RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.6
(24 votes)
Carrigan Crittendon hérite d'un manoir dans lequel serait caché un trésor. Alors que cette dernière se rend dans sa nouvelle propriété, elle tombe nez à nez avec une bande de fantômes bien décidés à lui faire peur et à lui empêcher de venir s'installer là. Mais ce n'est pas sans connaitre Carrigan qui va alors engager un psy spécialisé dans les fantômes, le docteur James Harvey, afin de faire déménager les spectres hantant le manoir de Whipstaff. Arrivé sur les lieux avec sa jeune fille, Kat, James va faire la connaissance de Casper, un gentil petit fantôme… mais également de ses trois oncles, Bouffi, Crado et Teigneux, un trio de vilains fantômes qui vont mener la vie dure aux nouveaux arrivants.



Créé dans les années 40 par un certain Joseph Oriolo, Casper est le fantôme d'un petit garçon qui, à l'inverse de beaucoup de ses semblables, ne s'amuse pas à faire peur aux êtres vivants mais souhaite au contraire s'en faire des amis. Héros de livres pour enfants au départ, Casper devient ensuite une star du petit écran grâce à la diffusion de dessins animés lui donnant vie devant les yeux ébahis de milliers d'enfants. Alors que le gentil petit fantôme n'était pas encore très connu de l'autre côté de l'Atlantique en cette dernière décennie du vingtième siècle, Steven Spielberg ne cache pas son souhait de le voir apparaitre dans un divertissement cinématographique pour toute la famille. C'est ainsi qu'en 1995 sort le premier film de Casper, réalisé par un certain Brad Silberling (et qui est le producteur exécuteur à votre avis? Réponse deux lignes plus haut…).



Ecrit par Deanna Olivier et Sherri Stoner, deux connaissances de Steven Spielberg que ce dernier a connu par le biais des aventures des Tiny Toons qu'elles ont écrites en grande partie, "Casper" est un divertissement familial où petits et grands prendront plaisir à suivre notre gentil fantôme dans ses aventures.
Difficile de citer des défauts au film de Brad Silberling tellement ce dernier est réussi de bout en bout et remplit pleinement son objectif de départ : rendre hommage au personnage de fiction créé par Joseph Oriolo et divertir son public, les plus jeunes d'abord bien-entendu mais également les plus vieux qui ne pourront s'empêcher de vivre les mésaventures de Kat et Casper contre les vilains méchants avec une certaine nostalgie.

Amusant, rythmé (s'ennuyer devant le film de Brad Silberling témoigne d'une mauvaise foi indéniable) et réussissant même à tirer une ou plusieurs petites larmes aux plus sensibles d'entre nous lors de certains passages de la dernière partie du film, "Casper" joue sur plusieurs tableaux à la fois et se définirait telle une comédie fantastique pour tous publics.
Malgré quelques thèmes abordés ici et pourtant pas évidents à insérer dans des films axés jeune et très jeune public en majorité (le passage de la vie à la mort, la vie dans la mort…), il faut bien reconnaitre que ces derniers sont bien amenés dans le récit et parviennent à faire leur petit effet, reflétant le talent des deux scénaristes. D'ailleurs, dans ce contexte très fantastique, certains s'amuseront à rechercher les divers clins d'œil au cinéma de genre parsemés tout au long du film ("S.O.S. fantômes", "les contes de la cryptes", "poltergeist"…).



Et que dire du casting? Tout simplement remarquable! A l'aise dans la peau de leurs personnages respectifs, chacun y met du sien pour enrichir cette aventure et la rendre la plus divertissante possible. A commencer par un Bill Pullman ("l'emprise des ténèbres", "la folle histoire de l'espace", "lake placid", "independence day", "surveillance"…) rafraîchissant dans son rôle de psy pour fantômes ridicule et de papa parfois maladroit même si ce dernier démontre à plus d'un moment qu'il est le papa parfait pour sa petite Kat.
Kat, la jeune amie de Casper (remplaçant d'une certaine manière la petite sorcière Wendy du dessin animé), interprétée par l'un de ses enfants stars qui, comme Macaulay Culkin (la saga des "maman j'ai raté l'avion" et "my girl" de 1990 à 1992 principalement), a explosé au début des années 90 : Christina Ricci (la fameuse Mercredi de "la famille Addams" en 1991 et sa suite en 1993, sans oublier "sleepy hollow", "les témoins", "cursed"…). Encore une fois, le public est bluffé par l'interprétation de la jeune actrice, talentueuse devant la caméra et mignonne à croquer, idole de nombreux ados à cette époque.

Comme toute comédie fantastique familiale qui se respecte, nous avons également droit à nos méchants antipathiques. Poussés par l'appât du gain et animés par ce souhait de trouver le trésor caché dans le manoir, ces derniers sont prêts à tout même s'ils doivent affronter des spectres pour arriver à leurs fins. Drôles par moments et souvent pathétiques, notre duo de vilains finira même par s'en prendre mutuellement l'un à l'autre pour arriver à leurs fins (jusqu'où pourrait-on aller pour de l'argent?).
Les méchants se trouvent également du côté des non-vivants : le trio de fantômes Bouffi, Crado et Teigneux (les oncles de Casper) quittent ainsi le dessin animé pour venir nous rendre visite dans le film et prendront un malin plaisir à faire peur à quiconque franchit la porte d'entrée du manoir. En y réfléchissant bien, ils ne sont d'ailleurs jamais bien loin lors des passages les plus amusants du film, preuve de l'importance de leur présence dans le film de Brad Silberling.



Qui dit fantômes dit forcément effets spéciaux. Là encore, nous sommes comblés et on remercie pour cela l'équipe ayant travaillé entre autres sur "qui veut la peau de Roger Rabbit?" et "jurassic park" qui est venue apporter son savoir-faire et son génie pour créer ici des effets spéciaux de toute beauté qui à ce jour n'ont pas pris une ride! En effet, on prend plaisir encore aujourd'hui à suivre les apparitions, les envols et les transformations de nos fantômes, sans oublier leurs farces, leurs fantaisies en tous genres et cet esprit très festif qui en ressort. Notons par ailleurs que Casper et ses oncles conservent la même physionomie que dans le dessin animé ("le dessin animé dans le film" diront certains, comme cela sera le cas dans un certain "space jam" l'année suivante par exemple).

Au final, "Casper" est une bien belle réussite dans le registre de la comédie fantastique, que ce soit par son scénario, ses personnages, son rythme fort maintenu, sa musique collant à la perfection à la narration ou ses effets spéciaux efficaces. Amusant, frissonnant (surtout pour les plus jeunes) et parfois même touchant quand il aborde des thèmes plus difficiles liés à la mort, le film de Brad Silberling nous plonge dans un univers magique et fantastique qui ravira les petits comme les grands.
A voir et revoir sans hésitation!








Du même réalisateur :