attraper de notre fauteuil. Bien sûr, tout ne marche pas aussi bien mais dans l’ensemble, j’ai été assez surpris et plutôt enthousiasmé par cette expérience. Quelques petits points négatifs à mettre à l’actif de ce procédé par contre : les couleurs naturelles du film semblent délavées (normal puisqu’on a pour vision un mélange de rouge et de bleu) et ressemblent presque à du noir et blanc. L’intégralité du métrage étant présenté en 3D, certains pourraient également avoir un léger mal de tête ou une petite gêne visuelle à force d’avoir les lunettes sur le nez. Mais ce petit "gadget" n’est pas déplaisant et saura animer vos soirées familiales ou entre amis, surtout que l’éditeur nous gâte avec 4 lunettes offertes ! Et si vous ne supportez pas le procédé, il vous suffira de mettre le DVD présentant le film en version normale. C’est pas beau la vie ?








Du même réalisateur :