RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.1
(8 votes)
Cadre dynamique et ambitieuse au sein d'une importante société, Angela Brides reste travailler tard le soir du réveillon de Noël. Si tard qu'au moment de s'en aller seuls le vigile de l'immeuble ainsi que le gardien du parking sont encore présents dans l'établissement, l'ensemble des salariés étant partis plus tôt pour aller fêter les fêtes de fin d'année en famille. C'est alors dans un parking souterrain désert et peu rassurant qu'Angela s'apprête à prendre sa voiture pour aller rejoindre les siens. Mais cette dernière refuse de démarrer, poussant la jeune femme à demander de l'aide à Thomas, le gardien du parking, en l'absence du vigile de l'immeuble. Ne pouvant déceler d'où provient cette panne de voiture, ce dernier, seul le soir du réveillon de Noël, lui propose alors de passer la soirée avec lui dans son bureau. Une proposition qu'Angela va gentiment refuser, ignorant jusque là que ce refus va être mal perçu par notre gardien de nuit…



Nos talentueux frenchies Alexandre Aja et Gregory Levasseur sont de retour pour un nouveau film de genre pour notre plus grand bonheur. Après les succès de l'incroyable "haute tension" en 2003 et du surprenant remake de "la colline a des yeux" trois ans plus tard qu'ils ont écrits et réalisés ensemble, l'année 2008 sera pour nos deux hommes l'occasion de produire et co-écrire deux films, "deuxième sous-sol" et "mirrors". C'est du premier de ces deux films que nous allons parler aujourd'hui : un thriller haletant mené tambours battants par deux acteurs connus du grand public, Rachel Nichols (vue dans "amityville 2005", "the woods" et plus tard dans "star trek 2009", "G.I. Joe, le réveil du cobra" ou encore "Conan 2011"…) et Wes Bentley (remarqué principalement dans "american beauty" et "ghost rider").



Après les chocs que furent le tonitruant "haute tension" (aujourd'hui devenu culte dans le domaine du cinéma de genre français) et le remake décapant de "la colline à des yeux", le public était en droit d'attendre encore de biens bonnes surprises de la part de notre duo Aja-Levasseur. Et ce, même si nos deux compères décident de ne pas réaliser le film "P2" (titre original de "deuxième sous-sol") mais uniquement de le co-écrire et de le produire, laissant volontiers cette tâche au troisième scénariste, un certain Franck Khalfoun (inconnu du grand public), apparemment bien plus à l'aise avec le scénario du film.

Et le public a eu raison de se fier à son instinct : "deuxième sous-sol" s'avère être une très bonne surprise, malgré que le film soit bien moins médiatisé que les deux précédents cités ci-avant (je ne parle pas ici du premier film d'Aja : "furia").
Thriller flirtant étroitement avec le survival, "deuxième sous-sol" ne vous laissera aucun répit une fois les présentations des deux personnages principaux (Angela et Thomas) faite. Courses-poursuites, séquestration, homicides et autres rebondissements en tout genre, le film de Franck Khalfoun est haletant du début à la fin.



A la manière du "red eye" de Wes Craven, autre thriller sorti quelques années auparavant, "deuxième sous-sol" nous propose une histoire simple mais dont les dialogues et jeux d'acteurs sont tout simplement bluffants et rondement bien menés de bout en bout.
Nos deux acteurs principaux vont effectivement se livrer à un duel psychologique animé par des caractères et comportements bien différents entre nos deux personnages principaux.

Jeune cadre dynamique, intelligente et raisonnée (le profil même du salarié modèle dans une entreprise), Angela va se retrouver face à l'inquiétant Thomas, décidé à la garder auprès de lui dans son parking pour le réveillon de Noël. Manifestement dérangé dans sa tête et visiblement lunatique (notre homme se montre tantôt séducteur, bienveillant et attentionné, tantôt fou à lier et hors de contrôle) une chose est cependant certaine : Thomas est fou amoureux d'Angela et fera tout pour que celle-ci soit sienne (quitte à massacrer un pauvre innocent comme nous le verrons dans une scène choc, saignante à souhait, où Thomas écrase la tête d'un collègue d'Angela contre un mur). Mais étrangement, cette folie qui l'habite et ces humeurs changeantes n'empêchent pas notre homme d'être très méthodique et finalement subtil : il sait ce qu'il veut et connait très bien le profil d'Angela pour l'avoir surveillée par caméra. Il sait fort bien que la jeune femme est ingénieuse, manipulatrice et ne se laissera pas faire si facilement : ainsi, notre homme va d'emblée l'isoler de tout monde extérieur de façon à ce que la jeune femme soit la plus démunie possible, rendue alors plus docile et fragile.
Et malgré quelques tentatives de manipulation (susciter la peur de son ennemi en parlant de son petit copain qui va venir, le séduire pour être détachée de sa chaise…) qui s'avèreront infructueuses (Thomas connaissant parfaitement son sujet et étant décidé à ne pas se laisser trop facilement roulé dans la farine), Angela va rapidement comprendre qu'elle va devoir se battre pour pouvoir échapper à son kidnappeur. C'est ainsi que va naitre une toute autre Angela : finies les chaudes larmes et place à une jeune femme forte et combative, prête à en découdre et à utiliser les poings et tout ustensile (hache…) pour se débarrasser de ce grand malade!



Mais outre cet excellent jeu d'acteur, "deuxième sous-sol" c'est également un climat, une tension, un univers sombre et inquiétant. Enfermés dans un parking souterrain duquel vous ne sortirez à aucun moment du film, vous voilà plongés dans ce huit-clos dont l'isolement est fort bien rendu (absence de réseau téléphonique, portes donnant sur l'extérieur verrouillées, rues désertes aux alentours tout comme ce parking ne cessant de renvoyer des échos…) et dans lequel vous suivrez la malheureuse Angela dans les différents niveaux du parking, essayant par tous les moyens d'échapper à ce malade mental.

Dynamique, oppressant, sombre et parfois frissonnant (certaines scènes, bien dosées, font grincer les dents : ongle arraché, crâne écrasé…), "deuxième sous-sol" est un thriller de bonne facture nous plongeant dans un huit-clos dans lequel s'affrontent deux personnages dans un duel psychologique (très bon jeu d'acteur) qui rapidement verra les rapports de force s'inverser pour finalement devenir un duel plus physique…
Un film que je conseille sans hésitation.








Du même réalisateur :

MANIAC 2012