RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(6 votes)
Trois amis, Michael, David et Nina, décident de partir faire une petite randonnée dans la campagne allemande. La journée qui s’annonce calme et romantique, notamment pour Michael qui à la joie d’être en compagnie de Nina, dont il est secrètement amoureux depuis plusieurs années, va rapidement devenir un véritable cauchemar quand le petit groupe se fait agresser par une famille de dégénérés cannibales, déjà à l’origine de nombreux carnages dans la région…



Timo Rose n’est pas un débutant dans le domaine du film gore. On peut même dire que ce réalisateur allemand serait à ranger aux côtés de ses compatriotes que sont Andréas Bethmann, Olaf Ittenbach, Jorg Buttgereit ou Andréas Schnaas pour ne citer qu’eux. Pourtant le nom de Timo Rose est bien moins connu que ceux mentionnés précédemment. Il a pourtant à son actif une petite filmographie de plus de 15 long-métrages qui ont tous trait à l’horreur, le fantastique, la science-fiction ou aux trois en même temps. Et tout comme les autres réalisateurs teutons qu’on vient d’évoquer, ses films sont des productions indépendantes à faible budget, qui respirent la passion et l’envie de faire de son mieux pour satisfaire les spectateurs et les fans malgré les contraintes.

Timo Rose possède également plusieurs cordes à son arc : en plus d’être réalisateur, il est aussi acteur, producteur, scénariste, compositeur, et s’occupe même des effets-spéciaux ! Un touche-à-tout débrouillard donc, et dont la notoriété va enfin franchir les limites de son pays grâce au film dont on va parler : Barricade, dont la réputation d’œuvre extrême a traversé les frontières et a même conquit l’éditeur français Uncut Movies qui nous donne la possibilité de voir le film avec des sous-titres français et de nombreux bonus.



La lecture de l’histoire nous annonce clairement que le film ne fera pas dans l’originalité. Un groupe d’amis, un endroit perdu en pleine forêt, et une famille de rednecks cannibales. Des références nous viennent immédiatement à l’esprit, de "Massacre à la Tronçonneuse" à "Détour Mortel" en passant par "La Colline a des yeux" par exemple. Des spécimens typiques de survival bien violents qui ont marqué les esprits. Evidemment, Barricade souffrira de la comparaison avec ses illustres aînés, que ce soit en termes de réalisation, de rendu d’images, de suspense, d’ambiance. Attention, le film de Timo Rose n’est pas mauvais, bien au contraire, mais il ne peut prétendre rivaliser avec les titres évoqués précédemment. Maintenant, oublions les références et prenons le film pour ce qu’il est : un survival méchamment gore à faible budget.

Méchamment gore, Barricade l’est effectivement, sans toutefois atteindre les sommets promis par sa réputation. Des films comme "Black Past" ou "The Burning Moon" restant d’un niveau encore supérieur en termes d’horreur visuelle. Mais on en aura quand même pour notre argent, rassurez-vous ! Acide versé dans les yeux qui vient ronger un visage, viscères sortis du ventre et dégustés à pleine bouche, explosion de tête au fusil, découpage d’un téton et même un plan où vous vous retrouverez à l’intérieur d’un ventre pour mieux voir la main saisir les entrailles de la victime ! Le film vous réserve bien d’autres délires sanglants, et les effets spéciaux sont franchement réussis. L’amateur de barbaque sortira content et repu de la vision du film. La famille de dégénérés est également assez démonstrative et réjouira les fans de personnages exubérants et disgracieux, en particulier la mère de famille, incarnée par l’étrange actrice Manoush, qui n’est pas très rassurante, même lors d’une interview hors film…



Bien sûr, on pourrait comparer Barricade à un simple étalage de scènes gores entrecoupées de séquences de dialogues. Pourtant, on sent que Timo Rose aime ses personnages et ne les a pas mis de côté pour se consacrer uniquement à l’horreur et aux effets spéciaux. La petite romance qu’il installe entre Michael et Nina est très fleur bleue mais s’avère assez touchante, surtout lorsqu’on voit le gabarit de bodybuilder de Joe Zaso, qui joue les grands timides face à une excellente Raine Brown, totalement investie dans son rôle. Raine est, tout comme dans "100 Tears", la révélation de Barricade. Son jeu naturel, sa jovialité, son visage d’ange la rendent parfaitement crédible, passant du statut de jeune femme meurtrie par la vie (divorce et perte de la garde de son enfant) à celui de victime pour enfin prendre son destin en main et retourner la situation à son avantage.

Le reste du casting n’est pas toujours à la hauteur et l’aspect amateur se ressent parfois mais dans l’ensemble, et pour qui sait à quoi s’en tenir lors de l’insertion du film dans le lecteur DVD, ça passe néanmoins assez bien et reste dans la bonne moyenne des films de ce type.
Quant à la réalisation de Timo Rose, elle ne restera pas dans les annales, c’est sur mais il sait tenir une caméra, s’essaie à quelques mouvements sympas, s ‘amuse à mettre des effets sur l’image de types griffures ou stries, donnant une impression de vieille pellicule usée et abimée, renforçant le côté malsain et sale de l’œuvre. Aucune originalité dans ces procédés certes, mais on sent vraiment une réelle passion pour le genre derrière tout ça, qu’un manque de budget ne parvient pas à transcender. Mais si on ne peut pas enlever quelque chose à Barricade, c’est bien sa sincérité.



Pour qui aime les films à petits budgets qui semblent tournés entre potes mais de manière consciencieuse, pour qui aime voir une belle héroïne crier, hurler, être recouverte de sang et de boue, pour qui aime les excès gores et la tripaille bien étalée au premier plan, le film de Timo Rose vous conviendra parfaitement. Généreux, distrayant, barbare quand il le faut et bénéficiant de la présence radieuse de Raine Brown, Barricade tient la plupart de ses promesses et saura marquer les esprits des plus goreux d’entre vous !








Du même réalisateur :

GAME OVER