RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Dick Maas

Scénariste
Dick Maas

Date de sortie
2010

Genre
slashers

Tagline


Cast
Huub Stappel
Egbert Jan Weeber
Caro Lenssen
Bert Luppes
Madelief Blanken
Escha Tanihatu


Pays
Pays-Bas

Production


Musique
Dick Maas

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.3
(4 votes)
Connaissez-vous la véritable histoire de Saint Nicolas ? Oubliez le gentil vieillard qui vous apporte des cadeaux avant Noël…Il était en réalité un évêque déchu et sanguinaire, à la tête d'une horde de voleurs et d'assassins. Au Moyen-âge, ils s'en prenaient aux enfants et aux familles qui avaient le malheur d'être sur leur chemin. Excédés, les villageois décidèrent un soir de se débarrasser de cette bande redoutable en mettant le feu à leur navire. Peu avant de mourir, Saint Nicolas jura que son assassinat ne resterait pas impuni…Depuis, toutes les nuits de pleine lune qui tombent un 5 décembre, jour de leur mort, Saint Nicolas et ses compagnons reviennent de l'au-delà et assouvissent leur effroyable désir de vengeance dans l'horreur et le sang.



La fête de Saint-Nicolas est un des événements les plus importants aux Pays-Bas : défilant dans les rues sur le dos de sa monture et accompagné du Père Fouettard, il distribue des friandises aux enfants. Plus importante que Noël, cette journée est le cadre de nombreuses célébrations et permet d'offrir et de recevoir des cadeaux. C'est cette figure si importante dans son pays que Dick Maas, que l'on connait principalement pour "L'Ascenseur" (et sa triste suite, "L'Ascenseur niveau 2") et "Amsterdamned", décide de détourner pour en faire un tueur sanguinaire, apportant sa pierre à l'édifice des assassins de la fin d'année, quelque part entre les allumés d'Halloween ("Halloween" donc, et "Trick'r treat" pour n'en citer que deux) et ceux de Noël ("Black Christmas" ou le récent "Rare exports"). Imaginez qu'en plus, il y ait un "Vendredi 13" en novembre et l'automne risque d'être particulièrement sanglant...La figure de Saint Nicolas est d'ailleurs si importante que l'affiche montrant le personnage au faciès repoussant et dans une attitude menaçante fit l'objet de plaintes,les parents craignant que leurs enfants ne soient effrayés par une figure habituellement synonyme de bonheur !



"Saint" commence donc en nous présentant rapidement les méfaits de Saint Nicolas jusqu'à la révolte des villageois, puis son premier retour pendant lequel il massacre la famille d'un jeune garçon qui, dès lors, n'aura qu'un but : attendre le prochain 5 décembre coïncidant avec la pleine lune pour se venger. On se retrouve alors à Amsterdam de nos jours pour un slasher plutôt sympathique, au ton assez léger et remplissant finalement son objectif premier : divertir. Ainsi, accompagné de ses nombreux compagnons (ses pères Fouettard ?), ce Saint Nicolas zombifié va faire de nombreuses victimes, parfois de façon assez sanglante. On regrettera néanmoins que, malgré sa vocation de tueur d'enfants, l'ancien évêque passe finalement plus de temps à traquer les proies habituelles de ce genre de films (adolescent(e)s idiots, policiers incompétents) que ces chères têtes blondes dont il préfèrera finalement s'occuper en cachette.



Evidemment, rien de bien nouveau, l'enquête restant assez classique, de même que les personnages (le vieux policier qui sait tout mais que personne ne croit, sauf le héros). Même le fameux Saint (interprété par Huub Stappel, habitué des réalisations de Maas) perd rapidement de son intérêt, étant assez en retrait en comparaison de ses sbires. Il réserve cependant quelques scènes réjouissantes, comme une poursuite avec les forces de police ou l'utilisation de son arme si particulière. Des passages qui semblent traduire une volonté de faire un film assez léger, ce que confirment également les diverses ficelles pour tenter de faire sursauter, là où le thème (il s'agit, encore une fois, d'un meurtrier d'enfants) aurait peut-être mérité un traitement plus sérieux.



Cela n'empêche pas "Saint" d'être un slasher plutôt agréable, généreux en mises à mort et offrant quand même le bonheur du détournement d'une figure bienveillante dans un décor magnifique (les rues enneigées d'Amsterdam). Certes, Saint Nicolas est trop en retrait, le film se contente du minimum scénaristique (un scénario signé Dick Maas, tout comme la musique) et avait sans doute le potentiel pour offrir une oeuvre assez sombre, mais il constitue un honnête divertissement pour une froide soirée de fin d'année.