RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
5 vidéastes amateurs décident de tourner un film et de le diffuser sur Internet. Le sujet ? La nature même du Mal. Très vite, ils se retrouvent victimes de leur sujet d'étude, en réveillant des forces démoniaques enfouies depuis des générations dans les entrailles du Manoir Von Diebitsch..



Une idée de base assez malsaine : des enfants difformes abandonnés à une vieille nazie qui en profitera - évidemment - pour les torturer ; un cadre idéal : un vieux manoir abandonné au milieu de nulle part ; une ambiance générale qui laisse envisager un bon vieux survival un peu sale. "The Gates of Hell" possède dès les premières minutes les ingrédients laissant imaginer un bon petit moment. Seulement, comme souvent, l'emballage est plus beau que le cadeau, et le film de Kelly Dolen va en être le parfait exemple.



Après une introduction assez réussie, le film nous présente un groupe de cinq jeunes personnes dont le charisme et l'intelligence n'ont rien à envier à ceux des victimes les plus idiotes des slashers les plus débiles. Quand en plus l'ensemble est constitué de deux couples et d'un geek (qui porte évidemment des lunettes, sinon il ne serait pas geek) obsédé, on se sent vraiment proche de l'insulte pour le spectateur. Et comme si ce n'était pas encore assez, ces personnages sont de vrais incapables, pas non plus aidés par leur connerie et leur maladresse. Un trou au beau milieu d'une cour ? C'est pour l'héroïne (on pourra néanmoins l'en excuser : la taille de ses lèvres l'empêche certainement de voir vers le bas), et ce n'est qu'un exemple des situations grotesques auxquelles nous assisterons...Leurs assaillants ne seront pas mieux, n'inspirant jamais aucune crainte et sans doute aussi maladroits que ceux qu'ils pourchassent, même si une révélation en fin de film tentera de justifier ce fait.



Très rapidement, on en vient donc à se désintéresser complètement des personnages et à souhaiter qu'ils meurent le plus vite possible. Nous n'aurons d'ailleurs même pas le loisir de savourer ces mises à mort, la plupart ratées à l'exception d'un petit passage gore. Nous ne serons tirés de notre torpeur que par la mention de classiques de l'horreur ("Massacre à la tronçonneuse" par-ci, "Evil Dead" par-là...je n'ose même pas imaginer que le titre soit un clin d'oeil à Lucio Fulci...) par les personnages et par un twist convenu et là encore, terriblement con.



Dès lors que reste-t-il, sinon des promesses déçues ? Hésitant entre le slasher crétin et le survival...crétin, oubliant rapidement son postulat de base malsain pour faire plusieurs fois penser à un "Détour mortel", ces "portes de l'Enfer" ont finalement pour seul mérite de ne pas céder à la mode de la caméra portée par un de ses protagonistes, alors même que la présence de cette petite équipe de tournage pouvait le laisser craindre. C'est quand même bien peu, et ça n'évitera pas de compter les minutes pour les courageux qui iront jusqu'au bout de ce monument d'ennui...

Disponible en dvd chez Pathé






Du même réalisateur :